La fin des sanctions contre les Houthis augmente la menace terroriste de l’Iran

Publié par

Les critiques tentent de prévenir la nouvelle administration laxiste

L'examen devrait également envisager de renverser la désignation de la milice houthie en tant qu'organisation terroriste.  (AFP / Fichier)

L’examen entrepris par l’Administration Biden, faisant aveu de faiblesse face à l’Iran, pour tenter de ses gagner son retour au JCPOA, devrait également envisager de renverser la désignation de la milice houthie en tant qu’organisation terroriste, imposée par son prédécesseur, Donald Trump, avant de quitter la Maison Blanche. (AFP / Fichier)

Mis à jour il y a 1 min 21 sec, RAY HANANIA 26 janvier

  • La décision américaine met en danger les «  amis et alliés  » du Golfe, selon un ancien envoyé au Proche-Orient

CHICAGO: La décision du président américain Joe Biden de suspendre certaines sanctions contre la milice houthie au Yémen a suscité des inquiétudes quant à une éventuelle escalade des attaques terroristes soutenues par l’Iran.

Le Trésor américain a déclaré lundi que les sanctions – annoncées par l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo comme l’un des derniers actes de l’administration Trump sortante – seront suspendues pendant un mois, dans l’attente d’un examen par le nouveau secrétaire d’État Anthony Blinken.

L’examen devrait également envisager de renverser la désignation de la milice houthie en tant qu’organisation terroriste.

Cependant, Blinken n’a pas publié de déclaration sur la décision, qui a été divulguée à certains services de presse des médias, tandis que tous les communiqués publics de Pompeo ont été supprimés du site Web du département d’État et archivés, les retirant de la vue du public.

Selon certains observateurs, Biden pourrait utiliser la décision pour encourager les négociations avec l’Iran, alors que son administration entreprend de rétablir l’accord du Plan d’action global conjoint (JCPOA) que Trump a résilié.

Cependant, Jason Greenblatt, ancien envoyé de l’administration Trump au Moyen-Orient, a déclaré à Arab News que la suspension des sanctions de Pompeo entraînerait une augmentation des attaques contre les pays du Golfe.

«Ces assassins terroristes financés par l’Iran attaquent nos amis et alliés tels que l’Arabie saoudite et causent d’énormes souffrances au Yémen», a déclaré Greenblatt, défendant les sanctions de Pompeo comme «justifiées».

«C’est similaire à la situation à Gaza avec le Hamas financé par l’Iran et le Jihad islamique palestinien attaquant Israël et étant également la cause d’énormes souffrances pour les Palestiniens. C’est une erreur de la part de l’administration Biden de ne pas appeler les Houthispar leur nom : des terroristes, purs et simples.

L’appel à suspendre les sanctions a été lancé par des ONG et des agences d’aide travaillant dans ce pays ravagé par la guerre, qui craignaient d’être ciblés par des sanctions pour leur assistance.

La désignation des Houthis comme «organisation terroriste étrangère» entrave le travail humanitaire, ont-ils soutenu.

Cependant, les partisans de la désignation affirment que la levée des sanctions permettra à l’Iran d’étendre sa base dans le Golfe, ce qui entraînera davantage d’attaques terroristes similaires aux frappes répétées de missiles et de drones des Houthis dirigés contre Riyad la semaine dernière.

L’annonce a énervé de nombreux dissidents iraniens qui ont été victimes des mollahs au pouvoir en Iran. Les dirigeants dissidents ont déclaré avoir été choqués par la suspension et ont exhorté Biden à maintenir la désignation terroriste.

«Le fait incontesté est que les Houthis sont une création de la République islamique. Les mollahs leur offrent une formation idéologique, militaire et terroriste depuis le début des années 90 », a déclaré un dirigeant, qui a demandé à ne pas être identifié.

«L’Iran fournit aux Houthis d’énormes caches d’armes, de missiles, de drones et d’autres armes meurtrières qui ont prolongé ce conflit meurtrier et tragique. En tant que tel, donner une légitimité aux Houthis ne fera que saper la stabilité de la région du Moyen-Orient et encouragera les Houthis à s’engager dans de nouvelles agressions, dont les principales victimes sont le peuple du Yémen.

Biden a fait campagne sur la promesse de rejoindre le JCPOA et de rétablir les relations avec l’Iran en échange de la promesse de Téhéran d’éliminer son stock d’uranium moyennement enrichi et de réduire son stock d’uranium faiblement enrichi, mais Trump et d’autres ont accusé l’Iran de construire secrètement son arsenal nucléaire.

Greenblatt a décrit la situation comme une «bataille du bien contre le mal», ajoutant: «Nous n’aidons pas les choses lorsque nous nous cachons de la vérité. Nous devons nous tenir aux côtés de nos amis et alliés tels que l’Arabie saoudite. »

L’ombre de Soleimani : Qassem Soleimani a laissé une trace de mort et de destruction dans son sillage à la tête de la Force iranienne Qods… jusqu’à son élimination ciblée le 3 janvier 2020. Pourtant, son héritage d’ingérence meurtrière continue de hanter la région.

Entrer

arabnews.com

Laisser un commentaire