La supercherie de Tsahal et l’attaque du «métro» de Gaza: vraie-fausse opération terrestre!

Posted by

Le mouvement des bataillons, les lumières de la clôture, l’annonce d’une « attaque terrestre » – tout cela a conduit les terroristes à Gaza à des positions de confinement. Puis le coup de grâce est tombé depuis les airs sur le réseau des tunnels et des équipages de combattants attroupés pour mener un « guet-apens » contre les soi-disant « forces terrestres ». Les bombardements se sont poursuivis et Tsahal a encore beaucoup de travail à faire, avec le soutien international, il semble que l’opération se poursuivra la semaine prochaine.

Ron Ben Yishai Publié: 14.05.21, 11:36

L’armée israélienne a fait ce soir comme prévu: créativité, ruse et combinaison optimale de branches aériennes et terrestres. Une action comme on n’en a pas vue depuis longtemps , les Forces de Tsahal ont porté un coup très concentré sur les infrastructures souterraines et les combattants du Hamas et du Jihad islamique à la surface.

L’opération a commencé tard dans la soirée hier, vers neuf heures, lorsque deux bataillons de chars et un bataillon Golani ont commencé à se diriger vers une rangée de clôtures autour du nord de la bande de Gaza. Le rugissement des chars et des moteurs APC a bien sûr été bien entendu à l’intérieur de la bande de Gaza.

De plus, les chars se sont déplacés près des villages et kibboutzim israéliens de telle sorte que les lumières des clôtures des implantations ont éclairé les chars et les APC pendant quelques minutes, se dirigeant vers la clôture mais ne la dépassant pas.

Presque aucun combattant israélien sur le terrain n’a dû traverser «l’axe Hubers» (une route et une clôture marquant la frontière entre le territoire souverain d’Israël et la bande de Gaza contrôlée par le Hamas), mais derrière cette ligne et à côté d’elle, entre elle, la « barrière » souterraine et la clôture au-dessus de celle-ci, Tsahal possède un ensemble pré-préparé de positions de chars et un remblai de terre à partir duquel la force pourra opérer et atteindre ses cibles avec une grande précision – tout en étant relativement protégée des missiles antichars et des tirs de mortier. Cette disposition du sol entre les clôtures est appelée le « safari » de Tsahal.

Tout cela a apparemment conduit les commandants du Hamas et du jihad à estimer qu’une attaque terrestre israélienne commençait. L’appréciation des Palestiniens a été renforcée à la suite de la déclaration d’un porte-parole de Tsahal sur l’attaque des forces aériennes et terrestres (et a également amené les médias mondiaux à publier que Tsahal était entré dans la bande de Gaza ). En réponse, pour arrêter l’attaque, les organisations terroristes palestiniennes ont caché les combattants de première ligne qui étaient censés arrêter une telle invasion: les observateurs, les équipages de missiles antichars (principalement Kornet) et les équipages de mortiers qui étaient censés tirer et bloquer ou du moins retarder les forces de Tsahal.

Les chars, les APC et les canons de 155 mm de Tsahal les attendaient et des drones équipés de systèmes de vision nocturne ont détecté les mouvements et dirigé le feu depuis le sol. Des escouades de commandos Egoz et Maglan, y compris des tireurs d’élite et des lanceurs de missiles Gil, les attendaient également sur le terrain.

Alors que les chars et les APC avançaient vers la clôture extérieure au-delà de la barrière souterraine (axe Hoovers), quelque 160 avions de combat et UAV de l’armée de l’air sont entrés en formation d’attaque à la périphérie de la ville de Gaza, visant principalement ce que Tsahal appelle le «métro»; Ce sont les tunnels de mouvement et de combat que le Hamas et le djihad ont construits à la périphérie et à l’intérieur de la ville de Gaza et d’autres localités de la bande de Gaza, afin que leurs hommes puissent se déplacer secrètement d’un secteur à l’autre sans être frappé par les airs.

Le Hamas a construit un réseau souterrain d’une telle ampleur après Tzuk Eitan avant l’éventualité d’un nouveau cycle au cours duquel Tsahal entrera dans la bande de Gaza. Mais ces dernières années, l’armée de l’air israélienne a également développé de nouvelles capacités. En fait, toutes les activités contre la clandestinité palestinienne à Gaza sont actuellement menées par l’armée de l’air israélienne, qui utilise des avions de combat lançant des munitions et missiles précis et destructeurs qui explosent à l’intérieur des tunnels. L’armée de l’air a atteint 150 de ces cibles ce soir.

On ne sait pas encore combien de membres du Hamas ont été blessés, enterrés vivants ou piégés à l’intérieur des tunnels, mais ceux qui sont remontés à la surface ont également été touchés par des tirs au sol ou par l’air.

