Une troisième guerre Liban-Israël est-elle imminente? Les scénarii du pire

Publié par


Hezbollah vs Israël: les pires scénarios

par Steven Emerson
Webinaire Forum Moyen-Orient
1 avril 2021

httpv://www.youtube.com/watch?v=embed/az3VRQN1wCg?start=45

Webinaire du Forum sur le Moyen-Orient – 26 mars 2021

Malgré l’effondrement de l’économie libanaise et des troubles politiques considérables, le Hezbollah continue de menacer Israël. Ces menaces doivent être prises au sérieux, étant donné l’incroyable stock de missiles à longue, moyenne et courte portée du Hezbollah, soutenu par l’armée iranienne, pouvant atteindre chaque centimètre carré d’Israël.

J’ai parlé vendredi dernier avec le Forum du Moyen-Orient des pires scénarios de conflit entre Israël et le Hezbollah. Ces possibilités incluent une attaque surprise du Hezbollah, une frappe préventive israélienne, une escalade non planifiée et une guerre sur plusieurs fronts contre Israël.

La situation est un baril de poudre, et un faux mouvement peut mettre l’un de ces scénarios en mouvement. Les Israéliens ont compris la possibilité d’une attaque surprise en 2019, lorsqu’ils ont découvert plusieurs tunnels bien construits qui commençaient à plus d’un demi-mile (800m) à l’intérieur du Liban, mais qui sont entrés en Israël. Le Hezbollah aurait pu les utiliser pour attaquer les communautés du nord d’Israël, en essayant de tuer et de prendre en otage de nombreux civils israéliens. Ce type d’attaque terroriste aurait déclenché une guerre à part entière.

Israël vit déjà sous la menace constante de l’arsenal de missiles du Hezbollah, dont une grande partie a été introduite clandestinement au Liban et équipée de systèmes de guidage GPS avancés.

Une guerre à plusieurs fronts contre Israël semble plus probable maintenant que les milices irakiennes peuvent utiliser des missiles fournis par l’Iran qui peuvent frapper à l’intérieur d’Israël. Du sud, les Houthis yéménites disposent désormais de projectiles capables d’atteindre la ville portuaire d’Israël d’Eilat le long de la mer Rouge. En Syrie, le Hezbollah dispose de forces testées au combat capables d’attaquer, et il existe des systèmes d’armes iraniens et russes prêts à frapper. Enfin, Gaza abrite le Hamas et le Jihad islamique palestinien, des groupes terroristes qui tirent des roquettes sur les communautés civiles israéliennes depuis des années. S’ils agissaient tous ensemble, une guerre à cinq fronts contre Israël est le pire des cas.

En 2019, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’est produit à la télévision Al Manar du Hezbollah avec sa liste de cibles stratégiques israéliennes qu’il souhaite détruire lors de la prochaine guerre avec Israël. Ces objectifs stratégiques comprennent l’aéroport international Ben Gourion près de Tel Aviv, les centrales électriques, les usines de dessalement d’eau, les sites nucléaires, les ports maritimes, les installations de production de gaz et la plate-forme de gaz naturel en Méditerranée, les installations de production pétrochimique près de Haïfa, le siège / ministère des Forces de défense israéliennes de la Défense à Tel-Aviv, des bases aériennes, des bases navales, des bases militaires, des industries militaires et d’importants centres financiers et commerciaux.

Source: https://worldview.stratfor.com/article/missile-arsenal-heart-israeli-iranian-rivalry
Source: https://worldview.stratfor.com/article/missile-arsenal-heart-israeli-iranian-rivalry

La guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah a été déclenchée après que le Hezbollah a enlevé deux réservistes israéliens et tué trois autres dans un raid transfrontalier non provoqué contre le Hezbollah. C’est un exemple parfait d’une guerre que ni l’une ni l’autre des parties ne voulait, mais qui a quand même eu lieu. Au cours de la guerre de 34 jours, le Hezbollah a lancé plus de 100 roquettes par jour – pour un total d’environ 4 000 de ses 10 000 roquettes et missiles estimés à l’époque. Lors de la prochaine guerre, le Hezbollah pourrait lancer un minimum de 2000 roquettes par jour à partir de son inventaire estimé à 150000, a déclaré un haut responsable de Tsahal, lors d’une conférence à Jérusalem le 15 mars. L’arsenal du Hezbollah comprendrait 130 000 roquettes à courte portée pouvant parcourir moins de 70 km, environ 500 roquettes à moyenne portée (plus de 70 km et moins de 250 km) et environ 100 roquettes et missiles à longue portée (plus de 250 km). Selon un rapport de 2018 de l’Institut juif des affaires de sécurité nationale (JINSA), «le Hezbollah possède désormais plus de puissance de feu que 95% des armées conventionnelles du monde, et plus de roquettes et de missiles que tous les membres européens de l’OTAN réunis».

