Deux terroristes tués après avoir ouvert le feu sur une base militaire

Posted by

Aucun blessé israélien n’a été signalé après que trois Palestiniens ont ouvert le feu.

Par ANNA AHRONHEIM , PERSONNEL DE JERUSALEM POST   7 MAI 2021 12:12

   

Des coups de feu ont été tirés sur l'avant-poste de Salem et deux terroristes ont été tués le 7 mai 2021. (Crédit photo: Autorisation)

Des coups de feu ont été tirés sur l’avant-poste de Salem et deux terroristes ont été tués le 7 mai 2021.(crédit photo: courtoisie)

Deux Palestiniens ont été tués et un troisième grièvement blessé après avoir ouvert le feu sur une base de la police des frontières dans le nord de la Judée-Samarie  vendredi, dernier jour du Ramadan.

Les trois terroristes, tous trois armés de mitraillettes Carlo (voir images) et de couteaux , ont ouvert le feu sur la porte de la base de Salem avant d’être abattus par des agents de la police des frontières. Aucune force israélienne n’a été blessée. Le troisième attaquant palestinien a été évacué vers le centre médical Emek à Afula

«Les terroristes ont tiré sur la porte de la base. Des officiers de la police des frontières et un soldat de Tsahal ont riposté en tirant et en neutralisant les trois terroristes », a déclaré la police israélienne dans un communiqué.

Pistolet-mitrailleur artisanal Carlo + couteaux

L’attaque est intervenue alors que les forces de sécurité israéliennes ont augmenté leur niveau d’alerte sachant qu’un certain nombre d’événements sur des points chauds centrés autour de Jérusalem sont sur le point de se produire.

Plus tôt dans la journée, la police des frontières a arrêté une habitante de Hébron âgée de 27 ans qui a tenté de mener une attaque au couteau dans la grotte des patriarches. La femme s’est approchée du point de contrôle, paraissant stressée et effrayée, et après inspection, un couteau a été trouvé dans son sac. Bien que l’armée israélienne ait déjà renforcé ses troupes pour le mois sacré musulman du Ramadan, craignant que la violence n’éclate, l’attaque meurtrière par balles et une rare déclaration menaçant Israël profére par le chef terroriste du Hamas Mohamed Deif ont conduit l’armée à se préparer à une série de scénarios possibles en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. 

Mohamed Deif, chef de la branche armée Ez Ed Din Al Qassam, dans la Ba,de de Gaza. Cible de plusieurs tentatives d’éliminations, il est mentalement très actif et dangereux, mais physiquement importent.

Les ballons incendiaires lancés depuis l’enclave côtière bloquée ont repris ces derniers jours, incendiant des terres agricoles dans le sud d’Israël.

Le jour de Jérusalem et Laylat al-Qadr, une grande nuit sainte du Ramadan, tombent dimanche soir. L’Aïd al-Fitr a lieu mercredi, marquant la fin du Ramadan. Puis le jour d’Al Qods, un jour férié inventé par l’Iran pour exprimer son soutien aux Palestiniens contre Israël, est le vendredi et le jour de la Nakba, où les Palestiniens marquent la «catastrophe» de la reconnaissance de l’Etat Juif, est ce samedi.

Ces commémorations sont aggravées par l’annulation des élections palestiniennes et le point culminant d’un différend foncier de longue date entre Juifs et Arabes avec l’expulsion de dizaines de Palestiniens de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, connu sous le nom de Shimon Hatzadik en hébreu, mettant la police et Tsahal en état d’alerte en cas d’affrontements et d’attaques supplémentaires.

Deif, le chef de la branche armée du Hamas, les brigades Izz ad-Din al-Qassam, a averti que si les expulsions avaient lieu, Israël «paierait un lourd tribut».

«C’est notre dernier avertissement; Si l’agression contre notre peuple dans le quartier de Sheikh Jarrah ne s’arrête pas immédiatement, nous ne resterons pas les bras croisés et l’occupation paiera un lourd tribut », a-t-il prévenu. Le commandement central de Tsahal est sur ses gardes face aux attaques des partisans du Hamas en Cisjordanie, où le président du parti Fatah de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, risquait de perdre le pouvoir au profit du groupe islamiste si des élections avaient eu lieu.

Le Hamas a qualifié l’annulation des élections de «coup d’État» et selon Walla! News, le groupe terroriste devrait tenter de provoquer des émeutes.

jpost.com

Laisser un commentaire