Dangereuse escalade de la guerre des drones iranienne contre le Kurdistan

Publié par

 

L’incident de drone de mercredi soir met en évidence les dangers de la prolifération des drones et l’implication antérieure de l’Iran dans la propagation de drones d’attaque à travers le Moyen-Orient.

 

Un avion drone est exposé lors d'une exposition dans un lieu non identifié au Yémen sur cette photo non datée publiée par le Bureau des médias Houthi, le 9 juillet 2019. (Crédit photo : HOUTHI MEDIA OFFICE/HANDOUT VIA REUTERS)
Un drone exhibé lors d’une exposition dans un lieu non identifié au Yémen sur cette photo non datée publiée par le bureau des médias Houthi, le 9 juillet 2019.
 

Trois civils irakiens ont été blessés dans une attaque de drone explosif dans le nord de l’Irak, vers 21 h 30 mercredi soir. L’emplacement est important : l’incident s’est produit près d’Erbil, sur ce qu’on appelle la route de Pirmam à Shawes. Cette zone relie Erbil à Shaqlawa et est également proche de l’endroit où un nouveau consulat américain est en cours de construction.

Les détails complets de l’attaque ne sont pas encore clairs, mais ils sont importants dans le contexte plus large de l’Iran et des supplétifs de l’Iran, utilisant des drones pour frapper des cibles américaines, dont ses partenaires et alliés dans la région.

Cela inclut les menaces de drones contre Israël, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la région du Kurdistan irakien et d’autres.

Pourquoi maintenant ? Le contexte mondial plus large

Le dernier incident survient alors que le Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique a voté en faveur de l’adoption d’une résolution appelant l’Iran à fournir des informations sur ses sites nucléaires non déclarés.

Les restes de l'épave d'un drone qui a été abattu sont vus à la base aérienne d'Ain al-Asad dans la province d'Anbar, en Irak, le 4 janvier 2022. (Crédit : IRAQI MEDIA SECURITY CELL/HANDOUT VIA REUTERS)Les restes de l’épave d’un drone qui a été abattu sur la base aérienne d’Ain al-Asad dans la province d’Anbar, en Irak, le 4 janvier 2022. (Crédit : IRAQI MEDIA SECURITY CELL/HANDOUT VIA REUTERS)
 

Cela fait également suite à la saisie par l’Iran de deux navires grecs dans le Golfe en tant qu' »actions punitives » en réponse à la confiscation du pétrole iranien par les États-Unis la veille, ne faisant qu’aggraver les tensions.

De plus, le 30 mai, des milices pro-iraniennes ont ciblé les forces américaines sur la base d’Ain-al-Assad en Irak. Les rapports iraniens de l’époque affirmaient que l’attaque s’était produite spécifiquement près de la zone désignée du nouveau consulat américain.

Emplacement, tout est dans l’emplacement de la cible

La route d’Erbil à Shaqlawa, où l’attaque a eu lieu, est souvent bondée de monde la nuit. Dans la chaleur de l’été, de nombreuses personnes à Erbil veillent tard et ont tendance à sortir pour prendre le thé tard, manger ou fumer dans des salons.

Erbil est une ville prospère et sûre et l’Iran et ses supplétifs ont tenté de nuire à la sécurité qu’elle maintient efficacement dans le passé. Les drones sont une méthode sûre pour cela, car la ville n’a pas de véritables défenses contre les drones.

Qui utilise des drones et pourquoi ?

Il s’agit de l’une des nombreuses attaques de drones récentes contre les forces américaines en Irak ces dernières années. L’Iran a, de plus en plus, transféré la technologie des drones à ses supplétifs en Irak, tout en inondant la région de drones armés. Le Hezbollah possède des milliers de drones, dont certains sont probablement capables de transporter des munitions et d’agir comme une arme kamikaze ; et les Houthis au Yémen utilisent souvent des drones contre l’Arabie saoudite. L’Iran est maintenant le pionnier de ce type de guerre de drones. Il a utilisé des drones et des missiles de croisière contre Abqaiq en Arabie saoudite en septembre 2019. Il a utilisé des drones contre Israël en février 2018, puis à nouveau en mai 2021, lorsqu’il a dirigé un drone depuis l’Irak. Cette année, il a également tenté de faire voler des drones au-dessus de l’Irak vers Israël et la coalition dirigée par les États-Unis les a abattus. Israël a également utilisé des F-35 pour abattre des drones iraniens, l’année dernière. Cette révélation a été rendue publique en mars de cette année, mais faisait référence à un incident en mars dernier, en 2021.