Les analystes estiment que le Hezbollah possède entre 500 et 1000 munitions à guidage de précision équipées de systèmes de guidage GPS améliorés qui peuvent frapper chaque centimètre carré d’Israël avec une précision dévastatrice. Avec des ogives GPS Scud B avancées à longue portée transportant jusqu’à 2200 livres d’explosifs de haute qualité, ces missiles pourraient facilement détruire les principales cibles stratégiques en Israël telles que la centrale nucléaire de Dimona, l’aéroport Ben Gourion, la Kirya, le centre névralgique de l’armée israélienne., les centrales électriques israéliennes, et provoquer un carnage civil massif – toutes les cibles que Nasrallah a personnellement menacé d’attaquer lors de la prochaine guerre avec Israël dans une interview qu’il a donnée en 2019. (Pour les évaluations comparatives des dommages, les roquettes Qassam non guidées lancées par le Hamas ne transportent qu’une charge utile de seulement 12 livres d’explosifs.) De plus, le Hezbollah aurait plusieurs dizaines de missiles anti-navires, tels que les trois missiles anti-navires C-802 qu’ils ont tirés, sur le navire de la marine israélienne Hanit pendant la guerre de 2006, tuant quatre marins israéliens.

Source: https://jinsa.org/wp-content/uploads/2018/10/Israels-Next-Northern-War_Operational-and-Legal-Challenges_web.pdf
.
Israël : l'antimissile "Fronde de David" bientôt en place

En réponse à la menace du Hezbollah, Israël dispose d’un système à trois niveaux pour protéger ses citoyens et ses actifs stratégiques. Ces trois niveaux comprennent: la défense antimissile, les bombardements par les avions de combat de l’armée de l’air israélienne (IAF) et les abris civils contre les bombes. Le niveau de défense antimissile est un système de défense antimissile à plusieurs couches qui comprend des systèmes d’interception de missiles tels que Dôme de Fer, PATRIOT, La Fronde de David, Arrow 2 et Arrow 3 (voir le graphique pour les nombres estimés, les portées, le type d’ogive, les cibles, la portée et la date lorsque le système est devenu opérationnel). 

Le deuxième niveau est constitué par les avions de combat de l’IAF qui, pendant un conflit, attaqueraient les sites de lancement et de stockage de missiles du Hezbollah. L’IAF compte plus de 425 avions de combat, dont près de 50 nouveaux F-35, 50 F-15 et 25 F-15E et 300 F-16. Si la guerre éclate, Israël pense qu’elle peut frapper 3 000 cibles du Hezbollah par jour. Enfin, la troisième couche de défense israélienne serait les bunkers civils qui se trouvent dans de nombreuses maisons israéliennes ou qui font partie de l’infrastructure locale de la ville et du village.

Outre la menace massive de roquettes et de missiles du Hezbollah, les groupes terroristes basés à Gaza, le Hamas et le Jihad islamique, pourraient également attaquer Israël avec leurs roquettes et missiles estimés entre 15 000 et 20 000 missiles.

.
Source: https://aipacorg.app.box.com/s/u1oih9tblawwhzsu1ak6vs83znpu0hky

La carte indiquant les distances et les heures de vol depuis le Liban et depuis Gaza donne une idée du temps qu’une personne à Tel Aviv a pour se mettre à l’abri une fois que le système d’alarme détecte une roquette entrante. Par exemple, une roquette lancée par le Hezbollah au Liban met environ 75 secondes pour frapper Tel Aviv, alors qu’une roquette tirée de Gaza ne prend que 30 secondes. Les personnes vivant près de la frontière nord d’Israël et près de la bande de Gaza n’ont que 10 à 15 secondes pour réagir lors d’une attaque à la roquette.

En réponse, le système israélien de défense antimissile Dôme de Fer ciblerait ces roquettes en direction des centres de population et des cibles stratégiques. La Fronde de David, avec des centaines d’intercepteurs, viserait les roquettes et les missiles à plus longue portée. Mais malgré leur sophistication, ces systèmes seraient submergés par une guerre au cours de laquelle 2 000 missiles seraient lancés chaque jour sur Israël. En mai 2019, le Hamas et le Jihad islamique ont lancé environ 690 roquettes et mortiers sur Israël, alors que Dôme de Fer abattait environ 240 projectiles. Cela signifie qu’un tiers des projectiles non guidés lancés depuis Gaza étaient bien dans l’axe pour frapper leur cible ou se sont avérées être précisément sur la cible.

