Les milices chiites menacent les États-Unis et Israël

Posted by

Les milices chiites menacent les États-Unis et Israël en Irak

DERRIÈRE LES LIGNES: L’incapacité du gouvernement central irakien à maîtriser les milices chiites pourrait être classée comme une histoire un peu exotique et sinistre se déroulant ailleurs, loin d’ici. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Par JONATHAN SPYER   31 DÉCEMBRE 2020 21:44

LES FEMMES SE RASSEMBLENT à l'aéroport de Bagdad, où le commandant de la Force iranienne Qods Qasem Soleimani et le commandant de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis ont été tués dans une frappe aérienne américaine l'année dernière.  (crédit photo: WISSAM AL-OKAILI / REUTERS)

LES FEMMES SE RASSEMBLENT à l’aéroport de Bagdad, où le commandant de la Force iranienne Qods Qasem Soleimani et le commandant de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis ont été tués dans une frappe aérienne américaine l’année dernière.(crédit photo: WISSAM AL-OKAILI / REUTERS)

Une délégation irakienne de haut rang est arrivée en Iran cette semaine, portant un message du Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi au régime iranien. La délégation, selon un article du journal Asharq Al-Awsat, était dirigée par un ancien directeur du bureau du Premier ministre irakien. Son intention était de demander à l’Iran d’exercer un plus grand contrôle sur la myriade de milices qu’il soutient en Irak.

Vidéo de propagande

La visite intervient à un moment tendu pour l’Irak . L’anniversaire de l’élimination ciblée du commandant de la Force Qods du CGRI, Qasem Soleimani et du chef de la milice chiite irakienne Abu Mahdi al-Muhandis, par les États-Unis, tombe la semaine prochaine, le 3 janvier. Des rumeurs circulent d’une éventuelle riposte par vengeance, exercée par l’une ou l’autre des milices. Ces rumeurs et tensions reflètent une réalité volatile et instable.

Kadhimi, un ancien dissident et journaliste qui a ensuite été commandant du Service national des renseignements irakiens, est une figure pro-occidentale. Il est arrivé à la fonction de premier ministre à la suite des manifestations de 2019-2020 et avec le soutien des manifestants. Il a cependant peu de bases politiques propres. Le Parlement irakien reste dominé par les forces pro-iraniennes. Des personnalités pro-iraniennes sont également présentes au sein même du cabinet de Kadhimi. Plus important encore, les structures des milices dirigées par l’Iran constituent un axe de pouvoir indépendant en Irak, hors de la portée du gouvernement central. Les plus grands et les plus établis d’entre eux – Badr, Kata’ib Hezbollah, Nujaba et autres – contrôlent leurs propres biens immobiliers, entreprises, terrains, armements et prisons. Si les Iraniens refusaient de contenir leurs milices supplétives, on ne sait pas ce que Kadhimi serait prêt à tenter, ni même ce qui serait possible.

Une question supplémentaire s’est posée quant à savoir dans quelle mesure les milices dans leur ensemble sont entièrement contrôlées par l’Iran à l’heure actuelle, étant donné l’apparence de désaccords entre elles. Le sentiment que le successeur de Soleimani à la tête de la Force Qods, Esmail Ghaani, est un opérateur moins capable jouissant de moins d’autorité ajoute à cette perception, tout comme la réalité selon laquelle, en raison de la politique américaine de pression maximale, moins de financement iranien est disponible pour les milices. .Ces dernières ont dû s’appuyer davantage sur leur propre capacité (considérable) à générer des revenus sur les projets commerciaux et industriels sous leur contrôle, et sur les fonds publics irakiens mis à leur disposition en raison de leur double rôle d’organismes irakiens légalement constitués dans le cadre des Unités de mobilisation populaire (PMU). 

Néanmoins, en évaluant cela, il vaut probablement la peine de garder à l’esprit les antécédents iraniens au Liban et ailleurs, en ce qui concerne l’utilisation des revendications de responsabilité par des organisations supposées indépendantes pour fournir un déni plausible pour l’Iran lui-même. Ce problème a récemment atteint son paroxysme. Une attaque importante a eu lieu le 20 décembre, lorsqu’un barrage de roquettes a été tiré sur l’ambassade américaine dans la zone verte de Bagdad. Il n’y a pas eu de victimes américaines, bien que l’ambassade ait subi des dommages matériels, tout comme la région environnante.

L’attaque, notamment, a été condamnée par un certain nombre des milices pro-iraniennes les plus en vue, notamment Kata’ib Hezbollah et Asa’ib Ahl al-Haq. La responsabilité a été revendiquée par une organisation se faisant appeler Saraya Thaer al Shuhada. C’est l’un des nombreux noms qui sont apparus récemment, avec Rab’Allah et d’autres, avec peu ou pas d’empreinte précédente d’appartenance aux milices les plus connues. Rares sont ceux en Irak qui ne croient pas que de telles formations puissent être autre chose que des ensembles de sigles pratiques que la Force Qods et les milices peuvent utiliser pour mener des actions qui, si elles étaient ouvertement revendiquées, risqueraient de provoquer les représailles des Américains. Le gouvernement ne croit manifestement pas non plus à l’existence autonome de ces groupes, et dans les jours qui ont suivi l’attaque, un certain nombre de membres de la milice chiite ont été arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés d’être impliqués. 

