Les silos de missiles du Hezbollah détruits par une frappe en Syrie

Publié par

Un mauvais coup pour les Iraniens : les réservoirs de missiles du Hezbollah creusés profondément dans les montagnes ont été détruits

Mercredi matin, vers 1h30 du matin, des avions israéliens ont attaqué des sites du Hezbollah à des sources étrangères au sommet de Jabal Habil à côté de Zabadani dans le nord de la Syrie près de la frontière libanaise.

Les médias libanais et syriens ont estimé, dès que le site de l’attaque a été connu, qu’un convoi d’armes en route vers les dépôts du Hezbollah dans le nord du Liban avait apparemment été attaqué, ainsi que des dépôts de missiles de l’armée syrienne.

Dans ce contexte, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a rapporté, selon de nouvelles informations, que des dépôts de missiles et de munitions appartenant au Hezbollah et aux milices pro-iraniennes dans la zone de Nabi Habil, près du village de Zabadani, avaient été détruits après que des missiles de croisière israéliens les avaient frappés.

Sculpté dans la montagne

L’Observatoire syrien a expliqué que ces entrepôts avaient été creusés profondément dans le ventre de la montagne, ajoutant qu’à la suite de ces attaques, de nombreux membres des milices iraniennes et de leur commandement avaient été tuées et blessées.

Il convient de noter que les dépôts de munitions et d’armes du Hezbollah et des milices pro-iraniennes sont situés sur les sommets des montagnes de la région, car cette zone est un point de stockage utilisé par le Hezbollah avant de transporter des armes et des munitions vers ses dépôts en territoire libanais, selon l’Observatoire syrien.

En outre, Israël a attaqué avec des missiles le bataillon de défense aérienne de missiles SA-6 du régime syrien, le Fuge 100, qui a tenté de répondre aux bombardements israéliens, ce qui a entraîné la mort d’au moins un des soldats du bataillon et des blessures pour 5 autres, dont deux dans un état critique.

L’ironie est peut-être que les forces russes sont situées à quelques centaines de mètres du site de bombardement israélien de la région de Zabadani et de ses environs.

La Mecque du « positionnement iranien »

On a rapporté qu’au cours des dernières années, Israël a eu recours à plusieurs reprises à des attaques contre des sites en Syrie. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un avi/on israélien a bombardé des cibles dans la région de Masyaf dans la zone rurale ouest de la province de Hamat, tuant six combattants non syriens fidèles à l’Iran, selon un rapport de l’Observatoire syrien.

En outre, plusieurs attaques en novembre ont visé des sites du Hezbollah et des milices fidèles à Téhéran près de Damas, dans le sud et l’est du pays, tuant plus de cinquante militants pro- iraniens, la plupart non syriens.

Ces dernières années, Israël a intensifié ses bombardements en Syrie, ciblant des sites militaires en Syrie, des cibles iraniennes et le Hezbollah.

Israël reconnaît rarement sa responsabilité dans les attaques, mais il continue de faire face à ce qu’il décrit comme les tentatives de l’Iran d’établir sa présence militaire en Syrie.

Le 18 novembre, un jour après qu’Israël a annoncé le bombardement de « cibles militaires de la Force iranienne Qods et de l’armée syrienne » dans le sud de la Syrie, le porte-parole de l’armée israélienne Avichai Adrei a déclaré que J9érusalem « continuerait d’agir selon ses besoins pour nuire aux positions iraniennes en Syrie, ce qui menace la stabilité dans la région ».

Israël s’est engagé à plusieurs reprises à poursuivre ses activités en Syrie jusqu’à ce que l’Iran s’en retire. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également réitéré son intention « d’empêcher complètement l’Iran d’établir sa présence militaire aux frontières d’Israël ».

Israël accuse l’Iran de développer un programme de précision de missiles au Liban qui nécessite le transfert d’équipements stratégiques à travers la Syrie.

Il faut se rappeler que Nasrallah s’est assuré de bien- mentionner et d’envoyer le message aux dirigeants israéliens selon lequel ils doivent prendre en compte le fait que la puissance de missile précis du «parti de DIEU» a doublé et qu’ils doivent être prêts à subir des attaques-surprises car ils savent et reconnaissent exactement ce que Nasrallah veut leur signifier.

Le savoir est important pour comprendre la chaîne des événements et situer le programme de la dernière attaque et les cibles spécifiques qui ont été détruites.

