Eli Cohen, Ministre des Renseignements explore les ressources stratégiques du Soudan

Publié par

(Photo de Une : Quand Israël était accusé de bombarder l’usine iranienne de Yarmouk, près de Kartoum, au Soudan)

Des armes iraniennes destinées au Hamas et saisies par Tsahal sur le navire Klos-C intercepté en mer Rouge. ( Bureau du porte-parole de l’armée israélienne )

Le ministre des Renseignements, Eli Cohen, parcourt la distance qui nous séparait encore du Soudan

La semaine dernière, Cohen est devenu le premier ministre israélien à visiter l’Etat africain.

Par LAHAV HARKOV   4 FÉVRIER 2021 14:18

ELI COHEN: Premier ministre israélien à visiter le Soudan (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM)

ELI COHEN: Premier ministre israélien à visiter le Soudan (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM)

En entrant dans le bureau du ministre du renseignement Eli Cohen à Tel Aviv cette semaine, on ne peut s’empêcher de remarquer une énorme, longue et étroite boîte capitonnée rouge juste derrière la porte. La boîte a une fenêtre sur son couvercle, affichant une imitation de fusil M-16, et dessus, une petite étiquette en anglais et en arabe, qui dit « cadeau », ainsi que « Military Industry Corp. » et «Complexe industriel de Yarmouk».

L’usine de munitions de Yarmouk dans la capitale soudanaise de Khartoum a été le site d’une explosion massive en octobre 2012, qui, selon des sources étrangères, était due à une frappe aérienne israélienne. Cette usine appartenait aux gardiens de la révolution iraniens et se trouvait sur la route de contrebande de Téhéran vers le Hamas à Gaza. L’Iran a ensuite envoyé des navires de guerre pour protéger le Soudan.

C’était il y a un peu plus de huit ans, soulignant à quel point la paix et la normalisation sont vraiment révolutionnaires entre Israël et le Soudan, -bien plus que les pactes virtuels de non-agression, devenus traités officiels avec d’autres pays du Golfe et le Maroc-.

La semaine dernière, Cohen est devenu le premier ministre israélien à visiter l’État africain, et le fusil miniature est un cadeau du gouvernement soudanais. Cohen, pour sa part, a apporté des agrumes et de l’huile d’olive d’Israël.

«C’était passionnant», a raconté Cohen. «Il y a à peine un an, la distance entre l’aéroport Ben Gourion et Khartoum était infinie. Sous la direction du [Premier ministre Benjamin] Netanyahu et du [dirigeant soudanais Abdel Fattah] al-Burhan, la distance n’est plus que de deux heures et demie. Cohen a souligné que, non seulement, le Soudan était une étape majeure pour les attaques terroristes parrainées par l’Iran contre Israël, mais que les soldats soudanais se sont battus contre Israël dans la guerre d’indépendance et la guerre du Yom Kippour.

«J’ai un ami qui est un avocat, qui m’a appelé ce week-end pour me dire comment, pendant la guerre du Yom Kippour, il s’est trouvé sur le canal de Suez et on lui a dit de faire attention aux« grands soldats soudanais »», a déclaré Cohen. «Les Israéliens se souviennent que la guerre était contre la Syrie et l’Égypte, mais il y avait des soldats soudanais là-bas, combattant des Israéliens.»

Lorsque Cohen a assisté à des réunions avec des responsables militaires soudanais pour discuter de stratégies avec un général de brigade à la retraite de Tsahal, qu’il n’a pas pu nommer pour des raisons de sécurité, «j’ai dû me frotter les yeux», a-t-il dit, exprimant son sentiment d’incrédulité.

SIGNATURE D'UN MOU la semaine dernière avec le ministre soudanais de la Défense Yassin Ibrahim Yassin sur la coopération en matière de sécurité et de renseignement.  (Ministère du renseignement)

SIGNATURE D’UN  Mémorandum d’entente, Memorandum of Understanding – MoU, la semaine dernière avec le ministre soudanais de la Défense Yassin Ibrahim Yassin sur la coopération en matière de sécurité et de renseignement. (Ministère du renseignement)

Le passage du rôle de partisan du terrorisme contre Israël à celui d’un pays qui a forgé la paix avec Israël n’est qu’une petite partie de ce qui s’est passé au Soudan ces dernières années. Le dictateur Omar el-Béchir a été renversé en 2019, et depuis lors, l’État africain tente de faire la transition vers la démocratie. À la fin de l’année dernière, les États-Unis ont retiré l’État soudanais la désignation de parrain du terrorisme avec un soutien bipartisan, une étape importante vers sa réhabilitation économique et le retour de ses partenariats internationaux.

Cohen a déclaré qu’il était arrivé en nourrissant quelques inquiétudes sur la façon dont les responsables soudanais réagiraient envers lui, mais qu’il a trouvé de la «chaleur» humaine chez tous les responsables qu’il a rencontrés, y compris Burhan, qui est à la tête du conseil de gouvernement de transition du Soudan, et le ministre soudanais de la Défense Yassin Ibrahim Yassin. «J’ai eu une assez longue réunion avec le président, et il a dit qu’il prévoyait de promouvoir la paix avec Israël, que c’était dans l’intérêt du peuple soudanais, de son économie et de sa sécurité. Il comprend que la coopération avec Israël augmentera la stabilité dans la région », a déclaré Cohen.

