Iran et Israël: la guerre inévitable?

Publié par

Professeur Efraim Inbar

Président de l’Institut de Jérusalem pour la stratégie et la sécurité.

Les relations Iran-Israël sont essentiellement un jeu à somme nulle, ne laissant à Israël d’autre choix que d’agir selon ses instincts existentiels. Par conséquent, une escalade dans l’utilisation de la force pour inverser la montée en puissance iranienne dans la politique du Moyen-Orient, pour empêcher sa nucléarisation et pour empêcher l’encerclement d’Israël par des supplétifs iraniens, est probable.

06.01.2021

introduction

La volonté de l’Iran de parvenir à l’hégémonie au Moyen-Orient et sa quête d’une bombe nucléaire alimentent des perceptions de menace extrêmement élevées dans la région, et en particulier en Israël [1]. De plus, la théologie de la République islamique d’Iran refuse la moindre place à un État juif. Ses dirigeants estiment qu’Israël s’évanouira sous la pression militaire ou sera anéanti à un moment où il sera faible et vulnérable. [2] L’hostilité enracinée de l’Iran renforce la perception d’Israël d’une menace existentielle émanant d’Iran. Alors que les ambitions nucléaires et hégémoniques de l’Iran restent inchangées et que la communauté internationale ne semble pas disposée à exercer une pression significative sur l’Iran, les conditions d’une confrontation armée directe entre l’Iran et Israël sont aujourd’hui plus mûres que jamais

Cet article passe en revue l’ascension de l’Iran dans les rapports de forces politiques du Moyen-Orient, le programme nucléaire iranien et les implications stratégiques des aspirations iraniennes, qui augmentent tous la probabilité d’un conflit armé direct entre Israël et l’Iran. Les tentatives de «changement de régime» ont échoué. La diplomatie du président Obama et la «pression maximale» exercée par l’administration Trump ont laissé l’Iran sur la voie du nucléaire. D’après ce que nous savons de l’approche émergente de l’administration Biden à l’égard de l’Iran, il est peu probable qu’il adopte des mesures plus dures que son prédécesseur pour mettre fin aux programmes nucléaire et de missiles iraniens et pour freiner les tentatives de l’Iran d’acquérir un plus grand contrôle sur la région. Par conséquent, la probabilité d’un conflit armé direct entre Israël et l’Iran est grande.

La montée de l’Iran au Moyen-Orient

L’Iran a toujours été un acteur important au Moyen-Orient. C’est un grand pays de plus de 80 millions d’habitants, doté de richesses énergétiques, et qui a toujours été une puissance régionale. Avec un passé impérial et un zèle révolutionnaire retrouvé (depuis la révolution iranienne de 1979), l’Iran projette sa puissance sur la région et nourrit l’ambition de gouverner le Moyen-Orient et au-delà. La réalisation de ces ambitions a été facilitée par des développements systémiques et régionaux.

L’entreprise révolutionnaire iranienne a bénéficié des politiques au Moyen-Orient des administrations Bush, Obama et Trump. L’intervention militaire américaine en 2003 a détruit le régime de Saddam Hussein en Irak, un puissant rival de l’Iran. En outre, les États-Unis n’ont pas réussi à établir un gouvernement successeur stable en Irak, capable de garder le pays uni et fort. Cela a sapé l’équilibre des pouvoirs dans le golfe Persique. La décision du président Donald Trump de retirer les troupes américaines du nord-est de la Syrie au printemps 2019 a souligné les intentions américaines de quitter le Moyen-Orient et amélioré les chances de l’Iran d’ériger un «couloir chiite» de l’Iran à la mer Méditerranée via l’Irak et la Syrie.

En outre, une grande partie du monde arabe sunnite est en proie à une profonde crise sociopolitique depuis l’avènement du «printemps arabe» (clairement un abus de langage), qui a créé des dissensions et un vide politique au sein de ces États. Plusieurs États arabes ont depuis perdu leur monopole sur l’usage de la force et ont dégénéré en guerres civiles. La Syrie, la Libye et le Yémen sont les exemples les plus connus. L’autorité centrale en Somalie, au Liban, l’Autorité palestinienne (AP) et plus récemment en Irak ont ​​également été contestées par des milices. L’élite révolutionnaire sophistiquée en Iran a capitalisé sur les faiblesses des États arabes en finançant et en formant des groupes supplétifs soutenus par l’Iran au Liban, en Syrie, en Irak, à Gaza et au Yémen.

Les États arabes sunnites sont faibles et ont été terrifiés par les progrès du programme nucléaire iranien et par les succès de ses séides. L’Arabie saoudite n’a pas réussi à contenir l’influence iranienne en Irak, en Syrie et au Yémen. L’Égypte a survécu aux troubles intérieurs générés par le «printemps arabe» mais fait toujours face à une insurrection islamique dans le Sinaï. L’Égypte se concentre littéralement sur la fourniture de nourriture à son immense population, ce qui est essentiel pour maintenir la stabilité intérieure. Cela laisse peu d’énergie pour parer au défi iranien.

La Turquie, un État sunnite non arabe fort, a préféré agir sur ses intérêts communs avec l’Iran pour freiner l’influence saoudienne et sur la question kurde, perdant jusqu’à présent tout rôle potentiel pour faire contrepoids à l’Iran. Sous Erdogan, la Turquie a également capitalisé sur la faiblesse arabe pour se tailler des sphères d’influence dans les anciens territoires ottomans, comme l’Irak, la Libye et la Syrie, alors qu’elle s’est progressivement distancée de l’Occident.

