B’Tselem, pour la première fois, qualifie Israël d’État d’apartheid

Publié par

L’accusation est une «accusation de crime rituel» antisémite, dit un professeur de droit.

Par TOVAH LAZAROFF   12 JANVIER 2021 05h03

Un drapeau israélien ensanglanté est suspendu lundi au bâtiment principal de l'Université du Cap, au début de la semaine Israël-Apartheid.  (crédit photo: SAUJS / FACEBOOK)

Un drapeau israélien ensanglanté est suspendu lundi au bâtiment principal de l’Université du Cap, au début de la semaine de l’Apartheid Israélien (crédit photo: SAUJS / FACEBOOK)

Israël est un État d’ apartheid , a déclaré B’Tselem lundi pour la première fois en 31 ans d’histoire. En réponse à sa déclaration, l’ONG israélienne de gauche a été accusée d’être antisémite.«Israël n’est pas une démocratie à laquelle est attachée une occupation temporaire; c’est un régime du Jourdain à la mer Méditerranée, et nous devons regarder le tableau complet et le voir tel qu’il est: l’apartheid », a déclaré le directeur exécutif de B’Tselem, Hagai El-Ad, en expliquant son changement de politique.

«Les principes fondamentaux du régime israélien, bien que déjà mis en œuvre depuis de nombreuses années, sont récemment devenus plus explicites», a-t-il ajouté.

Le professeur Eugene Kontorovich, chef du département de droit international du Kohelet Policy Forum, a déclaré que l’accusation d’apartheid de B’Tselem s’apparentait à une «accusation de crime rituel» antisémite. «L’apartheid est une accusation extraordinaire parce qu’il existe un crime international appelé crime d’apartheid et un traité international contre le crime d’apartheid», a-t-il déclaré au Jerusalem Post. Aucun autre pays n’a jamais été reconnu comme étant un État d’apartheid, pas même la Chine ou l’Iran, a-t-il ajouté. B’Tselem a le droit de ne pas être d’accord avec la politique israélienne envers les Palestiniens, et il n’est pas (e n soi) antisémite de sa part de protester contre ces politiques, a déclaré Kontorovich.

En qualifiant Israël d’apartheid, cependant, B’Tselem «traite Israël comme aucun autre pays ne serait traité», a-t-il dit.

C’est l’une des pires accusations que l’on puisse porter contre Israël, un peu comme affirmer que «les juifs ont tué Jésus», a déclaré Kontorovich. Créé en 1989 lors de la première Intifada, B’Tselem informe sur les violations des droits de l’homme en Judée-Samarie-Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza. Dans des transmissions et des témoignages oraux aux Nations Unies, aux gouvernements européens et à l’Union européenne, il a allégué que les Israéliens avaient commis des violations des droits de l’homme et parfois des crimes de guerre.

B’Tselem a accusé Israël de pratiques similaires à l’apartheid dans le passé et s’est prononcé contre un système à deux vitesses : un pour les Palestiniens dans les territoires et un pour les Juifs. Mais il n’avait jusqu’à présent jamais franchi la ligne de démarcation pour dénoncer l’État tout entier comme un État d’apartheid. B’Tselem ne l’a pas non plus considéré comme une entité géographique unique qui comprend à la fois les zones à l’intérieur et à l’extérieur d’Israël souverain.

La décision de désignation comme état d’apartheid de B’Tselem intervient alors que l’ONU s’est rapprochée ces dernières années de l’emploi d’un tel langage à l’égard d’Israël. La décision de stigmatisation en tant qu’apartheid fait suite aux déclarations du Premier ministre Benjamin Netanyahu concernant les projets d’annexion (non-actés) des implantations de Judée-Samarie (Cisjordanie), une mesure qui a été suspendue par Israël l’été dernier, a déclaré El-Ad. L’étiquette de l’apartheid était en réaction à la loi sur l’État-nation adoptée en 2018, a-t-il déclaré. La loi visait à renforcer l’identité d’Israël en tant qu’État juif national ethnique qui fournit une patrie au peuple juif. Mais ses détracteurs ont accusé cegeste comme contribuant à institutionnaliser la discrimination contre les populations minoritaires en Israël, comme les Arabes. La loi sur l’État-nation «a pris la discrimination existante contre les Palestiniens et en a fait un principe constitutionnel ouvert», a déclaré El-Ad.

Dans un rapport qu’il a publié mardi, B’Tselem a énuméré d’autres cas dans lesquels les droits des juifs avaient priorité sur ceux des Palestiniens dans des zones au-delà des lignes d’avant 1967 et sur ceux des Arabes israéliens au sein d’Israël souverain. «Un principe organisateur est à la base d’un large éventail de politiques israéliennes: faire progresser et perpétuer la suprématie d’un groupe – les juifs – sur un autre – les Palestiniens», a déclaré B’Tselem aux médias. Cela incluait la possession de terres, la liberté de mouvement, les politiques de citoyenneté et la participation politique. Cela comprenait l’incapacité des Palestiniens gouvernés par l’Autorité palestinienne à voter aux élections israéliennes. [alors même qu’ils réclameraient un Etat pour eux-mêmes. E pourquoi pas le droit des Israéliens à voter aux élections inexistan*tes palestiniennes, aussi?]

Le rapport n’a pas mentionné les pratiques discriminatoires de l’Autorité palestinienne envers les Israéliens ou l’incapacité des Israéliens à voter à ses élections. B’Tselem a déclaré qu’il avait conclu qu’il n’y avait « pas deux régimes parallèles, mais un seul, régissant l’ensemble de la zone et toutes les personnes qui y vivent. »

Kontorovich a déclaré qu’il était impossible de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid, un régime qui classifiait les races et «imposait la ségrégation de ces races dans tous les lieux publics». Si l’on est déjà allé au Rami Levi au carrefour du Gush Etzion où se mélangent Israéliens et Palestiniens, il est évident que ce n’est pas le cas, a-t-il dit.

L’Afrique du Sud a privé les résidents noirs de la citoyenneté et les a expulsés vers des zones spéciales appelées Bantoustans, tandis que les Palestiniens de Cisjordanie n’ont jamais été citoyens d’Israël, a déclaré Kontorovich.

jpost.com

Un commentaire

Laisser un commentaire