Experts : le danger des investissements chinois en Israël

Publié par

Des experts se penchent sur les défis de la Chine dans les relations américano-israéliennes

L’Institut juif pour la sécurité nationale d’Amérique (JINSA) a organisé un webinaire sur les investissements chinois en Israël et le défi qu’ils posent aux relations américano-israéliennes.

Par OMRI NAHMIAS   2 FÉVRIER 2021 06h03

Les drapeaux chinois et américain flottent avant une réunion commerciale à Shanghai, en Chine, le 30 juillet 2019 (crédit photo: REUTERS / ALY SONG)

Les drapeaux chinois et américains flottent avant une réunion commerciale à Shanghai, en Chine, le 30 juillet 2019 (crédit photo: REUTERS / ALY SONG)

WASHINGTON – L’Institut juif pour la sécurité nationale d’Amérique (JINSA) a organisé un webinaire sur les investissements chinois en Israël et le défi qu’ils représentent pour les relations américano-israéliennes. Assaf Orion, directeur du programme de recherche Israël-Chine, à l’INSS, a déclaré que la menace la plus grave que représente la Chine pour Israël «est de saper et de provoquer des tensions dans les relations stratégiques entre Israël et les États-Unis».

«Le centre de gravité ici est la perception américaine des relations entre Israël et la Chine plutôt que les relations elles-mêmes», a-t-il ajouté. Il a poursuivi en disant qu’Israël ne voit pas la Chine comme une menace directe. «Tout d’abord, c’est une faible priorité pour la Chine, sauf sur certains problèmes», a noté Orion. «Mais nous identifions les défis et les risques de la Chine. Nous devons faire attention aux problèmes de cybernétique et de propriété intellectuelle, y compris le transfert de technologie via l’Un-iversité; Nous n’éprouvons aucune menace militaire directe de la part de la Chine, mais nous voyons des armes chinoises exportées vers la région.

Un autre défi, a déclaré Orion, est la coopération technico-militaire- et en3 matière de renseignements entre la Chine et l’Iran, « qui est en fait une convergence des intérêts américains et israéliens ».

L’amiral Jonathan Greenert (retraité), coprésident du projet politique Israël-Chine de la JINSA et ancien chef des opérations navales, a déclaré que le port de Haïfa est une clé, car toutes les opérations de la sixième flotte en Méditerranée orientale opèrent avec ce partenaire. « Ici, nous avons la Chine, et nous avons beaucoup de leçons malheureuses apprises sur la façon dont la Chine a commencé petit et ensuite très lentement mais sûrement, s’est intégrée et est devenue un problème« , a-t-il déclaré. «Je pense que c’est le problème. Il y a eu des cas où la Chine a posé problème. Si vous ne faites pas attention, vous bâclez e travail, et la prochaine chose que vous apprenez, c’est qu’ils sont désormais dans vos systèmes et dans vos réseaux. « 

«Si vous faites attention, ce n’est peut-être pas un réel problème», a poursuivi l’amiral Greenert. «La Chine a besoin d’endroits pour poursuivre sa mondialisation (Nouvelle Route de la Soie). Ils ont besoin d’endroits où opérer, du point de vue maritime ou autre. Ils ont travaillé sur un accord avec l’Iran, et certains disent: « Oh, ils vont avoir un partenariat ou une alliance avec l’Iran. » Eh bien, j’en doute. L’Iran n’est pas très stable, ne l’a jamais vraiment été, mais il y a certainement des endroits comme au Pakistan (qui sont plus dangereux). Quand la Chine regarde autour du Moyen-Orient, si elle cherche un partenaire potentiel, quelqu’un avec qui faire des affaires, quelqu’un avec qui avoir un partenariat plus large, Israël est vraiment tout ce qu’elle trouve. Israël est le seul qui a la stabilité, qui a les moyens et qui émerge sur le plan technologique. Il ne s’agit donc pas que de ce seul port. »

Il a déclaré que les États-Unis et Israël devraient mettre en place des partenariats de protocole appropriés pour aborder les leçons tirées de leur collaboration avec la Chine. «Nous devons établir des partenariats et des comités de protocole et les mettre en place et travailler de manière à être vigilants.»

Le vice-amiral John Bird, coprésident du projet politique Israël-Chine de la JINSA et ancien commandant de la septième flotte américaine, a déclaré que les États-Unis doivent regarder au-delà de leurs frontières pour voir ce qui se passe avec leurs partenaires et alliés. «Si nous ne pouvons pas limiter la pénétration chinoise aux économies et à la politique de nos partenaires, je pense que d’une certaine manière, cela ouvre une porte dérobée ou une solution de contournement pour que la RPC puisse accéder à des technologies sensibles, obtenir des données et des informations que nous utilisons régulièrement. Que nous avons l’habitude de partager avec nos proches partenaires, car nous avons des perspectives de sécurité similaires », a-t-il déclaré. 

jpost.com

Laisser un commentaire