La montée de l’Iran a produit une entente entre les États sunnites du Golfe et Israël. En l’absence d’un parapluie de sécurité américain crédible, les sunnites et l’Iran comprennent qu’Israël est le principal obstacle à l’hégémonie iranienne. Par conséquent, Israël est devenu pour l’Iran un anathème religieux et stratégique.

L’Iran a mené la guerre contre Israël par milices auxiliaires interposées pour épuiser la population civile d’Israël. Depuis les années 1980, le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a formé et armé le Hezbollah, une milice chiite au Liban, faisant du pays une satrapie iranienne. Le Hezbollah a acquis plus de 130 000 missiles de différentes portées, couvrant la majeure partie d’Israël. L’Iran est engagé dans l’amélioration de leur précision. L’objectif déclaré du Hezbollah est «de libérer Jérusalem du régime sioniste». De même, après que le Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007, il est devenu le bénéficiaire d’une importante aide militaire de l’Iran, qui visait à renforcer sa capacité à saigner Israël. Lorsque le Hamas sunnite n’a pas soutenu la position iranienne en Syrie, Téhéran a acheminé une aide financière et militaire vers le Jihad islamique palestinien à Gaza – une organisation subordonnée à l’Iran. En ayant un pied à Gaza, l’Iran a établi un front supplémentaire contre Israël.


L’Iran est également intervenu dans la guerre civile syrienne pour aider Bashar Assad, dans l’espoir de transformer la Syrie en un satellite comme le Liban. L’Iran veut achever le corridor terrestre de l’Iran, via l’Irak, à la Méditerranée (Liban et Syrie). Téhéran a donc demandé à Assad un port près de Lattaquié.

L’Iran a investi entre 15 et 30 milliards de dollars en Syrie et installé des missiles sol-sol, des batteries anti-aériennes, des drones, du matériel de renseignement et des bases pour abriter des dizaines de milliers de membres de milices chiites. L’Iran vise à établir un troisième front dans le nord-est, le long de la frontière israélienne sur les hauteurs du Golan.

Les milices chiites en Irak et en Syrie, sous le contrôle du CGRI, menacent le royaume hachémite. En effet, le roi Abdallah soutient pleinement la politique étrangère anti-iranienne de l’Arabie saoudite. [3] La chute de la Jordanie complèterait la tentative de l’Iran d’encercler Israël avec des groupes miliciens iraniens et mettrait surtout en danger l’Arabie saoudite, le rival principal de l’Iran dans le Golfe.

Neutraliser la puissance militaire d’Israël en l’entourant d’auxiliaires qui ont une myriade de missiles dirigés contre les installations stratégiques et les centres de population d’Israël est un objectif important de l’Iran dans sa quête d’hégémonie au Moyen-Orient. [4]

La montée de l’Iran au Moyen-Orient est le résultat de la capacité de l’Iran à capitaliser sur les changements politiques dans la région en misant sur l’apathie internationale face à ses avancées. De plus, l’Iran a fait preuve d’une grande dextérité dans la constitution et l’utilisation de forces par procuration pour atteindre ses objectifs. [5] Sans surprise, le rôle de l’Iran est perçu comme une pieuvre dans toute la région.

Sous Trump, les États-Unis ont adopté une position anti-iranienne, en particulier sur la question nucléaire. Pourtant, l’administration Trump a fait preuve de réticence à affronter les projets régionaux de l’Iran et a plutôt «gobé» les provocations iraniennes dans le Golfe, telles que les attaques contre le transport de pétrole dans le golfe Persique et Oman, sans que l’Iran n’en assume la responsabilité, ou l’interception en juin 2019 d’un drone de surveillance américain au-dessus du détroit d’Ormuz. De même, l’attaque iranienne de septembre 2019 contre le champ pétrolifère de Khurais et les usines de traitement du pétrole d’Abqaiq avec des drones et des missiles de croisière, les mettant temporairement hors service (la production pétrolière de l’Arabie saoudite a par la suite été réduite de plus de 50%) n’a suscité aucune réaction militaire américaine.

L’élimination de Qassem Soleimani (janvier 2020) était une démonstration puissante d’un recours limité à la force, mais la retenue affichée après les contre-attaques de missiles de l’Iran sur des bases américaines en Irak transmet toujours le message que les États-Unis sont réticents à stopper les avancées iraniennes. Depuis janvier 2020, les milices iraniennes continuent de harceler la présence militaire américaine dans ce pays sans réaction probante.


En l’absence d’une volonté américaine claire de faire face à l’empiètement iranien, seul Israël a le pouvoir de l’arrêter. En effet, Israël a décidé de mener une guerre limitée et discrète, «la campagne entre les guerres», pour faire obstacle aux tentatives iraniennes de transformer la Syrie et l’Irak en rampes de lancement de missiles. Néanmoins, l’Iran a lancé à plusieurs reprises des missiles et des drones armés vers Israël. Selon le Premier ministre Benyamin Netanyahu, l’Iran a également réussi à armer les Houthis au Yémen avec des missiles à longue portée visant Israël[6]. Les efforts militaires israéliens ont jusqu’à présent produit des résultats mitigés. Alors que les groupes supplétifs iraniens rencontrent des difficultés pour mettre en œuvre des plans de déploiement en Syrie et en Irak, Téhéran semble déterminé à poursuivre sa politique à grands frais. Même le dur impact de Covid-19 sur l’Iran n’a pas limité son projet impérial et révolutionnaire.