L’Iran et ses milices, telles que Kataib Hezbollah utilisent les drones. Ils peuvent être pilotés de presque n’importe où, car ils ne sont pas très grands. Ils peuvent être lancés à partir d’une catapulte ou d’un camion. L’Iran fournit généralement un mélange de drones et de roquettes de 107 mm et 122 mm à ses milices. L’Iran utilise pareillement des missiles balistiques avec une précision croissante. Par exemple, l’Iran a ciblé la base d’Ain-Al-Assad en janvier 2020, après que les États-Unis ont tué le commandant du CGRI Qasem Soleimani.

Tension en territoire kurde

Ces dernières années, l’Iran a rapidement multiplié les attaques contre Erbil. Erbil est la capitale de la région autonome du Kurdistan. Les États-Unis ont déplacé leurs forces de la plupart des installations en Irak, telles que Taji, et les ont concentrées autour d’Erbil. L’Iran considère maintenant Erbil comme le quartier général non seulement des États-Unis, mais l’Iran accuse également Israël d’être présent dans le nord de l’Irak.

C’était un élément clé de l’attaque iranienne de mars contre une zone à l’extérieur d’Erbil qui a endommagé une grande maison. Un drone iranien a aussi ciblé un hangar à l’aéroport international d’Erbil en avril 2021 et les médias américains ont déclaré que le hangar était utilisé par la CIA. Cela signifie que l’Iran a des renseignements et veut envoyer des messages à l’aide de ses drones et de ses roquettes.

Des roquettes ont par ailleurs visé une base turque près de Bashiqa ainsi que la raffinerie de pétrole de Kalak. Ainsi, l’Iran dit qu’il peut frapper les forces turques, les autorités américaines et kurdes s’il le souhaite. L’Iran a même envoyé des drones à ses milices alliées en Irak pour cibler le Premier ministre Mustafa Kadhimi. L’Iran ne voit aucune ligne rouge ces temps-ci dans l’utilisation des drones. Les États-Unis ont déployé des défenses aériennes telles que C-RAM qui peuvent abattre des drones.

D’autres attaques incluent récemment une attaque de septembre 2021. En septembre, les États-Unis ont déclaré que le site de leur nouveau consulat était achevé à 60 % et que la structure était terminée. L’armée américaine aurait déjoué une frappe de drone en février 2022 sur une base à Erbil. Puis il y a eu une attaque au missile en mars menée depuis l’Iran. Deux drones ont également été abattus en Irak en direction d’Israël fin mars également. En outre, des milices soutenues par l’Iran ont tiré des roquettes sur la zone de l’aéroport à partir de septembre 2020 et ces attaques se sont poursuivies l’année dernière en août.

 

Israël a dernièrement renforcé la rhétorique sur les menaces de drones iraniens. En novembre 2021, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a noté la menace croissante des drones. Il a également noté que l’Iran fournit au Venezuela des drones. L’Iran a aussi installé une usine de drones au Tadjikistan. Ces dernières semaines, on a rapporté que de mystérieux services secrets auraient pu cibler des membres clés du programme de drones iraniens en Iran et qu’un drone a ciblé une installation à Parchin. Cela signifie que l’Iran est pareillement préoccupé par les menaces de drones.

L’Iran utilise des drones et des roquettes en raison du déni plausible qu’il maintient. Il peut facilement déplacer les pièces vers des groupes en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen. Ensuite, les groupes peuvent piloter les systèmes et l’Iran peut prétendre qu’il n’a rien à voir avec l’attaque. L’incident récent semble avoir blessé des civils, laissant des questions sur ce qui s’est réellement passé (erreur de trajectoire ? ).

jpost.com

Un commentaire

Laisser un commentaire