L’Etat islamique de retour en Syrie: un regard sur un nouvel ennemi ancien

Publié par

3 AVR.

Edité par Danny Auerbach

Alors que nous sommes occupés par le virus Corona et des cycles interminables d’élections, l’Etat islamique revient en force en Syrie. Le Dr Eli Galia, chercheur sur la guerre civile syrienne et auteur du livre « George Habash – Biographie politique », nous apporte la mauvaise nouvelle: la faiblesse, la corruption et l’impuissance du régime d’Assad fait resurgir les forces terroristes, qui attendent leur tour pour revenir sur le devant de la scène. Un point militaro-stratégique dans une chronique éclairée sur une nouvelle menace ancienne.

À partir de publications diffusées au cours des deux derniers mois sur l’augmentation de l’activité de l’Etat islamique dans le désert syrien, trois ans après que le régime d’Assad a annoncé son éradication de la majorité de ses territoires en Syrie, nous pouvons apprendre que l’Etat islamique a étendu ses opérations de guérilla dans le pays en trois dimensions. au cours de l’année écoulée, dans la létalité des actions et leur complexité

Sur le plan géographique, l’Etat islamique s’est propagé des profondeurs du désert à Patio, c’est-à-dire des contrées éloignées de Homs et Deir Ez-Zor aux isolats des districts d’al-Raqqa, à l’intérieur des terres. Au dernier trimestre de 2020, L’Etat islamique a mené des opérations de meilleure qualité, telles que celles menées sur al-Raqqa, malgré les renforts de la majorité des milices menées par les Syriens dans ce secteur. De vastes parties du désert syrien, qui est une vaste région, sont toujours considérées comme un No Man’s Land.  

Depuis le début de 2020, et plus encore depuis l’été dernier, l’Etat islamique (à l’ouest de l’Euphrate) a mené 286 opérations offensives, dont 94 de grande qualité, tuant jusqu’au grade de général de division, à travers un haut responsable des Gardiens de la révolution iraniens, des officiers ayant le grade de général de brigade dans l’armée syrienne, ainsi que des commandants sur le terrain au sein des milices et des responsables des services de sécurité.

 Les armes utilisées par Daesh durant les assauts provenait du territoire des arsenaux musulmans restants, du butin capturé lors d’attaques contre des convois en Syrie et des achats sur le marché noir. Il s’agit notamment d’armes légères, de mitrailleuses installées sur des véhicules, de lance-roquettes et d’ordinateurs portables de commandes de missiles antichar. La passation des marchés sur le «marché noir» a été effectuée par l’intermédiaire de collaborateurs locaux et en exploitant la corruption généralisée au sein de l’establishment militaire syrien

Des sources affirment l’arrestation de dizaines d’officiers des unités d’élite syriennes et de hauts commandants de milice pour avoir volé des armes dans des bunkers et dépôts de munitions militaires et les avoir vendues par l’intermédiaire de spéculateurs de l’Etat islamique. Selon le témoignage d’un milicien des forces de « défense nationale », cela est dû aux luttes politiques qui se déroulent depuis deux ans entre la branche Deir Ez-Zor de son organisation et le quartier général de la division 17. Selon le sources, l’Etat islamique détient toujours une partie du capital qu’il a accumulé depuis la fondation du califat islamique et il est actuellement utilisé à des fins de subsistance, par les habitants islamistes du désert. Outre leur familiarité avec la région et ses conditions topographiques et climatiques, les membres de l’Etat islamique utilisent également des villages qui ont été abandonnés de leurs habitants pendant la guerre civile.

La carte montre les zones de contrôle de l’Etat islamique à son apogée en mai 2015. Aujourd’hui, l’organisation, qui a été repoussée de la majeure partie de son territoire, commence à ramper des vallées désertiques vers les zones de Deir a-Zor, Alep, et Raqa . Crédit: Semhur Flappiefh, Wikiemdia Commons, données du New York Times, CC-BY-SA 4.0

La cible des raids sur les positions militaires et les points de contrôle a été renforcée ces derniers mois par celle des principales voies d’accès, qui sont des artères de transport essentielles pour les besoins militaires et commerciaux: la route 20 de Deir Ez Zor à Tadmor (-Palmyre, et de là, à Damas) et la route 42 d’Al-Raqqa à Hama (en passant par les villes d’al-Ratsafa Ria et Salemia). Des dépôts de munitions de l’armée syrienne et d’autres installations vitales, telles que des champs de gaz et des stations de pompage le long de l’axe T, ont également été attaqués. Les moudjahidines se cachent à la recherche de véhicules, placent des mines ou des charges latérales ou placent des barrières factices. Les victimes de l’attaque sont des convois militaires, civils ou commerciaux, y compris des transporteurs de carburant qui acheminent de l’essence de l’est du pays vers la Syrie d’Assad.

Dans le cadre de la menace « stratégique  » due à leur incapacité à provoquer les combats, les forces syriennes lancent périodiquement des « opérations de balayage » dans le désert pour rechercher des escouades de l’EI. Elles sont généralement menées en réponse à des attaques surprises djihadistes, et apparemment, sans renseignements suffisants. L’ordre des forces de balayage repose sur la pureté des milices dirigées par la Russie, telles que les unités de la 5ème Armée (forces du Tigre), les Forces de défense nationale, la Brigade palestinienne de Jérusalem et les milices tribales, sans participation active des milices pro-iraniennes, apparemment en raison des Luttes d’influence pour l’occupation régionale.