Projet nucléaire iranien

Certains ayatollahs considèrent un Iran doté de l’arme nucléaire comme un instrument entre les mains d’Allah pour imposer l’islam au monde entier, et qu’ils ont été choisis par Allah pour mener à bien sa mission. L’Islam a une tendance impérialiste, encourageant ses croyants à apporter la vraie religion aux quatre coins du monde, même par l’épée. [sept]

Au-delà de la motivation théologique, un arsenal nucléaire a une logique stratégique. Il est utile pour intimider les voisins et pour projeter sa propre puissance. De plus, il brise le monopole nucléaire d’Israël dans la région, donnant à l’Iran une meilleure chance de réaliser son programme hégémonique.

Alors que la bombe atomique est considérée comme un outil utile pour atteindre des objectifs impériaux et révolutionnaires de grande envergure, ses fonctions les plus importantes sont défensives. L’élite révolutionnaire a vraiment peur des tentatives occidentales de changement de régime ou même d’invasion pure et simple. Après tout, les États-Unis ont envahi les voisins de l’Iran – l’Afghanistan et l’Irak, en 2001 et 2003, respectivement.

La bombe pourrait dissuader les agressions occidentales et donc assurer la survie du régime. Déstabiliser le régime d’un État nucléaire, qui peut conduire à une instabilité domestique chronique, à une guerre civile ou à une désintégration, est une entreprise plus risquée que de saper un régime non nucléaire. La Corée du Nord a franchi tous les seuils nucléaires et son régime est toujours au pouvoir. De même, la croisade démocratique de l’administration George W. Bush a laissé en place un Pakistan nucléaire, réalisant que la démocratie dans un tel pays pourrait mettre le bouton atomique à la portée des ultra-radicaux. La Libye n’a été attaquée qu’après avoir renoncé à son option nucléaire.

Les enjeux de l’élite dirigeante en Iran dans la préservation du programme nucléaire iranien sont inextricablement liés à sa survie politique et même physique. Par conséquent, les mollahs souhaitent présenter au monde un fait accompli nucléaire.

La réalisation de cet objectif est facilitée par la réticence occidentale à recourir à la force et à se concentrer plutôt sur les sanctions économiques. La conviction que des sanctions économiques strictes pourraient amener Téhéran à reconsidérer ses ambitions nucléaires ou provoquer un changement de régime est largement répandue. Cependant, imposer des sanctions à Fidel Castro et Saddam Hussein pendant des années n’a donné aucun résultat. De même, les sanctions contre la Corée du Nord et la Russie n’ont pas entraîné de changement de comportement de ces États. Ces régimes dictatoriaux ne sont pas très sensibles aux difficultés économiques.

Les progrès nucléaires iraniens ont été progressivement mieux connus du public au début du 21 e siècle – en particulier après 2003, lorsque l’Occident a commencé à exprimer des préoccupations croissantes concernant le potentiel de l’Iran à produire des matières fissiles de qualité militaire. [8]

Malgré son adhésion formelle au TNP, l’Iran a violé ses obligations en ce qui concerne la déclaration des matières nucléaires et le traitement, le stockage et l’utilisation ultérieurs de ces matières. [9] En mars 2015, le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano, a signalé que l’Iran n’avait pas fourni suffisamment d’accès ou d’informations pour résoudre une douzaine de problèmes liés aux dimensions militaires possibles de son programme nucléaire. [10] Les archives nucléaires saisies et partiellement publiées par le Mossad israélien confirment que l’Iran s’est engagé dans un effort secret prolongé pour développer des armes nucléaires, dont la pleine étendue est restée non détectée pendant une période prolongée. [11] Il y a aussi des indications de recherches et d’expériences sur la conception d’armes et les essais souterrains.

Le comportement de l’Iran a suscité des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU) pour arrêter l’enrichissement ainsi que des sanctions économiques internationales. Le président Barrack Obama a imposé des sanctions économiques plus sévères pour forcer le respect du régime d’inspections de l’AIEA et empêcher l’Iran de raccourcir sa période d’accès à la bombe. Les menaces israéliennes crédibles d’utiliser la force ont servi à galvaniser la communauté internationale et à placer de plus grands obstacles sur la course de l’Iran à la bombe. L’Iran a décidé de se présenter à la table des négociations et est finalement parvenu à un accord avec le P5 + 1 en juillet 2015, lorsque le Plan d’action global conjoint (JCPOA), communément appelé accord nucléaire iranien, a été signé à Vienne.

Malgré les graves défauts du JCPOA, la communauté internationale, mais pas le gouvernement israélien, avait l’impression que le JCPOA pourrait retarder les répercussions sur la sécurité découlant de l’entreprise nucléaire iranienne. [12] Pourtant, le président Donald Trump, fidèle à sa promesse électorale, a annoncé le 8 mai 2018 que les États-Unis se retireraient du JCPOA dans l’espoir d’un «meilleur» nouvel accord nucléaire.