<< Exactement à 1 h 30 aujourd’hui, l’ennemi israélien a effectué des frappes aériennes avec le tir de missiles de croisière depuis le nord de la Galilée, qu’a affronté notre unité de défense aérienne dans la région de Nabi Habil dans la zone rurale de Damas. « La défense aérienne a intercepté plusieurs missiles d’agression, en interceptant au moins un, aors que la frappe blessait trois soldats et endommageait du matériel », a rapporté ce soir l’agence de presse officielle syrienne.

(Al-Nabi Habil, est Abel, le frère de Caïn. Sa tombe présumée est située au sud de la station balnéaire d’al-Zabadani dans la plaine d’al-Zabadani, qui était autrefois un immense site radar syrien de défense aérienne)

Dès le début, on a émis l’hypothèse que des cibles du Hezbollah avaient été attaquées et qu’une cargaison qui était prête à être transférée sur le territoire libanais avait été la proie de ces attaques.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme rapporte que des missiles et des dépôts de missiles iraniens appartenant au Hezbollah et des milices fidèles à l’Iran ont été détruits lors des attaques israéliennes.

Un autre rapport libanais a affirmé qu’au moins un dépôt d’armes de l’armée syrienne a été détruit.

Les journalistes d’Al-Arabiya et d’Al-Haddad ont rapporté mercredi soir que les attaques israéliennes visaient l’aéroport militaire de Homs, en Syrie. Selon les informations, les attaques ont eu lieu dans la région de Nabi Habil à Zabadani, dans la zone rurale ouest de Damas, tuant un soldat des forces du régime et en blessant d’autres.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a confirmé qu’il y avait eu des attaques israéliennes contre des sites de défense aérienne syriens et des sites de milices iraniennes dans les zones rurales de Damas.


Des sources ont également noté que des avions israéliens avaient tiré un certain nombre de missiles, au-dessus de l’espace aérien libanais, vers un site militaire dans la région de Zabadani, près de la frontière libanaise, dans la zone rurale occidentale de Damas.

Un autre rapport évoque que attaqué la zone visée à Al-Zabadani concernait la réunion de hauts responsables du Hamas et du Hezbollah et un officier supérieur syrien . Il y a des dizaines de morts et de blessés. « 

Image

L’armée syrienne a par la suite signalé des morts et deux blessés dans ses rangs. Le Hezbollah n’a pas encore publié de bilan sur les victimes dans ses rangs (cette fois, il peut et voudra ne pas mentionner de victimes, car il n’a pas encore eu le temps de se venger de précédentes frappes et ne veut pas assumer d’obligations supplémentaires).

Ali Kamel Mohsen Jawad, un membre du groupe terroriste Hezbollah, lequel affirme qu’il a été tué par une frappe aérienne, le 20 juillet 2020. (Crédit : média du Hezbollah) Le groupe chiite a menacé depuis de mener des exactions par vengeance et Tsahal est demeuré sur le qui-vive à la frontière.

Le site de l’attaque de ce soir, n’a pas été attaqué l’année dernière. Commentaires du Net : « Dans le passé, il a fait l’objet d’attaques, principalement dans le contexte des transferts de munitions et des dépôts de munitions sur l’axe Damas-Beyrouth, avec un accent mis sur Zabdani, Dimas, où de nombreux conteneurs de munitions et camions ont été détruits en attendant de pouvoir effectuer la traverser.

L’attaque est un peu inhabituelle d’après son timing, quelques jours après une large attaque contre une usine du commandement.

L’attaque d’hier semble faire suite à un besoin urgent qui est apparu (Gantz était hier quelques heures occupé par une discussion fermée sur la sécurité qui a été utilisée par Nissenkorn pour démissionner du Parti Bleu-Blanc et intégrer le nouveau partu de Ron Huldaï…).

En conclusion des activités de la nuit, on peut comprendre qu’Israël a envoyé à Nasrallah un indice clair que ses mots « Israël doit s’attendre à des surprises » ne tiennent pas la route, et en fait, c’est lui qui a vécu une surprise dans la nuit dernière.

Image
Image
Image
Image

Il s’avère que ce site avait déjà été attaqué plus tôt, en septembre 2017, et même alors, une structure de production et de conversion de missiles balistiques iraniens a été détruite.

Laisser un commentaire