Les Kurdes de Syrie manquent cruellement de vrais amis

Publié par
Auteur

NIKOLA MIKOVIC 3 janvier

Les Kurdes de Syrie manquent cruellement de vrais amis
Un combattant syrien soutenu par la Turquie tient un poste de contrôle de sécurité devant une moto qui approche, le long d’une route dans la campagne à l’extérieur d’Ain Issa, dans la province de Raqqa, au nord de la Syrie. (AFP / Fichier)

URL courte https://arab.news/8kxx7

La Russie et la Turquie tiennent entre leurs mains le sort de la ville stratégiquement importante du nord de la Syrie, Ain Issa, théoriquement contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dominées par les Kurdes, mais supervisée par les Russes. Face à une éventuelle attaque des forces soutenues par la Turquie sous la forme de l’Armée syrienne libre (FSA) en raison d’une autoroute importante à proximité, les Kurdes ont demandé l’aide des Russes. Au lieu de cela, Moscou veut que les Kurdes remettent la ville à l’armée syrienne de Bashar Assad. Le résultat inévitable sera que les Kurdes seront trahis par des parties étrangères dans la guerre civile syrienne pour la deuxième fois en deux ans. Aussi tragique que cela soit, cependant, ce qui est plus important géostratégiquement, c’est la façon dont ce jeu d’échecs meurtrier illustre la relation compliquée entre Moscou et Ankara – parfois adversaires, d’autres fois partenaires.

Tout d’abord, un peu d’histoire. En 2018, menacés par les Turcs et la FSA, les Kurdes d’Afrin ont cherché la protection des Russes. Le Kremlin a refusé, même si les troupes russes se trouvaient à proximité. Au lieu de cela, la Russie a déclaré que les Kurdes devraient remettre le district au régime syrien. Deux mois plus tard, les forces soutenues par la Turquie ont envahi Afrin.

En 2019, les Kurdes du nord de la Syrie espéraient que les États-Unis les protégeraient contre un autre assaut turc. Au lieu de cela, les États-Unis se sont retirés de la région et Donald Trump a essentiellement donné le feu vert à la Turquie pour lancer l’opération « Source de Paix » et envahir Ras Al-Ayn, Tell Abyad, Manajir, Suluk et Mabrouka. Au même moment, les forces du régime soutenues par la Russie sont entrées à Raqqa, Manbij, Al-Tabqah, Kobani et Tell Tamer.

Malgré tout cela, certains Kurdes s’accrochent aujourd’hui à l’espoir que les puissances étrangères les aideront à garder le contrôle d’Ain Issa. Cela alimente la spéculation selon laquelle les États-Unis pourraient réimposer leur contrôle sur la ville en établissant une présence militaire à proximité. Ceci, cependant, est hautement improbable, étant donné qu’il y a peu d’appétit à Washington pour de nouveaux engagements militaires en Syrie et ailleurs, en particulier dans les derniers jours de l’administration Trump. D’ailleurs, la Russie est déjà présente dans cette ville.

En effet, la région a été divisée entre Moscou et Ankara, et la tendance personnelle apparente de Trump est de ne pas injecter les États-Unis entre les deux. Par exemple, la récente guerre du Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, soutenue respectivement par la Russie et la Turquie, a été remarquable par le silence assourdissant de Washington.

Les Kurdes locaux d’Ain Issa ont manifesté devant la base militaire russe, exigeant que Moscou agisse pour empêcher une offensive turque sur la ville. Le Kremlin, en revanche, a réagi de la même manière qu’il l’a fait à Afrin en 2018, en disant aux Kurdes de remettre la ville au régime syrien.

La situation difficile des Kurdes, quelle que soit sa fin, fait progresser les objectifs de la Russie et de la Turquie.

Nikola Mikovic

Alors que la Russie se présente comme un garant de la paix, son intérêt premier en Syrie est de protéger ses bases militaires, y compris son port naval méditerranéen à Tartous, et d’assurer son influence dans la région. L’aventure syrienne, en outre, a joué un rôle déterminant en aidant le Kremlin à nourrir un récit national de la Russie en tant que puissance mondiale renaissante. Pour toutes ces raisons, cela n’aurait pas trop d’importance pour Moscou si la FSA ajoutait Ain Issa à ses atouts territoriaux.

Ankara, en revanche, n’a pas hésité à atteindre son objectif principal de neutraliser les FDS et d’autres en Syrie et en Irak affiliés au Parti des travailleurs kurdes, qui est interdit en Turquie. À cette fin, il ne serait pas entièrement regrettable de voir davantage de territoire kurde passer sous le contrôle du régime de Damas. Cependant, si la Turquie et la FSA devaient triompher à Ain Issa, cela donnerait à la fois le contrôle sur des sections de l’autoroute stratégique M4 – une artère économique importante qui s’étend de la frontière irakienne aux plaines côtières de la Méditerranée. Les deux résultats servent donc les intérêts d’Ankara.

Donc, en bref, les Kurdes n’ont pas de vrais amis ou partisans sur le terrain. Au lieu de cela, la situation difficile des Kurdes, quelle que soit sa fin, fait progresser les objectifs de la Russie et de la Turquie.

Ankara et Moscou ont «coopéré» dans un jeu géostratégique compliqué. Dans la guerre civile libyenne, chacun soutient des camps opposés à effet mortel, mais a un intérêt mutuel à ce que les factions en guerre maintiennent le statu quo dans la ville et la région riche en pétrole de Syrte.

Lors de la guerre du Haut-Karabakh, la Russie, bien qu’alliée de l’Arménie, a pesé fortement sur Erevan pour qu’il accepte un accord de paix avec l’Azerbaïdjan soutenu par la Turquie. Cela préserve la relation énergétique de Moscou avec Bakou. Pendant ce temps, la Turquie pousse vers l’est dans le sud du Caucase avec son influence et ajoute à son prestige.

Pour les Kurdes d’Ain Issa, il n’y a aucune allusion à quelque chose de positif dans leur destin probable – contrôle par les Turcs et la FSA ou par le régime de Damas. Leur rôle ultime, semble-t-il, est simplement de faire avancer la cause de la Russie et de la Turquie sur un terrain de jeu bien plus vaste que le territoire syrien.

• Nikola Mikovic est analyste politique en Serbie. Son travail se concentre principalement sur les politiques étrangères de la Russie, de la Biélorussie et de l’Ukraine, avec une attention particulière sur l’énergie et la «politique des pipelines».

https://www.arabnews.com/node/1786706

Laisser un commentaire