Depuis que les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire et ont imposé des sanctions économiques sévères, l’Iran a régulièrement réduit ses engagements. En novembre 2019, l’Iran a redémarré l’enrichissement d’uranium à l’usine d’enrichissement de carburant de Fordow et installé de nouvelles centrifugeuses avancées pour augmenter la capacité d’enrichissement. À la fin de 2019, l’Iran a supprimé toutes les limitations relatives à l’enrichissement d’uranium. En janvier 2020, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont déclenché le mécanisme de règlement des différends dans le JCPOA pour lutter contre les violations généralisées de l’Iran. [13] À leur initiative, et à la suite des rapports de mars et juin sur le manque de coopération de l’Iran avec l’Agence, le Conseil des gouverneurs de l’AIEA a adopté le 19 juin 2020, une  résolution appelant l’Iran à mettre en œuvre son accord de garanties TNP et son protocole additionnel et à répondre sans plus tarder aux demandes de l’AIEA. [14]

Le rapport de l’AIEA corrobore les affirmations d’Israël concernant la poursuite des activités nucléaires secrètes de l’Iran. En effet, les services de renseignement israéliens ont déjà publié en janvier 2020 une estimation selon laquelle l’Iran disposera de suffisamment de matériel pour une bombe nucléaire d’ici un an et que l’Iran aura la capacité de construire des missiles nucléaires d’ici deux ans[15] En janvier 2021, l’Iran a recommencé à enrichir 20 pour cent d’uranium dans son installation nucléaire souterraine de Fordow, dans un mouvement significatif qui enfreint encore les termes du JCPOA. Cette décision peut amener la République islamique à quelques pas d’atteindre des niveaux de qualité militaire de 90%, raccourcissant le «temps de déclenchement» de l’Iran – le temps qu’il faudrait pour développer une bombe nucléaire.

Les implications stratégiques des ambitions de l’Iran

L’Iran révolutionnaire se caractérise par des objectifs ambitieux dans sa politique étrangère, une propension à des politiques à haut risque, un engagement et une détermination intensifs à mettre en œuvre ces politiques, et un style diplomatique non conventionnel. [16] Si l’Iran devient nucléaire, ces caractéristiques de politique étrangère deviendront probablement encore plus prononcées.

Le programme nucléaire iranien, associé à des systèmes de livraison (missiles) à longue portée, menace la stabilité régionale au Moyen-Orient. L’Iran produit une variété de missiles à longue portée, dont le Shehab-3 (portée de 1 300 kilomètres) et le Sejjil (portée de 2 000 kilomètres). Il développe également un missile de croisière d’une portée supérieure à 2.200 kilomètres. Des États comme Israël, la Turquie, l’Arabie saoudite et les États du Golfe sont à portée, ainsi que plusieurs bases américaines importantes. De nouvelles améliorations des missiles iraniens pourraient mettre la plupart des capitales européennes, et éventuellement le continent nord-américain, à portée d’une attaque potentielle. L’Iran a un ambitieux programme de lancement de satellites basé sur l’utilisation de lanceurs à propergol solide à plusieurs étages, dotés de propriétés de missiles balistiques intercontinentaux pour permettre le lancement d’un satellite de 300 kilogrammes.

Un Iran nucléaire renforcerait également l’hégémonie iranienne dans le secteur stratégique de l’énergie, en raison de sa simple situation le long du golfe Persique riche en pétrole et du bassin de la Caspienne. Ces deux régions adjacentes forment «l’ellipse énergétique», qui contient environ 70% du pétrole mondial prouvé et environ 40% de ses réserves de gaz naturel. [17] Donner à l’Iran une meilleure capacité d’intimider les gouvernements contrôlant des parties de cet énorme réservoir d’énergie renforcerait davantage le statut de l’Iran. Même un État comme l’Arabie saoudite pourrait décider de prendre le train en marche [18] dans certaines circonstances.

Un Iran nucléaire entraînera la perte des États d’Asie centrale au profit de l’Occident. Ces anciennes républiques soviétiques ont adopté une orientation de politique étrangère pro-occidentale depuis l’effondrement de l’Union soviétique. À la suite de l’émergence d’un Iran nucléaire, ils prendront soit le train en marche vers l’Iran, soit tenteront d’obtenir une garantie de sécurité nucléaire de la Russie ou de la Chine, des pays beaucoup plus proches de la région que les États-Unis.

Misant sur un nouveau recul de l’Occident, Téhéran encourage les éléments chiites radicaux en Irak afin de forcer un retrait américain. Il fomente également des troubles via les communautés chiites des États du Golfe. L’Iran est en outre allié à la Syrie, un État radical avec une prédisposition anti-américaine. De plus, Téhéran apporte un soutien essentiel aux organisations terroristes telles que le Hezbollah, le Hamas et le Jihad islamique. Selon le département d’État américain, l’Iran est l’État qui soutient le plus activement le terrorisme. Les succès iraniens enhardiraient les radicaux islamiques partout.

Un Iran nucléaire pourrait tenter de déstabiliser la Turquie – un pays au poids stratégique. La Turquie laïque a été un anathème pour l’Iran révolutionnaire. Téhéran a déjà tenté dans les années 1990 de se mêler des affaires turques et de renforcer les forces islamistes extrémistes. De nos jours, l’Iran révolutionnaire peut capitaliser sur la crise d’identité actuelle en Turquie afin d’accroître le pouvoir des islamistes radicaux. La perte de la Turquie hors de la sphère de l’Occident serait un coup de poker stratégique.

Comme le Pakistan doit envisager un État nucléaire à sa frontière occidentale, des changements dans sa posture nucléaire sont probables, affectant l’équation nucléaire dans le sous-continent. L’effet de chaîne nucléaire pourrait même atteindre la Chine.

