Golan: risque de conflit majeur à 5 km de la frontière d’Israël

Publié par

Affrontements dans le sud de la Syrie près du Golan israélien

Si la situation se détériore, cela pourrait avoir des conséquences majeures pour Israël et la Jordanie ainsi que pour le régime syrien et les éléments pro-iraniens

Des gens participent à une manifestation contre le président syrien Bachar al-Assad et aux élections présidentielles, à Idleb, en Syrie, le 26 mai 2021. (Crédit photo : KHALIL ASHAWI / REUTERS)
Des gens participent à une manifestation contre le président syrien Bachar al-Assad et aux élections présidentielles, à Idleb, en Syrie, le 26 mai 2021.
(crédit photo : KHALIL ASHAWI / REUTERS)
Les affrontements dans le sud de la Syrie se sont propagés ces derniers jours après des manifestations contre le  régime d’ Assad, aboutissant à des informations faisant état d’ affrontements  armés et du déploiement de chars de l’armée syrienne dans la province de Deraa.

Conflit ancien de plus de dix ans

Jeudi, des rapports ont affirmé que certains insurgés ou rebelles syriens s’étaient affrontés avec le régime à Tasil, à seulement cinq kilomètres. du plateau du Golan et des lignes de cessez-le-feu avec Israël.
Si la situation se détériore, cela pourrait avoir des conséquences majeures pour Israël et la Jordanie ainsi que pour le régime syrien et les éléments pro-iraniens, comme le Hezbollah, qui ont des cellules et des bases près du Golan.
Le régime syrien a repris des zones à Deraa et près du Golan en 2018 après sept ans de guerre civile. Le front sud a été une ligne de front largement stable pendant des années, mais les rebelles syriens se sont effondrés rapidement et des volontaires de la défense civile syrienne, appelés Casques blancs, ont été évacués via Israël vers la Jordanie en juillet 2018.

Zone à conquérir pour le Hezbollah

Un an plus tard, des éléments pro-iraniens liés au Hezbollah se sont installés près du Golan et ont même préparé des « drones tueurs » qu’ils avaient l’intention d’utiliser contre Israël qui a mené des frappes aériennes fin août 2019 contre l’équipe de drones.
Au cours des deux dernières années, les tensions se sont accrues dans le sud de la Syrie. Cela est lié au fait que de nombreux anciens  rebelles syriens ont  été démobilisés, « réconciliés » et recrutés pour travailler avec le régime. Les réfugiés syriens qui avaient fui vers la Jordanie par centaines de milliers n’ont pas voulu rentrer, craignant la conscription et les enlèvements forcés. Le régime brutal continue de « faire disparaître » d’anciens rebelles et de traquer certains, tout en faisant pression sur les autres pour qu’ils collaborent.

Des rebelles toujours résilients

D’autres tensions dominent également. Alors que certains anciens rebelles ont rejoint le régime et agissent désormais comme des chefs de guerre locaux ou des intermédiaires du pouvoir, il y a aussi des Russes dans le sud de la Syrie qui sont venus dans le cadre d’un accord pour aider à rendre la transition plus acceptable.
L’ancien rebelle Ahmad al-Audeh, par exemple, a accepté les conditions de la Russie et a rejoint le 5e corps du régime syrien soutenu par la Russie et a même dirigé sa 8e brigade. Dans le même temps, il y a des tensions dans la région avec la puissante minorité druze du Djebel Druze et du Hauran. Les Druzes ont généralement soutenu le régime par peur des djihadistes et des extrémistes parmi l’Etat islamique et les rebelles. L’Etat islamique contrôlait des zones proches du sud du Golan.
Les récits pro-rebelles disent que les soi-disant anciens rebelles ont, à présent, repris ou « libéré » Tasil et d’autres régions. Les tweets disent qu’ils ont fait prisonniers des soldats syriens, qu’ils décrivent comme des hommes qui travaillent avec le régime. Des images publiées en ligne montreraient les rebelles syriens avec leurs bottes marchant sur une photo du chef du régime syrien Bashar Assad.

Un pays éclaté

Le régime d’Assad préside une Syrie divisée. Le nord de la Syrie est occupé par la Turquie et compte des groupes extrémistes comme HTS (Hay’at Tahrir al-Sham) à Idlib et Ahrar al-Sharqiya, récemment sanctionné par les États-Unis. Pendant ce temps, dans l’est de la Syrie, les FDS (Forces démocratiques syriennes) soutenues par les États-Unis contrôlent une vaste zone, y compris des zones libérées de l’Etat islamique en 2018. Le régime contrôle Damas, Homs, Hama, Alep et des villes clés telles que Deir Ezzor.
Des groupes pro-iraniens dominent la région depuis Albukamal et la base T-4 en Syrie. Ce patchwork de contrôles inclut également les forces russes à Lattaquié. Des rapports récents ont indiqué que la Russie était préoccupée par les frappes aériennes israéliennes en Syrie. Le régime syrien veut la fin des sanctions et accroître son économie largement ravagée. Elle veut travailler avec la Chine et d’autres pays. Pendant ce temps, la Jordanie, l’Irak, l’Égypte et les États du Golfe ont envisagé une plus grande normalisation avec le régime syrien. Les combats à Deraa soulèveront des inquiétudes en Jordanie.

Elimination de membres du Dossier Golan (Hezbollah)

Israël a fourni aide et soutien aux Syriens près de la frontière de 2011 jusqu’à ce que le régime reprenne la région. Israël a exigé que l’Iran ne se replie pas en Syrie et que les groupes anti-israéliens comme le Hezbollah et les milices liées à l’Iran n’installent pas de bases près du Golan.
Dans le passé, certains membres du Hezbollah liés au dossier Golan du Hezbollah ont été la cible « d’accidents » dans certaines parties du sud de la Syrie ou dans des zones frontalières. Dans un cas, le Hezbollah a accusé Israël d’une frappe aérienne près de la frontière libano-syrienne et a juré de se venger. Le Hezbollah a fait des tentatives à plusieurs reprises au cours des deux dernières années, perçant des trous dans la clôture frontalière en avril 2020. En 2019, il a tiré un missile antichar guidé (ATGM) sur les forces israéliennes.

Une aggravation comme jamais de la situation?

La Russie aurait envoyé une délégation dans le sud de la Syrie pour tenter de négocier le calme dans la région. Le régime syrien a envoyé des chars selon d’autres témoignages. Ceux qui suivent les rebelles syriens semblent penser que cette dernière série de combats est plus grave que par le passé.
Dans le passé, un groupe lié à Daesh, appelé Jaysh Khalid, contrôlait des zones entre Tasil et la frontière du Golan. On ne sait pas si ces cellules de Daesh qui existaient autrefois, et qui ont été pilonnées et détruites par le régime en 2018, pourraient également réapparaître.

Un commentaire

Laisser un commentaire