Le directeur de l’UNRWA dit la vérité sur la précision des frappes de Tsahal, puis se dédit

Publié par
Matthias Schmale, directeur de l'UNRWA, pendant une conférence de presse au siège de l'UNRWA à Gaza City, le 19 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Adel Hana)

Matthias Schmale, directeur de l’UNRWA, pendant une conférence de presse au siège de l’UNRWA à Gaza City, le 19 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Adel Hana)

«Je pense que la précision était présente, mais il y a eu des pertes en vies humaines inacceptables et insupportables du côté civil», a déclaré Schmale. Après de vives critiques des partisans du Hamas, il s’est « excusé ».

Par JPOST EDITORIAL   27 MAI 2021 00:51

   

Des employés palestiniens de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) participent à une manifestation contre les suppressions d'emplois par l'UNRWA, dans la ville de Gaza, le 19 septembre 2018 (crédit photo: REUTERS / IBRAHEEM ABU MUSTAFA)

Les employés palestiniens de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) prennent part à une manifestation contre les suppressions d’emplois par l’UNRWA, dans la ville de Gaza, le 19 septembre 2018.(crédit photo: REUTERS / IBRAHEEM ABU MUSTAFA)

Lorsque Matthias Schmale, directeur de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) dans la bande de Gaza, a déclaré dimanche à la Douzième chaîne que les frappes aériennes israéliennes, lors de la récente conflagration, étaient «précises» et «sophistiquées», il affirmait simplement la vérité en disant ce qu’il avait constaté.

Dans l’interview avec le journaliste Arad Nir, Schmale a été interrogé sur l’affirmation de Tsahal selon laquelle ses frappes militaires contre des cibles terroristes avaient été très précises. Il a répondu: «Je ne suis pas un expert militaire, mais je ne contesterais pas cela. J’ai aussi l’impression qu’il y a une énorme sophistication dans la façon dont l’armée israélienne a frappé au cours des 11 derniers jours, donc ce n’est pas mon problème. 

J’ai eu de nombreux collègues qui me décrivent qu’ils estiment que, par rapport à la guerre de 2014, cette fois, les frappes ont été ressenties comme beaucoup plus vicieuses en termes d’impact. Alors oui, ils n’ont pas touché – à quelques exceptions près – des cibles civiles, mais la cruauté et la férocité des frappes ont été fortement ressenties.

Il a noté que plus de 60 enfants avaient été tués à Gaza, dont 19 qui fréquentaient une école de l’UNRWA.«Je pense que la précision était là, mais il y a eu des pertes en vies humaines inacceptables et insupportables du côté civil», a déclaré Schmale.

Il n’a pas fallu longtemps aux Gazaouis pour exprimer leur indignation face aux remarques de Schmale, l’accusant d’avoir disculpé Israël et appelant à sa réprimande et à son renvoi. Dans une déclaration commune, plusieurs groupes de défense des droits palestiniens ont accusé Schmale de «louer indirectement la précision et la sophistication de l’armée israélienne, alors qu’Israël commet en fait constamment des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité contre le peuple palestinien».

Le Hamas a tweeté qu’il était choqué par ces déclarations, accusant le responsable de l’ UNRWA de se faire passer pour un «analyste militaire de l’armée d’occupation».

Le Hamas a déclaré dans un communiqué que ces commentaires étaient «une distorsion complète en faveur des sionistes, y compris une tentative d’exonérer l’occupation du meurtre de 254 Palestiniens, dont plus de 40% sont des enfants, des femmes et des personnes âgées».

L’ancien porte-parole de Tsahal, Peter Lerner, a quant à lui remercié Schmale pour son « entretien franc » et « pour avoir partagé notre opinion sur le fait que les frappes israéliennes étaient en effet précises, menées avec une grande sophistication.

« En réponse au tweet de Lerner, Schmale a souligné que «toute perte de vies civiles (des deux côtés) n’est pas seulement « tragique »mais inacceptable!» Puis, mardi, suite à l’indignation palestinienne, Schmale a présenté des excuses. «Les récentes remarques que j’ai faites à la télévision israélienne ont offensé et blessé ceux dont des membres des familles ou des amis se sont fait tuer et blesser pendant la guerre qui vient de se terminer», a-t-il tweeté. «Il n’y a aucune justification pour tuer des civils. Tout civil tué est un de trop. Il est tout simplement insupportable que tant d’innocents aient payé de leur vie. » 

Pour mémoire, le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza, qui ne fait pas de distinction entre terroristes et civils, a déclaré qu’au moins 243 Palestiniens avaient été tués, dont 66 mineurs, lors des frappes israéliennes. L’armée israélienne a toutefois déclaré qu’elle avait tué quelque 200 terroristes et que certaines des victimes civiles avaient été causées par des roquettes du Hamas tombant en panne et atterrissant dans la bande de Gaza.

Les opposants aux actions d’Israël lors de l’opération Gardien des murs ont affirmé qu’Israël avait intentionnellement ciblé des civils pendant l’opération, mais les responsables israéliens ont souligné à plusieurs reprises que Tsahal avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter des pertes civiles, y compris en avertissant les civils avant les frappes aériennes.

Les responsables militaires israéliens ont reconnu qu’il y avait eu des victimes civiles à la suite des dommages collatéraux de la campagne aérienne. Dans l’un des pires incidents, l’armée israélienne a déclaré qu’une frappe de missile sur un bunker souterrain dans le camp de réfugiés de Shati avait provoqué par inadvertance l’effondrement de deux maisons, tuant 10 personnes, dont huit enfants.

L’armée israélienne a déclaré que ces pertes étaient le résultat tragique de la stratégie du Hamas consistant à opérer intentionnellement dans des zones densément peuplées et à utiliser les résidents comme boucliers humains. 

Et voici le nœud du problème: Tsahal cherche à être précis et à ne cibler que les terroristes et les installations militaires. Le Hamas, de son côté, tire des roquettes sans discernement sur Israël, cherchant à tuer autant d’Israéliens que possible. Toute cette affaire est la preuve de la folie de l’emprise du Hamas sur la population de Gaza et sur l’UNRWA. Il est malheureux que Schmale, après avoir été terrorisé sur les réseaux sociaux, ait ressenti le besoin de revenir en arrière sur des remarques candides qui disaient la vérité.

jpost.com

Laisser un commentaire