Un Iran nucléaire pourrait éroder davantage le régime international de non-prolifération nucléaire (TNP) et entraver les tentatives américaines pour freiner la prolifération. Un Iran doté de l’arme nucléaire aurait également un effet en cascade, générant une prolifération nucléaire dans la région immédiate. Il est peu probable que les États du Moyen-Orient, qui affichent invariablement des perceptions de menace élevées, se tournent nonchalamment vers un Iran nucléaire. La dissuasion étendue américaine, en particulier de nos jours, n’est pas crédible au Moyen-Orient. Par conséquent, ces États ne résisteraient pas à la tentation de contrer l’influence iranienne en adoptant des postures nucléaires similaires[19]

Un Moyen-Orient nucléaire multipolaire serait la recette pour le désastre. Ce pronostic stratégique résulte de deux facteurs principaux: a) l’insuffisance d’une posture défensive contre les armes nucléaires, et b) les difficultés entourant la mise en place d’une dissuasion nucléaire stable dans la région. La croyance dans les effets stabilisateurs de la prolifération nucléaire est un vœu pieux de la part de stratèges irresponsables.

Malheureusement, la diplomatie et les sanctions économiques n’ont jusqu’à présent eu qu’un effet limité sur le projet nucléaire iranien. Les efforts de «changement de régime» n’ont jamais été sérieusement tentés et la possibilité de leur succès reste incertaine. L’Iran ne se décourage pas, soulevant l’option militaire. S’il est de la responsabilité des États-Unis, une puissance mondiale, de s’occuper du problème, Washington semble hésiter à se lancer dans une confrontation militaire. Le nouveau président américain, Joe Biden, signale sa préférence pour une voie diplomatique menant à une version améliorée du JCPOA. Ce n’est guère ce qui répond aux espoirs de Jérusalem. S’il était laissé seul, Jérusalem envisagerait sérieusement de prendre des mesures préventives.

Une confrontation plus large est-elle inévitable?

Israël a connu des affrontements militaires avec les supplétifs de l’Iran, le Hezbollah, le Jihad islamique palestinien et le Hamas. Jérusalem a été déterminée à ne pas permettre l’émergence d’une situation libanaise en Syrie, où des missiles menacent l’Etat juif. Par conséquent, dès 2013, Israël a commencé à attaquer des cibles liées à l’Iran en Syrie pour empêcher l’enracinement de l’Iran et de ses milices supplétives en Syrie. Ces attaques servent également à détruire des missiles de fabrication iranienne expédiés au Hezbollah au Liban, ainsi que des composants visant à améliorer leur précision.

Tsahal a, pour la plupart de ses opérations, conservé une approche discrète, choisissant de ne pas faire connaître ses opérations. En janvier 2019, des milliers de cibles ont été touchées, selon le chef d’état-major de l’époque, Gadi Eisenkot. [20] Israël a réussi à faire reculer en partie les milices soutenues par l’Iran de sa frontière immédiate, bien que l’Iran continue de déployer ses forces et ses armes en Syrie, ainsi qu’aux passages frontaliers irako-syriens. Il riposte aussi de temps en temps, même dans une petite mesure, juste pour faire valoir un point. Malgré les attaques israéliennes implacables, l’Iran a montré sa détermination à poursuivre ses projets, même s’il fait face à des problèmes intérieurs en raison des sanctions américaines, de la diminution des revenus pétroliers, des manifestations de rue, d’une dure réalité économique et récemment d’une crise aggravée du Covid-19.

Pourtant, l’Iran est déterminé à créer son couloir chiite, à affaiblir l’Arabie saoudite et à finalement expulser les États-Unis du Moyen-Orient. Alors que l’Iran espérait initialement survivre au président Trump, lorsqu’il a ressenti le pincement des sanctions économiques, Téhéran a décidé de changer de vitesse en utilisant sa valeur de nuisance. Des attaques contre le transport de pétrole dans le golfe Persique et Oman ont eu lieu sans que l’Iran n’en assume la responsabilité. De même, l’Iran a attaqué le champ pétrolifère de Khurais et les usines de traitement du pétrole d’Abqaiq avec des drones et des missiles de croisière, les rendant temporairement hors service (la production pétrolière de l’Arabie saoudite a ensuite été réduite de plus de 50%). En juin 2019, le CGRI iranien a abattu un drone de surveillance américain au-dessus du détroit d’Ormuz et à partir de janvier 2020, Téhéran a lancé des missiles sur des cibles américaines en Irak.

Malgré le changement de politique de Washington envers l’Iran, Trump a préféré une voie diplomatique. Les États-Unis se sont appuyés sur une pression économique maximale pour obtenir «un meilleur accord», mais jusqu’à présent, l’Iran ne semble pas découragé et continue de faire preuve de rigueur. Les États-Unis sont également distraits par leurs efforts pour relever le défi du Covid-19. Il est hautement improbable que l’administration Trump attaque les installations nucléaires iraniennes avant un changement de garde à Washington. En revanche, Biden est déterminé à essayer de restaurer un JCPOA amélioré, qui laissera à Téhéran l’option nucléaire. 

Une telle lecture de ces développements suscite une inquiétude croissante à Jérusalem. Alors que l’Iran acquiert une influence croissante au Moyen-Orient et défie le monopole d’Israël sur les armes nucléaires dans la région, et que la nouvelle administration américaine semble simultanément peu susceptible de prendre des mesures déterminées contre le programme nucléaire iranien, une conflagration plus importante entre Téhéran et Jérusalem semble plus probable.

La perception de la menace en Israël est immense. Israël prend très au sérieux les menaces iraniennes d’éradiquer l’Etat juif – un peuple qui a une longue histoire de persécutions, de pogroms et d’une Shoah n’ignorera pas les menaces d’extinction. Les aspirations nucléaires de l’Iran sont considérées en Israël comme une menace existentielle, conférant une légitimité nationale à une action militaire contre l’Iran. 

