La police et les responsables de santé ont mis en garde contre la catastrophe de Meron deux semaines auparavant

Publié par

«Nous devons fermer le lieu saint et limiter le nombre de personnes.»

Par la rédaction du JERUSALEM POST  1 MAI 2021 22:37

   

Les forces de sauvetage et la police israéliennes près des lieux d'une bousculade qui a tué des dizaines de personnes et en a blessé des dizaines de plus de 100 lors des célébrations de la fête juive de Lag Baomer sur le mont.  Meron, dans le nord d'Israël le 30 avril 2021 (crédit photo: DAVID COHEN / FLASH 90)

Les forces de sauvetage et la police israéliennes près des lieux d’une bousculade qui a tué des dizaines de personnes et en a blessé des dizaines de plus (150), lors des célébrations de la fête juive de Lag Baomer sur le mont Meron, dans le nord d’Israël le 30 avril 2021 (crédit photo: DAVID COHEN / FLASH 90)

Des officiers de police et des responsables de la santé de haut niveau ont mis en garde contre une catastrophe au mont Meron et ont recommandé la fermeture du site juif sacré, lors d’une réunion qui s’est tenue deux semaines avant les festivités de Lag Baomer. Jeudi soir, 45 personnes ont été tuées dans une bousculade meurtrière sur le site. Le ministère de la Justice a repris l’enquête bien qu’il y ait eu des appels au cours du week-end pour créer une commission d’enquête indépendante.

La réunion et son contenu ont été révélés samedi soir par Kan News qui a publié un protocole d’une réunion que le commandant du district de police du Nord, Shimon Lavi, a tenue avec son commandement supérieur ainsi que des hauts fonctionnaires des ministères de la Santé, des Transports et de l’Intérieur.

Lors de la réunion, Lavi a déclaré que la police était avant tout préoccupée par la sécurité du public. « La sûreté et la sécurité du public et le contrôle de la foule et de la pression est notre première priorité« , a-t-il déclaré à l’ouverture de la réunion.

Il a ensuite fait le tour de la table et a entendu les autres agents. Le commandant du district de Ha’amakim a déclaré: «Si la tombe est ouverte et que tout Israël vient, il y aura trop de monde. Nous devrions fermer le tombeau « du rabbin Shimon Bar Yochai du IIe siècle qui s’y trouve. Le commandant des opérations dans le district nord a confirmé: «Nous devons fermer la tombe et limiter le nombre de personnes

Le chef adjoint de la police de la circulation dans le Nord a convenu: «Nous devons fermer la tombe.»

En réponse, le PDG de l’Administration des lieux saints en Israël, responsable de la gestion du mont Meron, a déclaré qu’il préférait le garder ouvert et qu’il lui faudrait de toute façon consulter les cours hassidiques qui convergent traditionnellement vers le lieu saint.

Le Dr Michal Cohen, médecin du district nord du ministère de la Santé, a exhorté Lavi à fermer le site par crainte d’une propagation massive de l’infection à coronavirus. Elle a mis en garde contre le fait de ne pas utiliser le système «Passeport Vert» selon lequel seuls les vaccinés ou les personnes qui s’étaient rétablies du COVID-19 pouvaient assister à l’événement.

Lavi a déclaré que le système Passeport Vert ne pouvait pas être utilisé car il créerait une foule massive de personnes à l’entrée du lieu saint qui ne serait pas contrôlable, faisant essentiellement allusion à la catastrophe qui se produirait jeudi soir.

D’autres policiers ont déclaré que selon les renseignements qu’ils avaient reçus, les gens prévoyaient de toute façon de venir se frayer un chemin sur le site s’il n’était pas complètement ouvert au public. Des limites avaient été imposées à la fréquentation du mont Meron en 2020 en raison de la pandémie.

En fin de compte, dans la décision finale, la police a accepté de supprimer les limites du nombre de participants et de ne pas utiliser le système Passeport Vert.

jpost.com

Laisser un commentaire