` Nos pires craintes se sont réalisées  », Violence extrême sur DC

Publié par
TOPSHOT – Supporters of US President Donald Trump enter the US Capitol as tear gas fills the corridor on January 6, 2021, in Washington, DC. – Demonstrators breeched security and entered the Capitol as Congress debated the a 2020 presidential election Electoral Vote Certification. (Photo by Saul LOEB / AFP) (Photo by SAUL LOEB/AFP via Getty Images)

` Nos pires craintes se sont réalisées  »: les scrutateurs de l’extrémisme surveillent la violence à DC

«Tout les experts dans nos sphères, ont mis exactement en garde contre ce développement toxique», a déclaré Heidi Beirich, qui surveille les extrémistes depuis 20 ans.

Par BEN SALES / JTA   7 JANVIER 2021 03:23

Une explosion causée par une munition de la police est observée alors que les partisans du président américain Donald Trump se rassemblent devant le Capitole américain à Washington (crédit photo: LEAH MILLIS / REUTERS)

Une explosion causée par un tir de gaz lacrymogène de la police est pris en photo, alors que les partisans du président américain Donald Trump se rassemblent devant le Capitole américain à Washington (crédit photo: LEAH MILLIS / REUTERS)Publicité( JTA ) –

Ils nous ont prévenus, prévenus encore et encore. Les observateurs de l’extrémisme ont averti qu’il pourrait y avoir de la violence dans les rues. Ils ont dit que les communautés minoritaires – parmi lesquelles des Juifs – pourraient être mises en danger

Ils ont déclaré que les fausses déclarations incessantes d’une élection truquée, d’un vote frauduleux, d’un complot pour faire tomber le président, pourraient toutes conduire à la violence le jour du scrutin ou après.T oute l’année, et surtout après que le président Donald Trump a déclaré qu’il n’accepterait pas les résultats des élections de novembre, les personnes qui surveillent l’extrême droite en Amérique ont averti de la direction que pourrait prendre l’Amérique. 

Les responsables et les analystes s’inquiètent ouvertement des attaques contre la police ou des menaces contre les synagogues ou les bureaux de vote dans les quartiers noirs. Un document annonceur de désastres, produit par le New Jersey Office of Homeland Security and Preparedness, a prédit, parmi ses scénarios les plus extrêmes, que les théoriciens du complot pourraient «menacer et cibler les représentants élus au niveau fédéral [et] au sein des institutions gouvernementales». Ce langage a pris vie mercredi lorsqu’une foule de partisans de Trump a pris d’ assaut le Capitole américain. 

Le Congrès, au milieu d’une audience sur les résultats des élections, s’est engouffré dans la clandestinité. Les extrémistes, portant les symboles de leur haine, se sont assis sur l’estrade dans la salle du Sénat et ont regardé le contenu des ordinateurs du gouvernement, abandonnés par les membres du personnel qui ont fui à la hâte. Le vice-président a été transporté dans un endroit sûr, tandis que le président a dit «nous vous aimons» aux personnes qui l’ont forcé à fuir. Et plusieurs personnes dont une femme – jusqu’ici restée anonyme – ont été tués par balle au milieu d’une foule qui occupait de force les couloirs du gouvernement.

«Ouais, c’est ça», a déclaré Heidi Beirich, qui surveille les extrémistes depuis 20 ans, lorsqu’on lui a demandé si le chaos de mercredi était ce dont elle s’inquiétait avant les élections. «Ce sont nos pires craintes réalisées.» «Tout le monde dans mon univers a mis en garde exactement contre ce déroulement», at-elle ajouté. En regardant leurs prédictions se réaliser à la télévision, les gens du monde de l’anti-extrémisme ont tous dit mercredi qu’ils n’avaient aucun plaisir à reprendre la formule « prophétique » : «Je vous l’avais dit».

«Cela semble être une conclusion logique pour une grande partie de ce que nous avons vu tout au long de l’année, qu’il s’agisse de la réouverture des manifestations et des efforts pour délégitimer les gouvernements des États, qu’il s’agisse de théories du complot», a déclaré Oren Segal, vice-président du Centre de la Ligue anti-diffamation. sur l’extrémisme. 

