Entrer dans la tête d’Erdogan

Publié par

(Presidential Press Service via AP, Pool)

Après des années à insulter Israël et à financer le Hamas, le président turc Recep Tayyip Erdogan fait des ouvertures et réclame une réconciliation. Qu’est-ce que cela a à voir avec les Frères musulmans et le président élu américain Joe Biden, et à quel point Israël devrait-il le prendre au sérieux?

 Par  Nadav Shragai  Publié le  01-04-2021 13:00 Dernière modification: 01-04-2021 10:22

Dans les cercles diplomatiques de Jérusalem et de Washington, les gens se frottent les yeux avec incrédulité. Même dans un monde où les intérêts sont calculés, un zig-zag comme celui du président turc Recep Tayyip Erdogan sur Israël n’est pas chose courante. Tout à coup, le patron des Frères musulmans, l’homme qui a passé des années à utiliser n’importe quelle plateforme pour insulter Israël et est revenu sur sa promesse d’arrêter les activités du Hamas en Turquie, courtise soudain Israël.

Jusqu’à récemment, Erdogan se moquait encore de l’accord de réconciliation signé par la Turquie et Israël en 2016, qui était censé résoudre le conflit sur l’ incident de Mavi Marmara et remettre les relations turco-israéliennes sur une voie normale. Erdogan a comparé le traitement réservé aux Palestiniens par Israël à la manière dont les nazis traitaient les Juifs; a déclaré que le gouvernement israélien «suivait la voie d’Hitler», et a même déclaré que «de sales sionistes polluent le Mont du Temple».

Il y a deux ans, après que l’ambassade américaine a été transférée à Jérusalem et qu’Israël a bombardé des cibles du Hamas dans la bande de Gaza, Erdogan a expulsé l’ambassadeur d’Israël à Ankara, Eitan Na’eh (transféré récemment aux Emirats, NDLR) et a rappelé son propre envoyé de Tel Aviv. Et maintenant, au cours des derniers mois, nous le voyons changer de cap. Erdogan cherche des liens plus étroits avec Israël et envoie des émissaires, des indices et des messages qui ne laissent aucun doute sur ses intentions. De plus, après une longue période de boudeur, la Turquie envoie un nouvel ambassadeur en Israël – Ufuk Ulutas, un proche associé d’Erdogan. Ulutas a également nié le droit d’Israël d’exister sur la «terre palestinienne» et a fait des déclarations extrêmement hostiles à son encontre.

La Turquie accepte même le récent accord de normalisation entre Israël et le Maroc avec une étonnante sérénité. Il y a quelques mois à peine, il a attaqué des accords similaires entre Israël et les Émirats arabes unis. Les rapports sur une série de réunions entre le chef du Mossad Yossi Cohen et le chef des services de renseignement turcs Hakan Fidan indiquent également à quel point Erdogan est sérieux à propos d’Israël.

Alors qu’est-il arrivé à Erdogan? Les hauts responsables de Jérusalem pensent que la volte-face de son approche peut s’expliquer par le résultat de l’élection présidentielle américaine. Erdogan a une relation fracturée avec le président élu américain Joe Biden, et les Turcs pensent que le chemin vers la Maison Blanche passe par Jérusalem.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que les sionistes «souillaient» le mont du Temple (AP Photo / Mahmoud Illean, dossier)

«Ce qui dicte les relations entre Israël et la Turquie, c’est la qualité des relations entre les États-Unis et la Turquie», explique le Dr Hay Eitan Cohen Yanarocak, expert sur la Turquie auprès de l’Institut de Jérusalem pour la stratégie et la sécurité et du Centre Moshe Dayan pour le Moyen-Orient et l’Afrique. Etudes à l’Université de Tel Aviv.  

Selon Yanarocak, «les Turcs ont peur des sanctions américaines plus sévères et ils veulent l’aide des lobbies israélien et juif, qu’ils considèrent comme ayant beaucoup d’influence à Washington. Leur hypothèse est que la renormalisation avec Israël sera une étape de confiance pour Washington, une sorte de certificat de bonne conduite. « 

Il y a environ une semaine, le conseiller d’Erdogan, Mesut Casin, a annoncé que si Israël faisait un pas dans la direction de la Turquie, la Turquie ferait deux pas vers Israël.