Le Premier ministre Netanyahu réitère constamment et avec force qu’Israël ne permettra pas à l’Iran de devenir une puissance nucléaire. Une indication de l’humeur israélienne est le discours résolu prononcé par le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kochavi, le 25 décembre 2019. Il a désigné l’Iran et ses supplétifs comme la principale menace contre Israël et a clairement indiqué qu’une collision avec l’Iran est presque inévitable. Il a ajouté que l’armée se préparait à un tel scénario. Kochavi a également fait allusion à l’inaction des États du Golfe et des États-Unis face aux frappes iraniennes contre les installations pétrolières et les navires. «Ce serait mieux si nous n’étions pas seuls», a t-il fait remarquer. [21]Kochavi a également créé une nouvelle direction dirigée par un major général pour faire face à la menace iranienne, récemment rebaptisée «Direction de la stratégie et du troisième cercle». Tsahal s’attend à ce que la menace iranienne soit une priorité absolue dans les années à venir. [22]

Au cours de la dernière décennie, Israël s’est préparé pour attaquer l’infrastructure nucléaire iranienne. [23] Malgré les nombreux obstacles à une mission réussie, Tsahal semble capable de l’exécuter. Alors que la signature du JCPOA a sapé la légitimité internationale de l’action israélienne, de nos jours, à toutes fins utiles, le JCPOA original est un document mort.

La politique d’Israël sur la prolifération nucléaire au Moyen-Orient a jusqu’à présent été cohérente. Des stratagèmes d’obstruction et de retard ont été utilisés pour faire face aux menaces nucléaires émergentes. L’explosion de juin 2020 à Natanz et l’élimination ciblée en novembre 2020 du plus ancien scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh semblent être des exemples récents d’une telle obstruction. Lorsque ces outils ne sont plus efficaces, des frappes aériennes chirurgicales sont utilisées pour détruire les installations nucléaires des pays voisins. En 1981, le réacteur irakien Osiraq a été démoli en raison de son potentiel de production de plutonium. Un sort similaire attendait le réacteur syrien en 2007. La préemption d’une menace émergente fait partie du menu des choix politiques dans la réflexion stratégique israélienne.

La justification de la destruction de la capacité nucléaire militaire potentielle est simple. Israël ne croit pas pouvoir parvenir à une dissuasion stable avec un État du Moyen-Orient hostile, armé d’une bombe nucléaire. Étant un État avec un petit territoire et à seulement une courte distance de ses rivaux régionaux, Israël se sent très vulnérable à une attaque nucléaire. La probabilité d’accidents, de lancements non autorisés, d’erreurs de calcul ou d’effondrement du régime dans les États du Moyen-Orient est beaucoup plus élevée que dans d’autres parties du monde. La période précédant la mise en place de capacités et de garanties de seconde frappe crédibles, semblables à celles mises en œuvre dans les relations américano-soviétiques, est particulièrement dangereuse. Il est également important de garantir une posture de deuxième frappe, un processus en cours plein d’incertitudes. [24]De plus, la dissuasion dépend de la sensibilité aux coûts. Le fanatisme religieux, répandu au Moyen-Orient, réduit la sensibilité au coût. En effet, les dirigeants iraniens ont exprimé leur volonté de perdre des millions de personnes afin d’éradiquer l’État juif. [25] Ils se vantent de leur culture du Jihad et du martyre.

Il est de plus en plus urgent de détruire la capacité nucléaire naissante de l’Iran en raison des progrès iraniens constants dans leurs projets nucléaires et missiles.

Israël pourrait frapper pour empêcher le retour de l’Iran à la table des négociations. Sous une pression supplémentaire, l’Iran pourrait revenir à une stratégie de «parler et construire» pour gagner du temps. Une telle stratégie capitalise sur les réticences européennes et américaines à intensifier les répliques. Décider que les négociations sont inutiles nécessite une action alternative, ce qui n’est pas une option séduisante pour de nombreux gouvernements. Essentiellement, les pourparlers non concluants préservent un statu quo, une impasse tendue dans laquelle l’Iran peut continuer sans entrave à poursuivre son programme nucléaire. En effet, les négociations, dans lesquelles les Iraniens excellent, et les concessions temporaires retardent les pressions diplomatiques et économiques et, surtout, les frappes militaires préventives.

Israël pourrait frapper plus tôt que plus tard afin d’empêcher des améliorations supplémentaires des mesures défensives de l’Iran autour de ses installations nucléaires. L’embargo imposé par le Conseil de sécurité de l’ONU sur la vente d’armes à l’Iran a expiré en octobre 2020. En conséquence, l’Iran peut désormais acheter les systèmes d’armes qu’il a cherché sans succès à obtenir dans le passé. L’Iran achètera probablement des armes principalement à la Russie, qui est son principal fournisseur d’armes depuis les années 1990, et sa liste de courses comprendra probablement l’avion Sukhoi S-30 et les systèmes avancés de défense aérienne S-400.

Après l’élimination de Soleimani, Tsahal a vu une chance d’intensifier les attaques contre l’Iran et ses alliés pour limiter davantage la présence iranienne en Syrie. [26] Une telle escalade en Syrie pourrait être capitalisée pour frapper le projet nucléaire iranien. Les actions préventives en Irak et en Syrie ont mis fin aux projets nucléaires dans ces États. De plus, ces précédents montrent que de grandes répercussions régionales ne sont pas inévitables.