À la suite de l’opération, plusieurs escouades antichars, escouades d’observation et plusieurs équipages de mortiers palestiniens ont été touchés. Les chiffres exacts de l’ampleur de l’attaque seront précisés plus tard, mais il ne semble pas y avoir de très nombreux effectifs. Le principal a été le choc psychologique et la perturbation substantielle des intentions et des préparatifs du Hamas face à Tsahal, et d’agir en conséquence. Le tir des chars dans la banlieue nord et est de Gaza et dans le sud de la bande de Gaza a probablement été particulièrement puissant, et il s’est produit simultanément avec les bombardements aériens. Il est important de noter que le coup a été porté avec le plus grand soin afin de ne pas blesser des civils non impliqués.

« Exposer une agression »

Il est encore trop tôt pour juger de l’effet à long terme de l’opération, mais il est tout à fait clair que Tsahal a mis en œuvre ici de manière concentrée et pour la première fois sa nouvelle doctrine de combat quimène des opérations multidimensionnelles meurtrières, dans lesquelles les combattants de toutes les armes travaillent ensemble. L’arme terrestre est maintenant en train d’assimiler cette méthode, au sein de l’armée israélienne. À première vue, il semble que le Hamas ait été surpris et, par conséquent, le nombre de tirs de missiles a diminué par rapport aux nuits précédentes, bien que la ville d’Ashkelon en ait principalement absorbé un peu. Cependant, il est encore trop tôt pour se distribuer des satisfécits sur les premiers résultats. Le Hamas et le jihad ont encore des milliers de roquettes et de missiles, dont certains à longue portée – et à très longue portée -, faisant que les organisations palestiniennes peuvent lancer des volées de missiles et faire beaucoup de dégâts, donc Tsahal a encore beaucoup de travail à faire.

Le missile R250 que le Hamas a présenté hier soir, par une vidéo de son opération, est capable d’atteindre de longues distances, mais est inexact, de sorte que le missile visant l’aéroport de Ramon est tombé hier quelque part dans une zone dégagée (terrans vagues) près du conseil régional de Ramat Negev.

Un bâtiment en ruine à Gaza

Rappelons que cette opération a quatre objectifs :

– réhabiliter la dissuasion;

– Frapper et détruire autant que possible tout ce qui permet au Hamas et au djihad de se battre. En commençant par l’infrastructure et en continuant d’attaquer et de neutraliser les combattants et les commandants, y compris les hauts commandants du Hamas.

– générer de graves dommages à l’infrastructure de production et d’organisation du Hamas et du jihad d’une manière qui empêchera leur réhabilitation pendant des années

– Maintenir la légitimité de Tsahal à agir en légitime défense: créer un soutien sur la scène internationale, en particulier parmi les démocraties et les pays occidentaux.

Des développements encourageants ont également eu lieu dans le dernier domaine. Israël semble avoir persuadé l’administration Biden de soutenir la poursuite de l’opération pendant quelques jours de plus, de sorte que le Conseil de sécurité de l’ ONU a été reporté à dimanche. Il s’agit de protéger Jérusalem et les fortes concentrations de population dans le centre du pays, mais aussi principalement en raison de la prudence et la manière sélective dont l’Armée de l’Air exerce sa puissance.

Comment s’exprime-t-elle? En avertissant la population au moyen d’appels téléphoniques du personnel du Shin Bet aux occupants des immeubles pour qu’ils évacuent leurs appartements; Et dans des méthodes d’attaque utilisant des armements très précis, conçus pour faire tomber des bâtiments du Hamas ou endommager des tunnels, mais avec un minimum de dommages collatéraux aux civils non impliqués.

Un grand nombre des victimes civiles à l’intérieur de la bande de Gaza, y compris des enfants et des femmes, sont la conséquence des roquettes et des missiles tirés par le Hamas et qui tombent sur la bande de Gaza. Environ un tiers de toutes les roquettes échouent de cette manière, et ce fait n’a pas non plus été caché aux organisations internationales.

Les dommages à la qualité de vie et aux conditions de vie dans la bande de Gaza, dont une grande partie est due à ces dommages auto-infligés, posent d’énormes problèmes aux fils électriques et aux infrastructures civiles dans la bande de Gaza.

On peut supposer qu’après la fin des tirs, le Hamas devra faire face à une grave détresse de la population civile; Peut-être plus sévère que celle créée après «Tzuk Eytan -2014». C’est pourquoi le Hamas signale actuellement à l’Égypte qu’il veut arrêter, mais Israël n’a aucun intérêt à arrêter et si, comme il semble, les États-Unis le soutiennent, on peut donc supposer que l’opération se poursuivra au moins jusqu’au milieu de la semaine prochaine.

ynet.co.il

Laisser un commentaire