Al Liwa Al Quds, Unités palestiniennes dirigées par les Russes (voir écussons syriens et russes)

Cette guerre d’Influence s’est également répandue dans l’est du pays. Il s’agit d’infanterie de la milice avec des compétences militaires relativement faibles, équipées d’armes petites et moyennes et aidées par les pompiers-démineurs. Aux côtés des milices, des unités de l’armée syrienne (organique) opèrent également dans tout le désert, bien que sur la base d’un ordre de forces squelettiques.

Jusqu’à présent, comme vous pouvez le voir, ces opérations de balayage ont réussi à retarder les attaques de certaines zones par Daesh et à repousser les djihadistes vers les régions voisines, mais sans renverser la situation. Il s’agit généralement de raids ciblés, nécessitant des forces de frappe qui s’attaquent les unes aux autres à une distance allant jusqu’à 20 km de « point à point » ( « Sauts de grenouilles »), une excroissance de la topographie unique de la région, qui laisse une marge de manœuvre à Daesh et lui permet la poursuite de ses mouvements d’extension. Daesh en est encore à 1préparer la restauration du califat dans la période du « jour après ».  a rapporté  la télévision syrienne, le 23 mars, expliquant que les forces spéciales de l’armée syrienne avaient localisé des armes, du matériel militaire, des munitions et des bouteilles de gaz de membres de l’Etat islamique dans des grottes et ravins cachés, près du village d’al-Duir, dans la zone désertique à l’ouest de Deir Ez-Zour.

Opération de l’armée syrienne contre l’Etat islamique, telle que montrée à la télévision syrienne le 23 mars 2021

Parallèlement aux opérations au sol, une forte augmentation du volume des bombardements aériens s’est démarquée au dernier trimestre de 2020, et au cours des trois derniers mois, des centaines de bombardements des forces aériennes russes et syriennes ont été présentés dans la presse. Cependant, étant donné que ces bombardements interviennent après un temps d’arrêt des combats au sol dans la zone désertique, ils ont actuellement un effet marginal sur la capacité d’opération de l’Etat islamique. La plupart des attaques sont menées contre des cibles statiques sans assistance aérienne continue aux forces de balayage.

L’expansion des activités de l’Etat islamique dans tout le désert syrien conduit à la conclusion que les Syriens n’ont pas de stratégie ordonnée pour faire face à l’organisation et la déraciner, même s’ils jouissent d’une priorité militaire. Les opérations se poursuivent autour de Deir al-Zour, al-Mayadin, Tadmor (Palmyre) et al-Sahna et elles établiront des contacts avec les habitants dans le but de recueillir des informations et de créer des liens commerciaux. Dans le même temps, l’Etat islamique n’a ni la capacité ni la motivation d’essayer de s’emparer de territoires et d’en prendre le contrôle, mais préfère continuer à se venger des invasions et du harcèlement dans l’esprit de la vision djihadiste de l’importance d’Al-Nakhaiya khrub al-Nakhaiya, qui s’inscrit dans la stratégie de «confrontation indirecte» , développée depuis l’effondrement du califat islamique, qui permet d’une part à Daech de minimiser les pertes dans ses rangs, et d’autre part d’attendre le retour d’opportunités plus favorables.

Quant au débat renouvelé de temps en temps sur l’engagement militaire des États-Unis dans le nord-est de la Syrie et de l’Irak, le nouveau gouvernement de Biden doit également prêter attention à ce qui se passe dans le désert syrien. Le régime d’Assad et ses alliés russes et iraniens luttent actuellement pour faire face à la menace, tant au niveau du renseignement que sur le plan opérationnel. La faiblesse de Damas est qu’elle a permis à l’Etat islamique de réutiliser le désert comme une « organisation de base arrière » à des fins de formation et de logistique, similaire au rôle utilisé par le désert d’al-Anbar dans l’ouest de l’Irak (dans la décennie précédant le « Califat »). Avec les «forces démocratiques syriennes» kurdes à l’est de l’Euphrate, les Russes (et les Syriens) mènent leurs activités antiterroristes à l’ouest du fleuve, et très probablement, sans coordination et coopération en matière de renseignement entre eux.

On peut en conclure qu’à mesure que l’Etat islamique se développe dans le centre de la Syrie et que ses compétences en guérilla dans le désert s’améliorent, il devrait reconstruire ses réseaux et ses capacités opérationnelles dans le nord-est de la Syrie et le nord de l’Irak, entre autres, sur la base d’éventuels renforts de milliers de combattants. et leurs familles. Les autres détenus se trouvent dans les camps de détention et le camp de personnes déplacées d’al-Hol dans le district d’al-Hasaka. C’est le désert syrien qui est devenu l’année dernière un « trou noir » ou une sorte de « Triangle des Bermudes syriennes ».

Al-Hol détenu par les Forces Démocratiques Syriennes

 Danny Auerbach

Bienvenue! Je suis Danny Auerbach, historien militaire du Département d’histoire et d’études asiatiques de l’Université hébraïque, et chercheur sur les coups d’État, les assassinats politiques, la résistance militaire et d’autres événements sanglants au Japon, en Chine, en Allemagne et dans le reste du monde. 

Pour ceux d’entre vous qui s’intéressent à la Seconde Guerre mondiale, vous trouverez peut-être mon livre et Walkyrie- L’Opposition allemande à Hitler, publié par Yedioth Ahronoth. Une nouvelle étude, mise à jour et élargie sur le sujet, Les complots contre Hitler, a été publiée cette année en anglais et en italien, en plus d’une mise à jour du livre hébreu existant. Les éditions Kindle et papier de tous les livres peuvent être achetées sur Amazon. Pour voir mon profil académique – recherche, articles et plus, cliquez ici.

dannyorbach.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s