En démonstration de force, l’Iran découvre 100 drones dans une base secrète dans les monts Zagros

Publié par

L’Iran a invité un groupe restreint de journalistes pour lui montrer, le samedi 28 mai, plus d’une centaine de drones militaires alignés en rangées, après avoir été transportés les yeux bandés pendant 45 minutes vers une base secrète enfouie profondément sous les montagnes iraniennes du Zagros.

À l’atterrissage, le groupe a été accueilli par le chef de l’armée iranienne. Le général de division Abdolrahim Mousavi, qui leur a dit : « Il ne fait aucun doute que les drones des forces armées de la République islamique d’Iran sont les plus puissants de la région. Il a poursuivi en disant : « Notre capacité à mettre à niveau les drones est imparable. »

Les sources militaires découvrent que la base secrète a été exhibée comme une menace par Téhéran pour brandir ses puissants UAV, dans le but de se venger des deux récentes frappes sur des ressources hautement sensibles – toutes deux attribuées à Israël, bien qu’aucune source officielle ne le reconnaisse.

  • Lors de la première, le 23 mai, deux motards ont abattu un officier supérieur d’Al Qods, le colonel Hassan Sayyad Khodayari devant son domicile à Téhéran ;
  • dans le second, selon des sources iraniennes et américaines anonymes, Israël était probablement à l’origine des drones suicides qui auraient fait exploser un bâtiment du complexe militaire de Parchin où l’Iran développe des technologies de missiles, nucléaires et de drones et est tenu hors de portée des inspecteurs internationaux.

Les deux attaques ont été lancées depuis l’intérieur de l’Iran.

Les journalistes ont appris que la base secrète est située à des centaines de pieds sous terre. La plupart des drones étaient armés de missiles Qaem-9 (jugés équivalents aux armes Hellfire américaines).

Nos sources ajoutent qu’Israël est depuis longtemps au courant d’un projet iranien d’utiliser des dizaines de drones pour un assaut majeur – en particulier depuis que ses principales ressources ont été touchées depuis l’intérieur des frontières de l’Iran.

Un commentaire

Laisser un commentaire