Explosion signalée sur un navire dans le port syrien de Latakieh

Publié par

L’incendie est éteint. Au moins deux victimes.

Une explosion s’est déclenchée sur un navire dans le port de Lattaquié avec un incendie signalé sur le navire, selon les médias arabes.

Par TZVI JOFFRE

10 AOUT 2021 17:10 Le navire de guerre iranien Alvand est photographié à un quai dans la ville côtière syrienne de Lattaquié (crédit photo : REUTERS/STRINGER IRAN)Le navire de guerre iranien Alvand photographié à quai dans la ville côtière syrienne de Lattaquié (crédit photo : REUTERS/STRINGER IRAN)

 

Les médias syriens ont signalé  mardi une  explosion et un incendie sur un navire dans le port de Lattaquié, les premiers rapports indiquant que le navire touché avait été utilisé pour transférer du pétrole iranien vers la Syrie dans le passé.   L’agence de presse d’État syrienne SANA a rapporté que les pompiers ont éteint un incendie qui s’est déclaré dans un navire en cours de maintenance dans le port.

C’est peu de dire que Latakieh est un port entièrement sous contrôle russe. Si on devait suivre la piste d’un sabotage, ce serait en zone à risques. Mais c’est peu cohérent avec une autre information, celle de la reprise « officielle » de la coopération israélo-russe, entre Eyal Hulata et Nikolaï Patrushev.

 

La fumée de l’incendie a causé des difficultés respiratoires à certains des travailleurs. Le navire était vide, selon SANA.

TankerTrackers.com, un service en ligne qui suit et signale les expéditions et le stockage de pétrole brut, a identifié le navire comme étant le WISDOM, affirmant que le pétrolier avait récemment déménagé dans le port pour faire de la place au pétrolier iranien SAM 121.

Le WISDOM a déjà été utilisé, dans le passé,  pour transférer du pétrole de pétroliers iraniens, y compris le SAM 121, vers la Syrie, selon TankerTrackers.com. Si c’était le Wisdom, ce n’est pas la première fois que le navire est touché par un tel incident.  En avril, les premiers rapports affirmaient que le navire avait été ciblé par une attaque de drones, bien que les médias iraniens et syriens aient par la suite démenti ces informations, affirmant qu’un incident de soudure .avait provoqué l’incendie, tuant un travailleur.

Contournement de l’embargo

En mai,  un autre incendie a frappé le navire, après ce que SANA a prétendu être une panne technique dans l’un des moteurs.

La nouvelle survient alors que les tensions restent élevées entre Israël et l’Iran après qu’une frappe de drone iranien a visé le navire Mercer Street géré par Israël au large des côtes d’Oman en juillet, tuant un citoyen britannique et un citoyen roumain. Les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël ont tous menacé de représailles et l’attaque a suscité la condamnation internationale de l’Iran.

L’Iran a nié être responsable de l’attaque et a affirmé qu’Israël et les États-Unis tentaient de déstabiliser la région, mais samedi le commandement central américain (CENTCOM) a publié des preuves que les drones utilisés dans l’attaque étaient de fabrication iranienne.

Moins d’une semaine après l’attaque du Mercer Street, les forces iraniennes auraient tenté de détourner le pétrolier Asphalt Princess au large des Émirats arabes unis, mais auraient fui le navire après que des ouvriers ont saboté les moteurs, selon le quotidien britannique The Times.

Lundi, le journal Iranien Nour News a affirmé qu’un sous-marin israélien était entré secrètement dans la mer Rouge accompagné de deux navires. Ces dernières années, Israël et l’Iran se seraient mutuellement ciblés à des dizaines d’occasions.

En mars, la publication sœur du Jerusalem Post, Maariv, a rapporté qu’Israël a attaqué des dizaines de navires iraniens dans tout le Moyen-Orient, après que le Wall Street Journal a rapporté qu’Israël  a attaqué une douzaine de pétroliers iraniens à destination de la Syrie.

jpost.com

Laisser un commentaire