Les Iraniens savent qu’Israël ne plaisante pas (planification d’attaque de Kochavi)

Posted by

Les responsables à Téhéran prennent probablement plus au sérieux qu’ils ne voudraient nous le faire croire l’annonce du chef d’état-major de Tsahal, Kochavi, disant qu’il a ordonné à Tsahal de planifier une éventuelle action offensive contre l’Iran.

 Par  Yossi Kuperwasser  Publié le  28/01/2021 11:02 Dernière modification: 28/01/2021 11:02

L’Iran a officiellement rejeté, comme un effet de pure guerre psychologique, l’avertissement du chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Aviv Kochavi, contre un retour à l’accord nucléaire de 2015 et sa déclaration selon laquelle il avait ordonné aux forces de défense israéliennes d’élaborer des plans pour une éventuelle action offensive contre ce pays si Israël devait empêcher par lui-même les Iraniens d’acquérir une arme nucléaire.

Selon Mahmoud Vaezi, chef de cabinet du président iranien Hassan Rohani, Israël est préoccupé par l’approche indépendante de l’administration du président américain Joe Biden et tente, par de telles déclarations, d’empêcher Washington de revenir à l’accord nucléaire iranien. Un porte-parole de l’armée iranienne a souligné que l’ Iran se défendrait de toute agression .

Les choses, cependant, sont un peu plus compliquées que les Iraniens voudraient nous le faire croire.

Même si les déclarations de Kochavi visaient à rendre la fervente opposition d’Israël à un retour à l’accord nucléaire parfaitement claire à la Maison Blanche, ceux qui s’engagent dans une guerre psychologique bien plus importante pour convaincre les États-Unis de revenir à l’accord sont les Iraniens eux-mêmes.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Zarif, a publié un article dans Foreign Affairs , le prestigieux magazine américain de relations internationales et de politique étrangère lié à la nouvelle administration. Dans son article, Zarif a présenté les demandes de l’Iran pour le retour des États-Unis aux porte-parole de Téhéran ces derniers jours.

De plus, les Iraniens ne se sont pas contentés de mots. Ils soutiennent leur guerre psychologique avec des mesures qui raccourcissent le temps de déclenchement pour eux de produire une arme nucléaire en annonçant des plans pour enrichir l’uranium à 20%, en installant des centrifugeuses avancées à l’installation nucléaire de Natanz et en accumulant une grande quantité d’uranium qui a été enrichi à 4,5% pour acquérir de l’uranium métal utilisable dans les ogives nucléaires.

Pourtant, ces étapes ne visent pas seulement à acquérir une arme; elles visent à faire pression sur les États-Unis pour qu’ils reviennent à l’accord sur le nucléaire en justifiant une telle décision et en présentant la politique maximaliste de l’administration de l’ancien président américain Donald Trump comme un échec. La nette préférence de l’Iran pour revenir à l’accord et ses efforts énergiques à cette fin sont en eux-mêmes la preuve que Kochavi avait raison dans son analyse qu’un retour à l’accord est bon pour Téhéran et menace la paix régionale et mondiale ainsi que la sécurité d’Israël.

La tentative de Téhéran de présenter une volonté de défendre l’infrastructure qui lui permet d’obtenir légitimement un arsenal de 10 armes nucléaires reflète, non seulement, un effort continu pour améliorer ses capacités militaires pertinentes, mais aussi l’effet dissuasif des remarques du chef d’état-major de Tsahal. L’Iran n’est pas devenu soudainement trop confiant. Il a été dissuadé de défier les Américains à la suite de l’élimination du commandant de la Force Qods Qassem Soleimani. Dans le passé, l’Iran s’est abstenu de défier les États-Unis ou Israël, ce qui constitue une forme implicite de reconnaissance de leurs capacités.

En d’autres termes, malgré leurs affirmations contraires, les Iraniens prennent probablement les remarques de Kochavi au sérieux, vraiment très au sérieux en fait.

Yossi Kuperwasser

Le général de Brigade (à la retraite) Yossi Kuperwasser est l’ancien chef de la Division des recherches de la Direction du renseignement de Tsahal.

israelhayom.com

Laisser un commentaire