Les pro-Trump tentent l’ultime sédition au Congrès. Quatre émeutiers sont morts

Posted by

Les manifestants pro-Trump prennent d’assaut le Congrès pour arrêter le décompte des résultats des élections.

Une femme a été abattue par la police, trois ont souffert de crises d’étouffement dans le chaos généré par une effraction massive dans la chambre du Congrès le 6 janvier par des manifestants de Trump déterminés à suspendre la certification de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle de 2020. Ils venaient d’un rassemblement pour soutenir l’allégation de fraude du président Trump. Quatorze policiers ont été blessés lors de l’arrestation de plus de 52 émeutiers. Les deux chambres, évacuées aux heures de chaos, ont depuis procédé à la re-convocation des députés pour terminer le décompte. La Géorgie a depuis proclamé une victoire démocrate. Un groupe démocrate exige de Pence qu’il invoque le 25ème amendement (déjà appliqué de facto) pour destituer l’actuel Président alors empêché. Les Républicains parlent de « Pearl Harbour démocratique ». Des explosifs ont même été retrouvés dans certains locaux politiques.

Capitol Hill on lockdown as pro-Trump protesters break barriers, Congress on pause

Juste avant le couvre-feu décrété par les autorités, les manifestants refusent de quitter les lieux et demeurent dans le périmètre du Capitole. Mike Pence en personne a fait appel à la Garde Républicaine, contournant la tentative jusqu’auboutiste de son ancien patron. Robert O’Brien, le Conseiller à la Sécurité Nationale fait l’éloge de l’action de Mike Pence, personne « décente » (sous-entendant qu’un ultime changement s’impose). Mitt Romney appelle à reconnaître immédiatement Biden, pour que les Républicains ne soient pas considérés comme hostiles à la démocratie. Mike Pompeo déclare la situation d’invasion totalement « inacceptable » et se désolidarise aussi du pompier-pyromane qui le dirige encore formellement.

Ce n’est donc pas le président en exercice Trump qui a appelé la Garde nationale, mais son bras droit. Trump a dit aux manifestants de «rester pacifiques» deux heures après que des milliers de personnes ont pris d’assaut la chambre du Congrès, le mercredi 6 janvier pour interrompre la certification de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle de 2020. Alors que Capitol Hill a été placé sous couvre-feu et que la police armée du Capitole a évacué les sénateurs de l’étage de la Chambre, les manifestants ont escaladé les murs et brisé les fenêtres pour envahir le bâtiment avant de détruire les meubles de la chambre. Des coups de feu ont été entendus à l’intérieur du bâtiment et des législateurs ont été aperçus avec des armes de poing tirées, tandis que d’autres se sont accroupis. Une première victime par balle, ancienne militaire venue de San Diego, a été transportée hors du bâtiment. Elle est décédée de ses blessures au moment de l’entrée en vigueur du couvre-feu. Il est, le lendemain, question de 4 morts au total et au moins 14 policiers blessés, dont un jeté dans la foule et lynché par les émeutiers. Les Swat (GIGN américain) sont en intervention pour évacuer les lieux.

Un tenant des thèses conspirationnistes en peau de bête, Wothaniste (voir : tatouages identiques à certains de Himmler), suprémaciste blanc et antisémite

La police du Capitole a demandé des renforts alors que les sénateurs républicains ont appelé le président Trump à dire aux manifestants de rentrer chez eux et de calmer la situation.


Pendant ce temps, le Congrès est entré en suspension de séance et a suspendu le décompte électoral et le processus de certification. Des législateurs républicains des deux chambres avaient prévu de faire obstruction au décompte dans une ultime tentative de retarder l’investiture du président démocrate élu Joe Biden en tant que président.

Le vice-président Mike Pence, malgré la pression de Trump pour renverser les résultats des élections contre le protocole, a publié une lettre confirmant qu’il ne rejettera pas les électeurs, notant que son rôle est en grande partie «cérémonial». Les dés pour les résultats finaux étaient sur le point d’être jetés en deux votes dans l’État du sud de la Géorgie au cours des deux derniers jours. Les deux sièges supplémentaires que les démocrates étaient sur le point de remporter donneraient à ce parti un contrôle effectif du Sénat avec 50 sénateurs. Les républicains perdraient le contrôle pour la première fois depuis 2014.

Le 25ème amendement est évoqué pour pousser Trump à la démission avant le 20 janvier en invoquant qu’il ne se montre pas en capacité de mener ses fonctions jusqu’au bout. Cela permettrait à Trump de laisser le pouvoir à Mike Pence, ce dernier pourrait alors le gracier et ainsi, l’empêcher de subir les foudres d’éventuelles poursuites judiciaires pour appel à l’insurrection et atteinte à la démocratie américaine. Les comptes Twitter et Facebook


La victoire de la Géorgie a été confirmée en cours de soirée et représente un coup de pouce majeur pour la présidence de Biden et la certification finale du vote, éliminant son dernier obstacle avant d’être assermenté en tant que président le 20 janvier.

Laisser un commentaire