Le chef d’Etat-Major adjoint traité en « infiltré » par la sécurité

Publié par


Le chef d’état-major adjoint désigné, Halevi, s’est confronté au personnel de sécurité de la base de Hatzerim – un officier a même couru vers lui avec une arme
.

Le moins qu’on puisse dire est qu’il n’y a pas de passe-droit… même pour le bras droit d’Aviv Kochavi

Le commandant en chef du Commandement Sud est arrivé à la base pour s’envoler vers le plateau du Golan, l’équipe de sécurité l’a arrêté • Lorsqu’il a insisté – un officier a couru vers lui muni d’une arme • Tsahal: « Les leçons nécessaires ont été apprises »

Carmela Menashe 31 décembre 202013:45

Un affrontement inhabituel a éclaté mardi (29 décembre) entre le commandant du Commandement Sud et chef d’état-major adjoint désigné, le général Herzli Halevi , et le personnel de sécurité de la base de l’armée de l’air sur les lieux. « Que dois-je faire pour entrer? Voulez-vous que je me déshabille? », a dû demander Halevy, à une femme soldat de l’équipe de sécurité.

Vers 20 heures du soir, accompagné de deux officiers, le commandant du Commandement Sud était en route pour décoller en vue d’un exercice de nuit de la brigade Givati ​​sur les hauteurs du Golan, où 500 soldats l’attendaient. Le général a atteint la porte principale de la base, présenté un certificat, puis il est apparu que ses deux compagnons de transit n’avaient pas de carte d’identité. Le soldat à la porte a effectué un balayage autour du véhicule du général, et durant ce processus, Halevy lui a expliqué qu’il ne pouvait pas retourner à la base parce qu’il était pressé, devant assister à l’exercice. «Est-ce que tu veux que je me déshabille pour que je puisse entrer?» Lui a-t-il demandé. 

Après une dispute, le commandant a été autorisé à passer par la porte principale, mais a déclenché ce qu’on désigne comme une procédure de «coup de marteau à froid», ce qui signifie que subsiste un soupçon d’infiltration au sein de la base. Toutes les portes ont été verrouillées automatiquement, Halevy a pu atteindre la deuxième porte – qui était fermée. Une femme soldat était assise au seuil de la porte et il lui a expliqué qu’il se rendait sur un champ de manœuvre.

Un officier est également venu à sac rencontre sur les lieux qui était censé l’accompagner, ils ont expliqué qu’ils avaient été prévenus de son arrivée, mais le militaire a insisté et ne lui a pas permis d’entrer. Le général est entré dans la salle de réunion et la femme soldat lui a lancé : «Sortez d’ici».

«C’est le commandant du commandement sud qui parle», a déclaré Halevy, appelant le commandant de la base et laissant la soldate lui parler. La soldate, méfiante : « Comment puis-je savoir que c’est vous? » Herzli Halevi a alors essayé d’atteindre le commandant de l’armée de l’air, mais la soldate a insisté – « Je ne dois pas vous ouvrir. »

À un moment donné, le commandant en chef a dit à une femme soldat de l’n*edroit : «Si vous n’ouvrez pas, c’est moi qui vais le faire et j’ouvre», puis l’agent de sécurité est arrivé sur les lieux et a ouvert les portes. «Retirez votre arme ou je vous ligote les mains! ».

Selon des sources militaires, le général a été retardé devant la porte pendant environ 40 minutes. « Audace, excès de zèle, maladresse inutile, le général est arrivé après une coordination préalable. Ce sont des événements récurrents encore et encore », ont déclaré les sources.

Il est à noter que selon l’inspection de l’armée, les soldats ont agi exactement selon les procédures de l’armée de l’air, et leur crainte était que ce soit à nouveau une inspection qui venait les examiner, les instructions étant de « ne pas entrer sans certificat, même s’il s’agit d’un chef d’état-major« . Les soldats craignaient qu’il ne s’agisse d’une exposition à des critiques et que s’ils permettaient au général d’entrer, ils seraient poursuivis. Les procédures à la base de Yards, comme dans toutes les bases de l’armée de l’air, sont très strictes et les inspections surprises font partie de la routine de la base.

Tsahal: l’entrée de Halevy a été coordonnée à l’avance

Tsahal a répondu: «Hier, le commandant de la base de Hatzerim est arrivé pour une conversation avec le commandant du commandement sud, Herzli Halevi. Plus tard, Halevy est arrivé à la base de Hatzerim et a parlé avec les soldats. L’entrée du commandant du Commandement Sud dans la base de Hatzerim, alors qu’il se rendait sur un vol pour un exercice dans les hauteurs du Golan, a été coordonnée et approuvée à l’avance. Les soldats à la porte ont refusé de le laisser entrer dans la base, bien qu’il se soit identifié de plusieurs manières, et l’ont retenu pendant une longue période, car il y avait d’autres officiers dans le véhicule avec lui, dont certains ne portaient pas de carte d’identité. Hier soir, le commandant de la base de Hatzerim a présenté l’enquête au commandant du commandement et les leçons nécessaires ont été retirées de l’incident. « 

Mots clés:IDF,Hertz Halevi

kan.org.il

Laisser un commentaire