Les partisans de Banat exigent la révocation d’Abbas et de l’élite corrompue du Fatah

Publié par

Les endeuillés palestiniens (après la mort de Banat) appellent au changement politique lors des funérailles du critique d’Abbas

avatarpar Reuters et le personnel d’Algemeiner

Des gens assistent aux funérailles du critique palestinien Nizar Banat, décédé après avoir été arrêté par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, à Hébron, dans la partie arabe autonome de la Judée-Samarie, le 25 juin 2021. REUTERS/Mussa Qawasma

Les Palestiniens en deuil ont appelé vendredi à un changement de gouvernement alors qu’ils défilaient à Hébron pour les funérailles de l’un des détracteurs les plus en vue du président Mahmoud Abbas, décédé après son arrestation par les forces de sécurité.

Des milliers de personnes ont accompagné le cercueil de Nizar Banat dans les rues de la ville de Cisjordanie/Judée-Samarie, beaucoup d’entre elles scandant « le peuple veut la chute du régime » et « Abbas partez, Abbas quittez (le pouvoir) ».

Certains brandissaient des drapeaux palestiniens et d’autres le drapeau du Hamas, le rival islamiste d’Abbas à Gaza. Des manifestants se sont également rassemblés à Ramallah et à l’extérieur de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem.

La famille de Banat a déclaré que les forces de l’Autorité palestinienne (AP) ont fait irruption dans sa maison dans la ville, jeudi matin et l’ont frappé à plusieurs reprises avec une tige de métal avant de l’arrêter.

Il a reçu des coups à la tête, a déclaré la Commission indépendante des droits de l’homme de l’Autorité palestinienne après avoir procédé à une autopsie.

L’Autorité palestinienne d’Abbas a déclaré qu’elle mènerait une enquête, mais n’a pas commenté les accusations. Son gouverneur d’Hébron, Jibrin Al-Bakri, a déclaré que Banat était décédé alors que sa santé s’était soudain « détériorée » lors de son arrestation.

Banat, 43 ans, était un militant social qui avait accusé l’Autorité palestinienne d’Abbas de corruption, notamment pour un échange de vaccins contre le COVID-19 avec  Israël qui ne s’est pas concrétisé, ce mois-ci et le report par Abbas d’élections longtemps retardées en mai.

Banat s’était inscrit comme candidat parlementaire pour ce scrutin.

Des groupes de défense des droits humains affirment qu’Abbas, qui dirige l’Autorité palestinienne par décret depuis plus d’une décennie, arrête régulièrement ses détracteurs. Un responsable de Human Rights Watch a déclaré que l’arrestation de Banat n’était « pas une anomalie ». Abbas nie les accusations.

Les États-Unis, les Nations Unies et l’Union européenne ont appelé l’Autorité palestinienne à mener une enquête « transparente » sur la mort de Banat.

Le Hamas, qui dirige Gaza et a connu une montée en popularité après les violents combats  Israël- Gaza en mai, a appelé les Palestiniens à se soulever et à « mettre un terme définitif à la violation généralisée par l’AP contre les libertés et les droits de notre peuple ». .

Abbas et l’AP rejettent les accusations de corruption et d’arrestation de personnes pour leurs opinions politiques. Ils nient également la torture.

algemeiner.com

Laisser un commentaire