Le ministre a également souligné que les relations avec Khartoum sont importantes pour Israël, car le Soudan est l’un des plus grands pays d’Afrique (paque tournante entre l’Est et l’Ouest, la Libye) et dispose d’un emplacement stratégique sur les rives de la mer Rouge. Israël doit également travailler avec les pays qui se sont détournés de Téhéran, a déclaré Cohen.

«Le Soudan a pris une décision stratégique que chaque pays de la région doit prendre», a ajouté le ministre. «Si vous voulez protéger votre pays, éloignez-vous de l’Iran. Partout où l’Iran entre, il se comporte comme un cancer et le détruit en introduisant des facteurs extrémistes islamistes… Le bien du Liban est différent de ce que veut le Hezbollah, les Houthis n’aident pas le Yémen. Regardez Gaza par opposition à la Judée et la Samarie. Où les gens souffrent-ils le plus? Bien sûr, à Gaza, où le Jihad islamique est financé par l’Iran. Inversement, a déclaré Cohen, les derniers accords de paix entre Israël et les États d’Afrique et du Moyen-Orient augmentent la stabilité régionale.

Dans cet esprit, Cohen et Burhan ont discuté de la possibilité qu’Israël rejoigne la nouvelle alliance de la mer Rouge, une initiative de Riyad l’année dernière qui inclut l’Arabie saoudite, la Jordanie, Djibouti, le Soudan , la Somalie, l’Égypte et le Yémen (non-Houtis). Israël a des relations officielles avec seulement trois de ces pays, mais Cohen a fait valoir que «c’est dans leur intérêt que nous nous joignions à eux. Les capacités de renseignement d’Israël y contribueront, car ils doivent se défendre contre les extrémistes islamistes pas moins que nous, sinon plus. » Cohen et Yassin ont signé un protocole d’accord sur la coopération en matière de sécurité et de renseignement, «pour travailler ensemble, mettre fin au terrorisme et échanger des stratégies et des connaissances en matière de défense».

Le ministre a également promu le savoir-faire d’Israël en matière d’agriculture et d’utilisation de l’eau, et a déclaré qu’Israël formerait probablement les agriculteurs soudanais aux meilleures pratiques, en particulier dans la grande industrie laitière du Soudan.

« Nous sommes certainement arrivés dans un nouveau Moyen-Orient », a déclaré Cohen, « un Moyen-Orient qui fait progresser la stabilité. »

FIRE ENGULFS l'usine de munitions de Yarmouk à Khartoum, octobre 2012. (Stringer / Reuters)

Le feu s’engouffre dans l’usine de munitions de Yarmouk à Khartoum, octobre 2012. (Stringer / Reuters)

SE TOURNANT VERS Washington, Cohen a attribué à l’ancien président Donald Trump les quatre accords de paix et de normalisation d’Israël qui ont transformé «le Moyen-Orient en un lieu plus ouvert», affirmant que désormais «il y a un grand espoir grâce aux accords de paix et une attente pour plus (de coopération) à venir… parmi des régions les plus sensibles du monde. » Cohen a exprimé l’espoir que le nouveau président américain Joe Biden agirait pour élargir ce cercle de paix, mais a souligné que de nombreux problèmes internes, tels que la pandémie de coronavirus, sont prioritaires aux États-Unis.

Pourtant, le ministre a souligné plusieurs autres pays qui pourraient être sur le point d’établir des liens avec Israël, en Afrique, en Asie du Sud-Est et dans le Golfe. En Afrique et en Asie, Cohen a espéré que le fait de constater à quel point les relations avec Israël vont bon train pour d’autres pays créerait un élan pour que l’Indonésie, le Tchad, le Niger, la Mauritanie et d’autres normalisent leurs relations. Mais dans le Golfe, des États comme Oman, l’Arabie saoudite et même le Qatar attendent de voir quelles seront les politiques de la nouvelle administration américaine envers l’Iran, a déclaré Cohen. « Une politique de compromis avec l’Iran et de levée des sanctions créera des obstacles pour les futurs accords de paix », a déclaré Cohen. «Lorsque ces dernières années, les États-Unis ont agi avec détermination envers l’Iran, abandonné l’accord nucléaire, adopté des sanctions et des opérations militaires, ces pays se sont sentis à l’aise pour se rapprocher de l’Occident… Une politique forte contre l’Iran signifiera de bonnes chances de voir ces trois pays rejoindre les accords de paix. »

Les Etats du Golfe «sont plus concernés qu’Israël», a-t-il ajouté. «Israël est fort en matière de sécurité et de renseignement et possède des capacités défensives et offensives.» Biden et des membres de son administration ont parlé de rejoindre l’accord de 2015 si l’Iran revenait à la pleine conformité, puis de négocier pour renforcer l’accord et aborder les programmes de missiles balistiques de Téhéran et ses actions malveillantes (hégémoniques) dans la région. Dans l’intervalle, l’Iran a commencé à enrichir de l’uranium jusqu’à 20% et à faire des recherches sur le développement de métaux uranifères, qui n’ont pas d’utilisation civile, et les responsables de Téhéran ont déclaré qu’ils ne parleraient pas aux États-Unis, à moins que les sanctions ne soient d’abord levées, et qu’ils n’accepteront aucun ajout (de clause ou de pays signataires) à l’accord.

