Les chefs de milice fuient en Iran par crainte d’une série d’éliminations

Posted by


Les commandants de la milice irakienne se réfugient en Iran par crainte d’une attaque américaine

 Nziv Iran , 

Le commandant de la Force iranienne Qods, le général Ismaïl Qaani, a ordonné aux commandants des milices irakiennes de quitter rapidement le pays, de peur qu’ils ne soient éliminés lors d’une offensive américaine à grande échelle.

Des sources bien informées ont déclaré à la chaîne de télévision Al-Arabiya et Al-Hadat qu’un certain nombre de commandants des milices pro-iraniennes, y compris Akram al-Kaabi – أكرم الكعبي, commandant de la milice Hezbollah al-Nujba – فيصل النجباء ،, et Hadi Al-Emeri, commandant de la force Bader des Gardiens de la révolution iranienne, ont quitté Bagdad après minuit, heure locale de Bagdad.

Akram Al Kaabi
Adi Al Amiri


Une source a ajouté que de nombreux convois de voitures ont quitté al-Jadariya, où se trouvent la plupart des quartiers généraux des milices du parti, notamment des parlementaires irakiens, des ministres du gouvernement et des hauts commandants de la milice Al-Hashd al-Shaabi, le PMF, dans des convois séparés vers l’Iran. Une partie a atterri dans le sous-district de Dialla par le port d’al-Mandriya – المنذرية, et une autre partie a quitté le sous-district par le port de Zorbetia – زرباطية. La population de la région a vu le passage des caravanes, certaines parties dès mercredi.


La source a noté qu’une réunion impliquant plusieurs commandants de ces milices a commencé quelques heures après l’attaque de l’aéroport d’Aden par les Houthis –qui a fait au moins 26 morts, alors qu’arrivait le nouveau gouvernement-, et a duré jusqu’à tard dans la nuit. Après cela, les commandants sont partis secrètement pour l’Iran, afin que leurs sujets d’intérêt (au Yémen notamment) et leurs positions ne soient pas révélés par l’US Air Force, qui a effectué des vols intensifs à ce moment-là, en* mission pour sécuriser l’Irak.

Le général Ismail Qaani, commandant de la Force Qods au sein des Gardiens de la révolution iraniens (remplaçant de Soleimani, qui peine à marcher dans les traces de son prédécesseur), a également ordonné à ces commandants de quitter l’Irak par crainte d’une attaque militaire du président américain Donald Trump les visant, en particulier après l’attaque de l’aéroport yéménite au Yémen.

Lapins en fuite (avec Soleimani dans cette image d’archive) :

10 milices chiites soutenues par l'Iran menacent Abadi et les troupes étrangères en Irak

Qaani menace la vie du président américain 

D’autre part, le commandant de la Force Qods des Gardiens de la révolution iranienne, Ismail Qaani, a menacé la vie du président américain et d’autres hauts responsables américains, y compris des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, et le chef de la CIA qui a participé à l’élimination du général Suleimani.

L’agence Fars appartenant au CGRI a cité le député de Tabriz, Ahmad Ali Raza Baggi, affirmant que Qaani avait informé les députés de l’état de préparation au combat des milices pro-iraniennes dans la région.

Le député a ajouté que Qaani avait déclaré aux députés que « le retrait des forces américaines est imminent, en raison des mesures à l’ordre du jour prises par les forces de la « résistance » (l’axe irano-syrien et le Hezbollah), se référant aux milices fidèles aux gardiens de la révolution.

Crédit: Amram Elmaleh du groupe des observateurs sécuritaires

Laisser un commentaire