L’Iran produit de l’uranium métal à Ispahan, accélérant sa marche forcée vers la Bombe

Publié par

Un nouveau pas vers la bombe: « L’Iran construit une ligne de production d’uranium métal »

Le Wall Street Journal rapporte que la République islamique se prépare à produire de l’uranium métal à Ispahan, un matériau qui pourrait être utilisé pour développer des armes nucléaires. Il s’agit d’une nouvelle violation de l’accord nucléaire de 2015, dont les États-Unis et Trump se sont retirés il y a deux ans et demi. Ce soir: Washington impose de nouvelles sanctions

Ynet et les agences Publié: 13.01.21, 19:29

Le Wall Street Journal rapporte ce soir (mardi 12 janvier) que l’Iran a franchi une nouvelle étape qui pourrait le rapprocher de la production d’armes nucléaires, lorsqu’il a commencé à construire une nouvelle ligne de production d’uranium métal, un matériau essentiel pour la production de telles armes. Selon le reportage, les inspecteurs de l’ONU ont consigné cette décision iranienne dans un rapport secret récemment rédigé pour les États membres de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Il s’agit d’une nouvelle violation iranienne de l’accord nucléaire de 2015.

Dans une installation nucléaire iranienne à Ispahan.  Ligne de production sous 5 mois
Donald Trump et Ali Khamenei

Selon le reportage, le rapport de l’AIEA reçu par le journal ce jour-là indique que l’Iran a informé l’agence de son intention d’installer des équipements de production d’uranium métal sur le site d’Ispahan dans les quatre ou cinq prochains mois.

Selon l’AIEA, en janvier 2019, l’Iran a annoncé à l’agence son intention de produire du combustible plus avancé pour son réacteur de recherche à Téhéran, et après que l’AIEA a fait pression sur lui à plusieurs reprises à la mi-décembre pour qu’il renonce au plan de production d’uranium métal visant à produire un combustible aussi avancé pour le réacteur.

Des sources occidentales de haut niveau ont déclaré au journal que jusqu’ici l’Iran n’avait pas produit d’uranium métal, et le Wall Street Journal a souligné que ce développement « rapproche l’Iran du franchissement de la ligne entre un programme nucléaire à des fins civiles et une activité visant à produire des armes nucléaires ».

Hier soir (mercredi 13), dans une annonce sur Twitter, l’ambassadeur d’Iran auprès de l’AIEA lui-même a annoncé que l’Iran avait entamé une «étude» sur la production de combustible à base d’uranium pour son réacteur de recherche à Téhéran.

Le président iranien Hassan Rohani avec le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique AIEA Rafael Grossi

Notre commentateur Ron Ben Yishai explique que la décision des Iraniens de produire de l’uranium métal signifie qu’ils sont déjà à un stade avancé vers l’utilisation pratique de l’uranium enrichi – que ce soit pour placer une matière fissile à la tête d’une ogive nucléaire ou d’une bombe ou pour produire des barres de combustible dans un réacteur pour produire de l’électricité.

La production d’uranium métal se fait par «mélange» entre de la poudre d’uranium enrichie au degré souhaité et un alliage de métal. L’objectif est d’obtenir en fin de processus de production un corps de matériau solide métallique contenant une quantité de quelques kilogrammes d’uranium enrichi. Ce bloc est pré-coulé en forme d’hémisphère (lorsqu’il s’agit d’une bombe) ou en forme de cylindre long (lorsqu’il s’agit d’un crayon combustible).

De cette manière, il est possible de contrôler le moment et l’intensité de la réaction nucléaire entre deux hémisphères d’uranium métal (dans une bombe) ou plusieurs barres de combustible dans une « ruche » d’un réacteur nucléaire pour la production d’électricité. Le degré et la durée d’exposition des corps uranifères les uns aux autres déterminent l’intensité de la chaleur dégagée, que ce soit sous la forme d’une explosion ou sous la forme d’un chauffage contrôlé de la vapeur d’eau qui produit de la vapeur pour produire de l’électricité.

Progression vers une bombe à l’ombre des tensions dans le Golfe

L’Iran, rappelons-le, depuis un an et demi, a rogné progressivement de plus en plus sur ses prétendus engagements pris lors de l’accord nucléaire avec l’Occident en 2015, en réponse à la décision américaine, conduite par le président Donald Trump, de se retirer de l’accord, il y a deux ans. Au début de ce mois-ci, l’Iran a renouvelé son enrichissement en uranium à un niveau de 20% dans son installation nucléaire souterraine de Fordow.

La centrale nucléaire de Bouchard

Ces dernières semaines , le Moyen-Orient a été en état d’ alerte face à la possibilité qu’au cours de ses derniers jours au pouvoir, Trump ne décide d’employer l’armée américaine contre l’Iran, avant que Joe Biden ne prête serment en tant que président des États-Unis mercredi prochain.

En conséquence, les tensions dans le Golfe se sont fortement intensifiées. Ce soir, le département américain du Trésor a annoncé l’imposition de sanctions à trois autres personnes et 16 institutions liées au régime iranien. Les sanctions ont été imposées, entre autres, à deux institutions contrôlées par le chef suprême iranien Ali Khamenei et leurs filiales. Selon les États-Unis, ces institutions ont permis à l’élite iranienne de maintenir un système «corrompu» de propriété d’une grande partie de l’économie iranienne. Les sanctions comprennent un moratoire sur les actifs et l’interdiction pour les Américains de faire des affaires avec ces mêmes institutions et ces mêmes personnes.

‌ynet.co.il

Laisser un commentaire