Yanarocak dit qu’il connaît Casin, qui est un militaire laïc, pas un islamiste. «C’était mon professeur de droit international à Istanbul», dit-il, ajoutant qu’Israël devrait prendre au sérieux ce que dit Casin, ainsi que ce que dit Erdogan lui-même.

Cette semaine, fait remarquer le chercheur, un journaliste a demandé à Erdogan s’il était vrai que les relations turco-israéliennes se réchauffaient, et Erdogan a exprimé le désir de resserrer les liens malgré ses difficultés avec «la politique d’Israël envers les Palestiniens» et «avec les gens au sommet de l’Etat en Israël. « 

«Quand Erdogan dit cela, c’est bien plus qu’un indice», explique Yanarocak.

Pourquoi Erdogan a-t-il si peur de l’homme qui sera bientôt à la Maison Blanche? Biden a des problèmes de longue date avec Erdogan et ne prend pas la peine de les cacher. Le président élu s’est longtemps opposé à l’occupation turque du nord de Chypre. Biden a déclaré plusieurs fois que s’il devenait le président élu, son administration reconnaîtrait officiellement le génocide arménien perpétré par les Turcs au début du 20 e siècle. Contrairement à Trump, Biden se montre beaucoup moins patient envers le canal que la Turquie d’Erdogan, qui est toujours membre de l’OTAN, s’est ouverte en direction du président russe Vladimir Poutine, ainsi que pour son opération d’achat du système de défense antimissile russe S-400, ou pour le renforcement des liens entre les turcs et les iraniens entretenus par les Russes. Biden est particulièrement scandalisé par l’invasion turque du nord de la Syrie et ses attaques contre les Kurdes là-bas. En tant que président, Biden devrait renouveler le soutien américain aux Kurdes, à qui l’administration Obama a fourni des armes dans leur lutte contre l’État islamique.

La banque turque fera-t-elle l’objet d’une enquête?

Non seulement Erdogan connaît bien les positions de Biden, mais les deux hommes se sont rencontrés en personne quatre fois. Il se souvient également des propos de Biden lors de la course à la présidentielle, lorsqu’il parlait de rien de moins que d’évincer Erdogan avec l’aide de l’opposition turque – pas un coup d’État, mais des élections démocratiques. Maintenant, Erdogan a peur que Biden, contrairement à Trump, ne continue pas à retarder une enquête criminelle sur la Halkbank dirigée par le gouvernement, qui aurait tenté de contourner les sanctions américaines contre l’Iran. L’enquête pourrait aller jusqu’au sommet de la pyramide turque, y compris Erdogan lui-même.

Mais Biden n’est pas le seul problème d’Erdogan. Le président turc se trouve de plus en plus isolé. Trump, qui lui manquera, a néanmoins sanctionné la Turquie dans ses derniers jours à la Maison Blanche. Il a expulsé la Turquie d’un plan de construction de chasseurs furtifs F35 et lui a interdit de vendre à d’autres pays tout équipement de défense contenant des pièces américaines.

Erdogan a peur que Biden resserre les sanctions. Pendant ce temps, il se bat à la fois contre les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, qui le boycottent officieusement. Le boycott nuit à la Turquie à un moment où la livre turque est en train de chuter et où l’inflation et le chômage sont exorbitants. Erdogan n’est même pas en contact avec le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi, qui a interdit sans cérémonie les Frères musulmans.

En plus de tous ces troubles, l’Union européenne envisage des sanctions propres contre Ankara pour ses forages pétroliers dans l’est de la Méditerranée, qui endommagent les eaux territoriales chypriotes et grecques, ainsi qu’ils représentent une violation de leur souveraineté.

Israël réfléchit attentivement à la manière de répondre aux nouvelles ouvertures de la Turquie. L’offre semi-formelle de la Turquie d’un accord sur les frontières maritimes partagées avec Israël a été refusée pour le moment, et il n’y a pas beaucoup de chance qu’elle soit acceptée. La proposition a pris la forme d’un article de l’amiral turc à la retraite Cihat Yayci, un autre associé d’Erdogan, qui a été publié dans le journal mensuel Turkeyscope, que Yanarocak édite.

