Kochavi a demandé, il y a six mois, le budget pour préparer une attaque en Iran

Posted by

 Tsahal a demandé des milliards en plus en préparation d’une attaque contre l’Iran, avec le soutien de Netanyahu et de Gantz

Il y a environ six mois, le chef d’état-major a ordonné une « procédure de combat » pour une attaque qui empêcherait Téhéran d’entrer dans la phase de fabrication de la bombe. Netanyahu et Gantz soutiennent la demande.

Ron Ben Yishai

Dans quelques jours, le cabinet de la Défense discutera du budget de la défense pour 2021, alors que le budget de Tsahal a reçu l’année dernière 2,5 milliards de shekels supplémentaires. Cette année, a appris Ynet, Tsahal demande 4 milliards de shekels supplémentaires -soit plus d’un milliard d’€) pour compléter son budget, puisqu’aucun budget annuel n’a été approuvé, à cause de la crise politique doublée de celle du coronavirus. En plus de ce montant, le chef d’état-major, le général de division Aviv Kochavi, demande une augmentation budgétaire supplémentaire d’environ 3 milliards de shekels, afin de financer la préparation d’une éventuelle attaque contre l’Iran, dont le but est d’empêcher son intrusion dans le club des possesseurs d’armes nucléaires.

Avion de chasse F-35

Le nouvel ajout que l’armée recherche actuellement n’est que le minimum requis, selon les estimations de l’armée de l’air, pour être prêt à faire face au contexte iranien. Dans sa demande d’augmentation du budget, Kochavi reçoit le soutien sans équivoque du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du ministre de la Défense Bnei Gantz. Ce la se déroule dans l’ombre du manque actuel de connaissances sur les développements potentiels entre l’Iran et la nouvelle administration du président américain Joe Biden, s’il y en a (avec l’annonce de la reprise de l’accord de 2015).

Kochavi a déjà entamé une « procédure de combat » pour une éventuelle attaque en Iran – un processus structuré allant de la définition de la mission, de la planification à la réalisation de la mission – et il sait exactement ce dont il a besoin, car attaquer l’Iran signifie probablement la guerre dans le nord et peut-être même dans le sud. Ce sont des armements de toutes sortes pour la défense (intercepteurs) et l’attaque (aérienne) dont il a grandement besoin.

Printemps Kochavi

La décision du chef d’état-major de lancer une « procédure de combat » pour une éventuelle attaque contre l’Iran a été prise vers le printemps de l’année dernière, lorsqu’il est devenu clair que les Iraniens avaient atteint un stade très avancé dans le développement d’une nouvelle génération de centrifugeuses rapides d’enrichissement d’uranium. Ces centrifugeuses (modèles IR-8, IR-6 et IR-10) sont capables d’enrichir de l’uranium à une vitesse six fois voire dix fois supérieure à celle des anciennes centrifugeuses P-2 utilisées jusqu’à présent par les Iraniens (et basées sur la technologie et les composants acquis par les Iraniens auprès du scientifique nucléaire pakistanais ‘ Abd al-Qadir Khan ).L’introduction des nouvelles centrifugeuses destinées à être utilisées raccourcit considérablement les délais, de plusieurs mois, avant la présumée production d’une bombe – le laps de temps entre la décision de produire des armes nucléaires et l’accumulation d’une quantité suffisante (28 kg) d’uranium enrichi à 90% , qui est une matière fissile avec laquelle on peut produire une ogive nucléaire, à la puissance de la bombe qui a détruit Hiroshima.

Centrifuge Advanced IR-8 Centrifugeuses à l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz en Iran

Les experts du projet nucléaire iranien ont même installé plusieurs réseaux de ces nouvelles centrifugeuses dans l’installation d’enrichissement de Natanz et ont commencé à les faire fonctionner, jusqu’en juillet, mais la plupart d’entre elles ont été détruites dans une mystérieuse explosion attribuée à Israël.

L’achèvement du développement des nouvelles centrifugeuses en Iran et leur mise en service a suscité de vives inquiétudes en Israël car cela permet à l’Iran de nous mettre, ainsi que le monde devant un fait accompli: qu’il dispose d’armes nucléaires ou même de la capacité de produire en quelques semaines – tout comme la Corée du Nord l’a fait.

Dans une telle situation, Israël, les États-Unis et d’autres pays du monde n’auront pas le temps d’agir diplomatiquement ou de se préparer militairement pour contrecarrer l’entrée de l’Iran dans le «club atomique». Les conséquences sont claires, alors le chef d’état-major Kochavi a décidé il y a plus de six mois – quels que soient les résultats de l’élection présidentielle américaine – Commencer les préparatifs pour qu’Israël dispose d’une option militaire crédible qui lui permettra à lui seul de contrecarrer une éventuelle production iranienne de la bombe, et pour qu’Israël neutralise la menace, le plan opérationnel doit être disponible , précis et destructeur.

4 comments

Laisser un commentaire