Quand il s’agit de ce qu’Israël aimerait voir aboutir dans les futures négociations américano-iraniennes, «l’Iran ne peut pas du tout avoir de programme nucléaire. Un bon accord est un accord sans programme nucléaire », a déclaré le ministre. «Jusqu’à présent, les accords avec l’Iran ne valaient pas le papier sur lequel ils étaient écrits», a affirmé Cohen. «Biden, qui était le vice-président [de l’ancien président américain Barack] Obama, a vu les Iraniens tromper le monde et les Américains… Ils ont continué à construire des installations nucléaires, à développer des missiles précis, à s’établir militairement en Syrie et à envoyer de l’argent à des groupes terroristes… L’Iran n’a jamais abandonné son intention d’obtenir des armes de destruction massive. »«Comment les Américains peuvent-ils poursuivre l’accord s’ils ont vu l’Iran rompre le dernier accord?» [sauf par pur masochisme]…

COHEN se présente avec le Likud aux prochaines élections.  (Sur la photo: prononçant un discours lors d'un rassemblement du Likud à Or Yehuda en février 2020; Gil Yaari / Flash90)

COHEN se présente avec le Likud aux prochaines élections. (Sur la photo: prononçant un discours lors d’un rassemblement du Likud à Or Yehuda en février 2020; Gil Yaari / Flash90)

Concernant l’élection à venir, Cohen se présente au Likud et a des mots bien- choisis pour qualifier les partis qui refusent de siéger dans une coalition avec Netanyahu.

« Tout comme nous ne disons pas aux autres partis qui les dirigera, personne ne le dictera au Likud », a-t-il déclaré. Ces partis doivent «respecter les résultats démocratiques» des élections, a ajouté Cohen, soulignant que «dans tous les sondages, le Likud est deux fois plus important que le parti suivant au classement (Yesh Atid ou Nouvel Espoir de Sa’ar), et Netanyahu est considéré comme le meilleur choix pour diriger le pays».

Cohen a déclaré qu’il pensait que les plus grands défis d’Israël, à court terme, seraient de travailler avec l’administration Biden pour contrer l’Iran et promouvoir des politiques nationales pour réduire le chômage après son pic en raison de la pandémie, et que Netanyahu est le meilleur candidat pour s’attaquer aux deux.

Le ministre a repoussé les arguments selon lesquels Netanyahu se serait montré faible, concernant l’application égale des règles de confinement relatives au coronavirus, permettant aux écoles haredi de rester ouvertes en- dépit de la loi, entre autres violations.

«La politique déterminée du Likud a conduit [le chef de l’UTJ Ya’acov] Litzman à démissionner du gouvernement, parce que nous avons décidé de fermer les synagogues», a déclaré Cohen. «La loi augmentant les amendes [pour les contrevenants] n’a pas été proposée par Kakhol lavan, mais par le ministre de la Santé Yuli Edelstein [du Likud]

«Les haredim sont nos frères, mais ce n’est ni idéologique ni politique. Des vies sont en jeu. Quiconque enfreint la loi doit être confiné et payer une amende… Nous disons qu’il devrait y avoir une application égale pour tous », a-t-il affirmé. 

Outre ses responsabilités de ministre du renseignement, Eli Cohen est membre du cabinet des politiques contre le coronavirus et est à l’origine de la proposition de «passeport vert» pour permettre aux Israéliens vaccinés de revenir progressivement à la normale.

«Nous ne forçons pas ceux qui ne veulent pas de vaccin à l’obtenir, mais nous offrons des avantages à ceux qui le font», a-t-il expliqué. «Le modèle de passeport vert incite à se faire vacciner et est important pour relancer l’économie

L’un des avantages dont a bénéficié Cohen est qu’il est revenu du Soudan – juste avant que tous les vols à destination et en provenance d’Israël ne soient – et n’a pas eu à entrer en quarantaine, après avoir reçu la deuxième dose du vaccin COVID-19 plus d’une semaine avant cela.

Plus tard ce mois-ci, Cohen s’attend à ce que les institutions culturelles rouvrent et organisent des événements pour les personnes qui ont été vaccinées. «Je pense que nous avons tous oublié à quoi ressemble le cinéma», a-t-il plaisanté.

Cohen a exprimé son optimisme quant au fait que la grande majorité des adultes israéliens – 4,5 millions sur six millions – auront soit été vaccinés, soit auront reconstitué des anticorps après avoir récupéré du Corona, dans les semaines à venir. «Cette année, Pessah (la Pâque) sera vraiment le Festival de la Liberté, et nous pourrons célébrer avec nos familles élargies au prochain Seder», a-t-il déclaré.
– LH

jpost.com

Laisser un commentaire