Israël peut également intensifier ses réponses militaires pour éviter un effet de train en marche dans les États du Golfe et en Arabie saoudite. Ces États sont alignés sur Israël, notamment depuis la signature des accords d’Abraham. Mais, à mesure que l’Iran devient plus puissant dans la région et que le parapluie de sécurité américain devient moins fiable, la réorientation de leur politique étrangère vers Téhéran pourrait devenir plus attrayante. Leur appréhension quant à la politique iranienne de la nouvelle administration Biden pourraient être un facteur contribuant à un tel rapprochement des États sunnites avec l’Iran. Un changement aussi radical dans la politique étrangère des États du Golfe et de l’Arabie saoudite pourrait alors affecter la Jordanie et l’Égypte (qui ont toutes deux des traités de paix avec Israël), isolant davantage Israël dans la région. Une démonstration de force israélienne maintiendra donc les États sunnites alignés sur Israël.

L’histoire nous enseigne que lorsqu’une puissance montante remet en question l’équilibre des pouvoirs, dans la plupart des cas, la guerre s’ensuit. Ce phénomène a été appelé «guerre hégémonique». [27] Les guerres hégémoniques sont causées par la croissance différentielle du pouvoir entre les États dominants et aspirants. Une guerre hégémonique ne peut survenir pendant une période de relative stabilité; au contraire, la croissance inégale et le déclin du pouvoir sont un facteur nécessaire qui conduit finalement à la bipolarisation du système international, créant une crise inévitable sous la forme d’une guerre hégémonique. Une telle compétition dans le système des villes grecques s’est terminée par les guerres du Péloponnèse. La quête de la Prusse pour l’unification des principautés allemandes sous sa direction a provoqué plusieurs guerres européennes.

Au Moyen-Orient, nous voyons un Iran ascendant qui n’est plus équilibré par les États arabes en déclin, et que leur fournisseur de sécurité, les États-Unis, semble quitter la région. Bien qu’il ne soit pas prédéterminé, Israël peut entrer en guerre pour empêcher un Moyen-Orient dominé par un Iran islamiste nucléaire. En fait, il prend déjà les moyens d’une action militaire pour arrêter son encerclement par un anneau de feu d’inspiration iranienne.

Conclusion

Un arsenal nucléaire est la meilleure assurance de l’Iran pour la survie du régime et la réalisation de son hégémonie régionale. Ainsi, il est inconcevable que les mollahs renoncent à la quête de la bombe. Il est peu probable que la diplomatie et / ou les sanctions économiques empêchent l’Iran de devenir nucléaire. Quels que soient les efforts déployés pour «changer de régime», ils n’ont pas abouti. La communauté internationale, y compris les États-Unis, n’a aucun appétit pour une confrontation militaire avec l’Iran. À l’heure actuelle, les aspirations impériales et nucléaires de l’Iran restent incontrôlées.

Israël ne peut tolérer un Iran nucléaire. Les relations Iran-Israël sont essentiellement un jeu à somme nulle, ne laissant à Israël d’autre choix que d’agir selon ses instincts existentiels. Par conséquent, une escalade de l’utilisation de la force pour inverser l’ascendance iranienne dans la politique au Moyen-Orient, empêcher sa nucléarisation, ainsi que l’encerclement d’Israël par des supplétifs iraniens, est probable, ajoutant une nouvelle dimension à la guerre Iran-Israël déjà en cours. En supposant qu’Israël a la capacité de détruire les éléments clés du programme iranien, une telle option a un sens stratégique éminent. Malheureusement, seule une action militaire peut empêcher la descente du Moyen-Orient dans une région encore plus brutale et dangereuse.

Remarque: Cet essai est une version révisée d’un article publié par SIRIUS: Zeitschrift für Strategische Analysen.


[1] Pour les craintes déjà exprimées par le Premier ministre Rabin dans les années 1990, voir Efraim Inbar, Rabin and Israel’s National Security (Washington DC: The Johns Hopkins University Press, 1999), pp. 124, 138-40; Rabin a même envisagé de désigner officiellement l’Iran comme un «État ennemi». (p. 139); Voir aussi Gil Merom, «Israel Perceptions of the Nuclear Threat», Political Science Quarterly , vol. 132, non. 1 (2017), pp. 87-118.

[2] Michael Segall, «The Nuclear Deal: No Pause in Iran’s Vow to Destroy Israel», Jerusalem Center for Public Affairs, 16 août 2015, https://jcpa.org/article/nuclear-deal-irans-vow- détruire-israel /

[3] Fareed Zakaria, entretien avec Sa Majesté le roi Abdallah II, CNN, 25 janvier 2018, https://kingabdullah.jo/en/interviews/interview-his-majesty-king-abdullah-ii-173

[4] Yaakov Amidror, La logique des actions d’Israël pour contenir l’Iran en Syrie et au Liban (Jérusalem: Institut pour la stratégie et la sécurité, 16 septembre 2018). https://jiss.org.il/en/amidror-the-logic-of-israels-actions-to-contain-iran-in-syria-and-lebanon/ .

[5] Les réseaux d’influence de l’Iran au Moyen-Orient (Londres: IISS, novembre 2019). https://www.iiss.org/publications/strategic-dossiers/iran-dossier/iran-19-03-ch-1-tehrans-strategic-intent

[6] Times of Israel , 28 octobre 2019, https://www.timesofisrael.com/netanyahu-says-iran-seeking-to-fire-missiles-at-israel-from-yemen/

[7] Efraim Karsh, L’impérialisme islamique: une histoire , édition mise à jour (New Haven: Yale University Press, 2013).