Oren Segal, ADL

«Ces choses ont des conséquences. Les gens y prêtent attention et ils animent ceux qui se soucient moins de leur démocratie. »

Comme tout le monde, les observateurs de l’extrémisme ont beaucoup utilisé le mot «sans précédent». Ce mot revenait également il y a trois ans, lorsque les suprémacistes blancs ont défilé à Charlottesville, en Virginie, lors d’un événement qui, selon Joe Biden, l’a inspiré à se présenter à la présidence, car il ne voulait pas vivre dans une Amérique qui tolérait «la mêmes bile antisémite entendue à travers l’Europe dans les années 30. Le chaos au Capitole ressemblait à ce qui s’était passé à Charlottesville à certains égards. Les deux événements étaient des rassemblements avec de nombreux groupes extrémistes qui incluaient la violence. Quelqu’un a aussi été tué alors. À l’époque, Trump appelait les extrémistes de «très bonnes personnes».  Aujourd’hui, dans une vidéo exhortant également la foule à se disperser et à «rentrer à la maison», il leur a dit: «Nous vous aimons».

Mais les analystes ont dit que les deux moments ne devraient pas être assimilés l’un à l’autre. Après tout, a déclaré Michael Masters, le PDG du Secure Community Network, une agence de sécurité juive (équivalente au SPCJ en France, NDLR), «la raison pour laquelle la manifestation a lieu est différente. Brad Orsini, le conseiller principal à la sécurité nationale du groupe, a déclaré: «Je regarde tous ces incidents au pied de la lettre, car ils sont uniques

En d’autres termes : les néo-nazis marchant avec des croix gammées et scandant «Les juifs ne nous remplaceront pas» sont quelque peu différents des extrémistes pro-Trump (y compris des néo-nazis) qui prennent d’assaut le Capitole et se battent contre des policiers. Ils sont tous deux vraiment toxiques, selon ces experts, mais ils sont tous deux mauvais à leur manière spécifique.

Ce qui les unit, a déclaré Segal, est ce qui unit tous les extrémistes: un profond ressentiment de colère et de reproche. Ils ont le sentiment que quelque chose leur a été enlevé et ils veulent combattre ceux qui l’ont pris. À Charlottesville, les néo-nazis voulaient combattre les Juifs pour avoir emporté et détourné leurs sociétés blanches imaginaires. Mercredi, la foule a voulu se battre contre le gouvernement pour avoir «volé» la victoire (imaginaire) de Trump.

«Aujourd’hui, les Juifs ne nous ont pas remplacés», nous dit Segal, en rappelant les slogans du moment. «Aujourd’hui, il s’agissait de reprendre quelque chose d’autre: l’Amérique qu’ils veulent, mais c’est quelque chose qui anime tout le temps les extrémistes – ce concept selon lequel quelque chose leur est enlevé par quelqu’un (de mauvaises mains, juives ou autre). Et contrairement à Charlottesville, la violence d’aujourd’hui ne concernait pas vraiment les Juifs – bien qu’Orsini ait déclaré que les Juifs pourraient être plus sensibles à cela que les autres. 

«Cela résonne davantage parce que nous avons connu cette augmentation, cette rhétorique de l’antisémitisme. Nous avons vu des attaques violentes », a-t-il déclaré. La différence maintenant est que la foule de mercredi a touché tout le monde dans le pays. «Ce que les gens voient aujourd’hui, ce n’est pas seulement un problème pour les Juifs, c’est un problème américain», a déclaré Segal.

Les chercheurs sur l’extrémisme ne savent pas ce qui va suivre. Ils veulent que l’ordre revienne au Capitole, et ils veulent que la nouvelle administration fasse ce que celle-ci n’a pas voulu faire : – inciter au calme, faire cesser sans équivoque les appels à la haine.

Mais surtout, ils veulent que les gens écoutent.

«J’espérais être sans emploi il y a des années», a déclaré Beirich, qui a co-fondé le Projet mondial contre la haine et l’extrémisme au début de 2020, seulement, après une longue carrière dans l’étude de la haine. «Je ne voulais pas que cela continue à métastaser et à grandir.»

jpost.com

Laisser un commentaire