Qais al-Khazali

Parmi les hommes arrêtés figurait un membre de la milice Asa’ib Ahl al-Haq, qui avait elle-même condamné l’attaque. Asa’ib est une force de petite envergure, mais bien connue et puissante, commandée par Qais al-Khazali. Elle a une réputation de criminalité et de violence extrême, même selon les normes des milices. Asa’ib a nié que ses membres ait été impliqués dans l’attaque. Une confrontation entre la milice et le gouvernement de Kadhimi semblait imminente.

La situation s’est aggravée lorsque le Kata’ib Hezbollah, la plus puissante des milices soutenues par l’Iran, a publié une déclaration avertissant le Premier ministre de «ne pas tester la patience» de la «résistance». Le porte-parole du KH, Abu Ali al-Askari, a ajouté que le moment était venu de couper les oreilles du Premier ministre, «comme vous couperiez celles d’une chèvre». La rhétorique des milices, bien qu’inélégante, a le mérite d’éviter toute ambiguïté.

Ces derniers jours, cependant, les milices semblent avoir tenté d’apaiser les tensions. Asa’ib Ahl al-Haq a annoncé dimanche que l’homme arrêté avait été appréhendé «sur une accusation criminelle», et non en lien avec l’attaque de l’ambassade, qu’Asa’ib a condamnée. Le porte-parole du mouvement a également qualifié la menace d’Askari au Premier ministre d ‘«inappropriée».

L’incapacité du gouvernement central irakien à maîtriser les milices chiites pourrait être considérée comme un conte un peu exotique et sinistre provenant d’un endroit lointain. Malheureusement, ce n’est pas le cas. L’ancrage des milices en Irak, et en particulier dans la partie occidentale du pays, est directement pertinent pour Israël.

À l’heure actuelle, les milices opèrent dans l’ouest de l’Irak, près de la frontière, sans trop être dérangées par les forces de sécurité de Kadhimi. Selon Mohammed Qais, un habitant d’Anbar proche du PMU, et interrogé au début de ce mois-ci par le Middle East Center for Reporting and Analysis, les efforts des forces irakiennes pour imposer leur volonté et évincer les milices de la province ont échoué, car Le commandant de l’armée pour la région, Nasr al-Ghanem, n’a pas reçu le soutien du ministère de la Défense. Selon Qais, «Au ministère irakien de la Défense, il n’y en a aucun qui puisse obtenir un rang plus élevé sans l’approbation iranienne. Ghanem est sunnite et il est d’Anbar … Cela a fait de lui un membre de la confession ennemie (de l’intérieur). Il a ajouté que «les milices par procuration [à Anbar] contrôlent chaque mouvement et chaque branche de la vie comme l’investissement, l’agriculture, la sécurité».

Hidai Zilberman

Le Porte-parole de Tsahal, le général de brigade Hidai Zilberman a déclaré au site Web saoudien Elaph,0 cette semaine, qu’Israël s’attend à ce qu’une attaque iranienne, en représailles aux récentes éliminations ciblées d’Iraniens de haut rang, provienne très probablement du Yémen ou d’Irak. 

Dans le cas de ce dernier, le contrôle par les milices de bandes de terre dans la province occidentale de l’Anbar et ailleurs dans l’ouest de l’Irak a permis aux Iraniens de déployer des missiles Zelzal, Fateh-110 et Zolfaqar dans ces zones, selon un certain nombre d’études.

Malheureusement, à moins qu’un dirigeant irakien ne soit prêt à affronter réellement les milices, avec la menace de déployer la force derrière lui, il est difficile de voir comment cette situation peut être modifiée. 

Noori, un individu proche des milices «Shrines», disciples de l’ayatollah Ali al-Sistani (qui ne soutient pas l’Iran) a déclaré au MECRA dans une interview ce mois-ci : «Toute tentative par l’armée irakienne ou toute autre, de frapper et d’éliminer directement ces milices menacerait l’unité du pays et serait un suicide pour tout le monde. Cela amènerait l’Irak à une situation comme celle du Liban en 1975 (déclenchan-t une gu/erre civile jusqu’en 90). »

Cela pourrait bien être le cas. Mais il est également vrai que toute tentative de construire un État irakien libre de facto de la domination iranienne sans un tel affrontement doit sûrement être vouée à l’échec. Il est peu probable que les délégations dépêchées à Téhéran pour plaider l’affaire aient marqué l’effet escompté.

jpost.com

One comment

Laisser un commentaire