Dans l’article, Yayci suggère de relier les frontières maritimes d’Israël et de la Turquie, aux dépens de Chypre, et offre un autre « bonbon » – reliant le gazoduc israélien, qui devrait exporter du gaz naturel vers l’Europe, au gazoduc turc existant, d’où il coulerait, à travers le gazoduc Trans-Anatolie vers l’Europe.

Une plate-forme de forage offshore est photographiée sur le champ de Leviathan en Israël (Marc Israel Sellem / Pool via AP, dossier)

Ce serait en effet moins coûteux pour Israël que les coûts de l’initiative à laquelle Israël s’est déjà engagé dans le cadre d’un accord conclu avec la Grèce et Chypre au début de l’année, en vertu duquel un pipeline de 1900 km (1180 milles) sera construit d’Israël à Chypre et de là à la Crète, à la Grèce et à l’Italie d’ici 2025 pour un coût, pour Israël, de 6,86 milliards de dollars.

Il est peu probable qu’Israël, qui a une obligation envers ses nouveaux partenaires méditerranéens, accroche à l’appât, mais Yanarocak pense que « la proposition même et sa publication en Turquie – même s’il était clair pour les Turcs qu’Israël ne l’accepterait pas – vise à préparer l’opinion publique turque à des liens renouvelés avec Israël. « 

Normalisation, avec une note de bas de page

Les sanctions américaines actuelles pourraient être très douloureuses pour la Turquie, explique Yanarocak.

« La Turquie vend des cuirassés au Pakistan et est même fière de son hélicoptère d’attaque, et les drones sont construits et vendus à un certain nombre de pays différents. Mais tous ces systèmes comprennent des pièces de défense qui proviennent des États-Unis, et maintenant, ils ne peuvent pas être vendus. . Tout cela se passe avant même que Biden – contrairement à Trump – n’intervienne dans la question des droits de l’homme et de l’emprisonnement en Turquie », note-t-il.

Yanarocak a mentionné que certains employés de l’ambassade américaine en Turquie sont toujours en prison pour leurs prétendues tentatives de participer au coup d’État manqué contre Erdogan.

Yanarocak pense que le nouvel ambassadeur de Turquie arrivera en Israël un mois ou deux après la prise de fonction de Biden, mais met en garde contre l’honnêteté de la Turquie qui souhaite des liens renouvelés. « Ils pourraient maintenir le contact avec le Hamas, mais doivent cesser de soutenir l’organisation et le quartier général qu’ils fournissent aux [membres du Hamas] qui planifient des actions terroristes de l’intérieur de leurs frontières. C’est inacceptable. Nous devons également parvenir à des accords clairs avec les Turcs, spécifiant que les dures attaques verbales contre Israël cesseront. La Turquie, qui en 1949 est devenue le premier pays musulman à reconnaître Israël, est un atout, et nous n’avons aucun intérêt à nous en faire un ennemi. Donc, une véritable normalisation est certainement appropriée, mais après ce que nous avons traversé avec la Turquie ces dernières années, nous devons faire preuve de prudence. « 

Turc ou islamiste?

Il existe une autre possibilité, plus explosive. Pinhas Inbari du Centre des affaires publiques de Jérusalem, a récemment été informé par ses sources dans le golfe Persique que, à huis clos, quelque chose de révolutionnaire se déroule: la Turquie et l’Arabie saoudite sont en contact et la Turquie devrait évincer les Frères musulmans, en échange d’une large réconciliation sunnite entre la Turquie, l’Arabie saoudite et l’Égypte.

Selon Inbari, les dirigeants des Frères musulmans au Koweït « craignent d’être arrêtés et de s’enfuir en Turquie, mais se sont précipités et ont préféré s’asseoir en prison au Koweït, plutôt que de vivre sous le couperet d’n revirement d’Erdogan. Des hauts dirigeants des Frères musulmans ont discuté de la crise entre la confrérie et Erdogan. « 

Q: Qu’est-ce qui a causé la crise?