[8] Pour une histoire du programme nucléaire iranien, voir https://www.nti.org/learn/countries/iran/nuclear/

[9] Mise en œuvre de l’accord de garanties TNP en République islamique d’Iran , rapport du directeur général de l’AIEA, 6 juin 2003  http://www.iaea.org/sites/default/files/gov2003-40.pdf .

[10] Steven Mufson, «L’Iran ne fournit pas l’accès nécessaire à l’information, déclare le chien de garde nucléaire, Washington Post , 24 mars 2015.

[11] Aaron Arnold, Matthew Bunn, Caitlin Chase, Steven E. Miller, Rolf Mowatt-Larssen, William H. Tobey, le rapport Belfer. The Iran Nuclear Archive: Impressions and Implications (Cambridge: Belfer Center for Science and International Affairs, 2019),

https://www.belfercenter.org/sites/default/files/files/publication/The%20Iran%20Nuclear%20Archive_0.pdf.

[12] Pour une défense du JCPOA, voir Mark Fitzpatrick, Michael Elleman et Paulina Izewicz, Uncertain Future: The JCPOA and Iran’s Nuclear and Missile Programs (Londres: IISS / Routledge, 2019).

[13] https://www.jpost.com/Breaking-News/France-Britain-Germany-To-Trigger-Iran-Nuclear-Deal-Dispute-Mechanism-On-Tuesday-Diplomats-614116

[14] https://www.iaea.org/sites/default/files/20/06/gov2020-34.pdf .

[15] Anna Ahronheim, «L’Iran aura suffisamment de matériel pour une bombe nucléaire d’ici un an», Jerusalem Post, 14 janvier 2020. https://www.jpost.com/Middle-East/Soleimani-killing-Window-of -opportunité-ouverte-pour-Israël-contre-l’Iran-614151 . Pour une évaluation d’un temps d’évasion plus court, voir Raphael Ofek, «Iran’s Uranium Enrichment Program: Approaching Breakout», BESA Center Perspectives Paper, n ° 1614, 24 juin 2020.

[16] Ceci est en grande partie conforme à ce que Yehezkel Dror a appelé un «état fou». Voir son, Crazy States (Lexington: Heath Lexington, 1973), chapitre 2. D’autres qualifient ces États d ‘«États voyous». Voir Anthony Lake, «Confronting Backlash States», Affaires étrangères , vol. 73, n ° 2 (mars / avril 1994).

[17] Le terme «ellipse d’énergie» a été inventé par Geoffrey Kemp et Robert E. Harkavy, Strategic Geography and the Changing Middle East (Washington: Carnegie Endowment for International Peace, 1997), p. 113.  

[18] Le mouvement de marche se produit lorsqu’un  État  recherche la sécurité en s’alignant sur un pouvoir antagoniste plus fort  .

[19] Voir la déclaration d’Ahmed Aboul Gheit, le secrétaire général de la Ligue arabe, 13 décembre 2019, http://www.memri.org.il/cgi-webaxy/item?170_h ; Voir également la déclaration 2018 du prince Mohammed Ben Salman, https://www.reuters.com/article/us-saudi-iran-nuclear/saudi-crown-prince-says-will-develop-nuclear-bomb-if-iran- fait-cbs-tv-idUSKCN1GR1MN . Une déclaration similaire a été faite par Erdogan de la Turquie en septembre 2019, https://www.reuters.com/article/us-turkey-nuclear-erdogan/erdogan-says-its-unacceptable-that-turkey-cant-have-nuclear-weapons -idUSKCN1VP2QN

[20] https://www.nytimes.com/2019/01/11/opinion/gadi-eisenkot-israel-iran-syria.html

[21] 28 décembre 2019. https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-iran-collision-inevitable-idf-lebanon-syria-iraq-gaza-1.8318914

[22]  Lilach Shoval, « Tsahal continue de restructurer son état-major pour faire face à la menace iranienne », Israel Hayom 15 juin 2020.

[23] Voir Ilan Kfir, «Storm» Toward Iran (hébreu) ​​(Rishon LeZion: Miskal, 2019).

[24] Voir Albert Wohlstetter, «The Delicate Balance of Terror», Foreign Affairs , (janvier 1959).

[25] En 2001, Hashemi Rafsandjani, l’ancien président de l’Iran, a émis l’hypothèse que dans un échange nucléaire avec Israël, son pays pourrait perdre 15 millions de personnes, ce qui équivaudrait à un petit «sacrifice» parmi les milliards de musulmans du monde entier en échange des vies. de 5 millions de juifs israéliens. Voir Suzanne Fields, «Confronting the New Antisémitisme», Washington Times , 25 juillet 2004.

 < https://www.washingtontimes.com/news/2004/jul/24/20040724-105243-9684r/ >.

[26] Amos Harel, «L’armée israélienne voit l’occasion d’intensifier les attaques contre l’Iran et ses alliés», Haaretz , 16 janvier 2020. https://www.haaretz.com/middle-east-news/iran/.premium-israeli -armée-voit-la-chance-d’escalader-les-attaques-contre-l’iran-et-ses-alliés-1.8402081

[27] Robert Gilpin, «L’origine et la prévention des grandes guerres», The Journal of Interdisciplinary History , Vol. 18, n ° 4, (printemps 1988), pp. 591-613. Voir aussi Graham Allison , Destiné à la guerre: l’Amérique et la Chine peuvent-elles échapper au piège de Thucydide? (Boston: Houghton Mifflin Harcourt, 2017).

jiss.org.il

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s