En utilisant les mêmes pourcentages et en supposant les mêmes capacités, 2 000 roquettes du Hezbollah lancées par jour depuis le Liban nécessiteraient environ 660 intercepteurs Dôme de Fer et un nombre inconnu d’intercepteurs Fronde de David. Dans l’intervalle, l’armée de l’air israélienne détruirait des lanceurs et des emplacements de stockage et d’assemblage de missiles dans tout le Liban. Par conséquent, le taux de tirs de roquettes et de missiles du Hezbollah diminuerait probablement avec le temps, en particulier ceux dont la portée est plus longue. Cela obligerait le Hezbollah à tirer davantage de ses roquettes à plus courte portée avec moins d’effet sur les cibles stratégiques.

Avec environ un tiers de tous les Israéliens ayant des abris anti-bombes dans leurs maisons ou appartements, le reste irait dans les abris locaux de la ville ou dans les abris de leurs voisins. En 2006, Israël n’avait pas de système de défense antimissile capable d’intercepter les missiles et les roquettes à courte et moyenne portée.

Le fait que l’IAF puisse frapper 3 000 cibles par jour offre un message dissuasif fort au Hezbollah sur ce qu’une attaque préventive de l’IAF pourrait faire.

Si le Hezbollah tentait de lancer une attaque surprise contre Israël, en plus des tirs de roquettes et de missiles, le supplétif terroriste iranien pourrait tenter une attaque au sol pour tuer ou capturer des Israéliens vivant le long de la frontière avec le Liban. La plupart des estimations signalent que le nombre de combattants actifs du Hezbollah est passé de 14 000 en 2006 à 25 000 avec une force de réserve de 20 000 à 30 000.

Nasrallah a déclaré qu’il n’était pas intéressé par une guerre avec Israël pour le moment. Il a dit qu’il n’aurait pas déclenché la guerre de 2006 s’il [A1] savait les énormes dégâts qui seraient causés aux infrastructures du Liban. Cependant, l’Iran pourrait avoir des plans différents pour le Hezbollah.

Au-delà des missiles et des roquettes, les capacités du Hezbollah ont augmenté depuis 2006. Ses combattants ont aidé l’armée syrienne à lutter contre l’Etat islamique pendant près d’une décennie, devenant ainsi plus compétents au combat. La question est de savoir si le nouveau système de protection active des chars israéliens (appelé Trophy), que l’armée américaine est en train d’acheter, est en mesure de les protéger contre l’arsenal du Hezbollah composé d’environ un millier de systèmes antichars russes (AT-3,4 , 5, 13 et 14).

Toute escalade du conflit entraînerait des pertes importantes et de nombreuses destructions des deux côtés. Les dégâts causés par une guerre de 34 jours en 2006, lorsque le Hezbollah disposait d’une fraction de la puissance de feu qu’il peut libérer aujourd’hui, rendent cette réalité claire. L’Associated Press a recensé certains des dommages causés par ce conflit:

Israël: 157 morts au total (118 soldats et 39 civils). Blessés: 860. Nombre de bâtiments détruits: pas de chiffres officiels, mais les autorités fiscales font état de plus de 6 000 réclamations pour bâtiments endommagés. Nombre de frappes en Israël: 3 970 roquettes du Hezbollah, dont 901 à l’intérieur des villes. Nombre de personnes déplacées: 300 000 (~ 5% de la population). Dommages totaux: 3 milliards de dollars.

Liban: 845 morts au total (743 civils, 34 soldats et 68 Hezbollah. Israël dit avoir tué environ 530 combattants du Hezbollah fondus dans la population civile). Blessé: 4,051. Nombre de bâtiments détruits: plus de 15 000 logements, environ 900 structures commerciales. Nombre de frappes: les responsables libanais ont signalé, officieusement, plus de 4 500 bombardements israéliens sur le Liban. Nombre de personnes déplacées: 916 000, soit environ un quart de la population. Dommages totaux: au moins 3,5 milliards de dollars aux infrastructures; 9,4 milliards de dollars au total.

Il y a des raisons d’être sceptique sur le fait que la dissuasion puisse fonctionner avec des acteurs comme Nasrallah ou le Hamas. Quant à l’objectif ultime du Hezbollah, l’objectif déclaré du Hezbollah est le même que celui de l’Iran – la destruction de l’État sioniste. La seule chose qui arrête le Hezbollah en ce moment est le fait que les Israéliens ont une armée plus puissante et peuvent infliger plus de dégâts à l’infrastructure libanaise, ce dont le Hezbollah sera accusé. Aujourd’hui, le Liban souffre de la pire débâcle économique de son histoire. La monnaie libanaise a été dévaluée jusqu’à 90% au cours de la dernière année seulement. Le Hezbollah est accusé par une grande partie de la population libanaise pour la corruption massive qui a conduit à cette crise économique sans précédent.

investigativeproject.org

Copyright © 2021. Projet d’enquête sur le terrorisme. Tous les droits sont réservés.

Laisser un commentaire