Inbari: « Pour le moment, ce n’est pas clair. Selon eux [les Frères musulmans], Erdogan s’est récemment entretenu avec le roi saoudien Salmane et lui a promis qu’il prendrait des mesures contre la confrérie, qui, nous le savons, est la racine du problème entre leur patron , Erdogan et l’Arabie saoudite, qui en a peur. « 

Inbari suggère prudemment qu’il pourrait y avoir une corroboration pour ces rapports provenant du Koweït, entre autres dans la façon dont Erdogan a répondu à l’accord mettant fin à la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

«Dans son discours de victoire, Erdogan, qui soutenait les Azéris, aurait présenté des régions d’Iran comme un territoire azéri et une partie de l’Azerbaïdjan. Les Iraniens n’ont pas du tout aimé cela. Tout à coup, Erdogan ressemblait à quelqu’un qui qualifiait la Turquie d’être le gardien de tous les Turkmènes – c’est-à-dire les Turcs vivant en dehors des frontières turques (NDLR : donc également les Azéris). « 

Inbari poursuit en expliquant que dans le nord de l’Iran, « il y a une grande minorité de langue turque, et les Iraniens tremblent de colère. Ils ont répondu en publiant une carte de l’époque de l’Empire perse qui comprenait des parties de l’Anatolie – dans la modernité – partie de la Turquie – à l’intérieur des frontières de l’Empire perse. Une conclusion qui peut en être tirée est qu’Erdogan cherche une nouvelle carte à jouer au lieu de la carte islamiste – la carte panturque. « 

Si tel est effectivement le cas, dit Inbari, « Erdogan dit maintenant à Israël: je suis turc avant d’être islamiste, renouvelons les bonnes relations que nous avions lorsque la Turquie était d’abord turque. »

«Cela pourrait-il être ainsi? demande le chercheur. « Je ne l’exclurais pas. Mais bien sûr, je l’examinerais très attentivement, et ferais très attention de ne pas nuire à nos relations et à nos accords avec Chypre et la Grèce et, bien sûr, il faudrait insister pour que les Turcs cessent d’aider le Hamas et de les autoriser à opérer contre nous [Israël] depuis le territoire turc. « 

En effet, il est difficile d’imaginer qu’Israël renonce à devenir membre de ce qu’Ankara considère comme le Forum anti-turc EastMed Gas – qui, il y a seulement deux mois, a été formé en tant qu’organisation intergouvernementale régionale et comprend l‘Égypte, l’Italie, la Grèce, Chypre, la Jordanie et l’Autorité palestinienne – simplement pour accepter l’offre de la Turquie. Il est encore plus difficile d’imaginer qu’Israël croie à nouveau une autre promesse creuse de la Turquie de mettre un terme aux activités du Hamas à l’intérieur de ses frontières.

En plus d’une longue liste d’attaques terroristes et de tentatives d’attaques terroristes contre Israël que le Hamas a exécutées depuis la Turquie ces dernières années, des chercheurs du Centre d’information Meir Amit sur le renseignement et le terrorisme ont souligné la place de la Turquie en tant que base à partir de laquelle le Hamas gère ses activités financières. Des informations similaires ont récemment été publiées par le Trésor américain, qui a déclaré que les militants et sympathisants du Hamas en Turquie lèvent des fonds, les transfèrent à la branche militaire [du Hamas] dans la bande de Gaza, financent des organisations terroristes en Judée et en Samarie et exploitent des entreprises en Turquie. qui blanchissent les fonds terroristes.

Selon les Américains, la principale source d’argent envoyé au Hamas via la Turquie (et parfois le Liban) est l’Iran. Les Américains pensent que la force iranienne Qods gère les transferts d’argent au Hamas et que le processus implique divers bureaux de change basés en Turquie.

La Turquie, qui essaie de se montrer gentille avec les Américains, va-t-elle vraiment prendre des mesures pour arrêter tout cela? Ou, comme cela a été le cas avec la «réconciliation» après le Mavi Marmara, faire assaut de loyauté pour mieux continuer à être impliqué dans l’activité terroriste du Hamas? L’establishment de la défense d’Israël surveillera tous ces mouvements contradictoires de près.

israelhayom.com

Laisser un commentaire