L’électeur a t-il un autre choix qu’entre Netanyahu et… personne?

Posted by

L’électeur israélien fait face à un choix épineux entre Netanyahu en tant que Premier ministre – ou personne

 4e élection d’Israël

Sauf bouleversement majeur, le leader du Likoud, le Premier ministre Netanyahu, sortira mardi 23 mars de la quatrième élection israélienne en deux ans, détenant la seule clé pour concocter une coalition gouvernementale, sa sixième. Cette fois-ci, contrairement aux trois derniers tours, ses principaux challengers sont tous des déserteurs de son propre bloc de droite – Nouvel Espoir de Gideon Saar et Yamina de Naftali Bennett. Yesh Atid de Yair Lapid, alors qu’il brigue la deuxième place après le Likud, est trop loin dans le classement (estimé à 18 contre 32 pour le Likud) pour poser un défi viable à Netanyahu.

Les perspectives de Lapid ont encore diminué, à cause de la promesse de la 11 e heure faite par Naftali Bennett, s’engageant lundi à s’abstenir de soutenir un gouvernement qu’il dirigerait, ce qui apporte un renforcement à l’effet de levier laissant entendre que Yemina participera à la constitution du gouvernement majoritaire à 61 sièges de Netanyahu. Saar a accusé Bennett de s’effondrer sous la pression et de tomber dans les bras de son «maître». Toute course active pour un poste dans le probable gouvernement post-électoral a donc été confinée au camp de la droite. Cela a poussé les rivaux potentiels de Netanyahu, Saar et Bennett, vers des scores à un chiffre et a augmenté le score du Likud. Le chef sioniste -religieux Bezalel Smotrich, qui est activement mis en avant par le leader du Likud, gagne à leurs dépens et attire même des électeurs ultra-orthodoxes.

Si Saar et Bennett s’étaient réunis et l’avaient soutenu, Yair Lapid aurait pu en théorie défier Netanyahu pour la première place. Ses partenaires hypothétiques restants ne forment pas un bloc: les travaillistes espèrent au mieux 5-6 et Yisrael Beitenu de Lieberman ne dépasse jamais 7-9. D’autres peinent à franchir le seuil de 3,25% pour un siège à la Knesset. Et les 15 sièges accordés par les sondages aux partis ultra-orthodoxes sont dans la poche de Netanyahu et ont un long compte à régler avec Lapid et Lieberman.

Les problèmes ont également changé: la vieille accusation lancée contre Netanyahu de complot en vue d’obtenir l’immunité dans le jugement pour corruption est devenue un non-problème. Son procès est en cours, mais il est boiteux, entre les ajournements pour des querelles juridiques obscures, alors que le public se tourne vers des questions plus urgentes et se délecte de la nouvelle liberté arrachée au fléau de la covid-19, grâce aux vaccinations de masse. Alors que le Premier ministre affiche ce succès dans sa campagne populaire, ses rivaux soutiennent e chiffre de plus de 6000 décès dus au virus et les déposent comme le signe d’un échec politique à sa porte.

Alors que les restrictions relatives aux coronavirus ont fondu la semaine dernière, il est devenu évident que les souffrances économiques liés aux confinements successifs, bien que douloureuses, étaient moins répandues que celles décrites et la reprise beaucoup plus proche que prévu.

L’apathie des électeurs et l’ampleur du taux de participation mardi pèseront lourdement sur les résultats de la première élection à avoir lieu à l’ère des coronavirus. Il y a un an, le taux de participation atteignait 71%. Des dispositions spéciales sont en place, notamment 50 isoloirs mobiles, pour permettre aux milliers de personnes en quarantaine de voter ainsi qu’aux ivalides. Les militaires en service ont voté plus tôt dans les bureaux de vote installés dans leurs bases (voir photo). Environ 500 000 à 600 000 enveloppes doubles retarderont la publication des résultats. L’aéroport a ouvert ses portes à l’arrivée de 4 000 Israéliens de retour par jour, à temps pour les élections. La police et les gardes-frontières sont en force pour gérer les tentatives de se mêler du vote et de la conduite désordonnée.

Laisser un commentaire