Aéroport de Damas : « Des halls utilisés par de hauts responsables d’Iran et du Hezbollah bombardés »

Publié par

 

L’Observatoire syrien, appartenant à l’opposition au régime d’Assad, a publié les premières images de l’aéroport bombardé – affirmant que l’attaque visait les halls des passagers, utilisés pour le stockage des armes et l’arrivée de personnel secret en Syrie. Dans l’attaque attribuée à Israël, la piste nord, la tour de communication et les trois hangars ont été sérieusement endommagés.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme, appartenant à l’opposition au régime d’Assad, a publié ce matin (samedi) les premières images de l’aéroport international bombardé à Damas – et a indiqué que des équipes travaillent depuis hier pour réparer les dégâts causés par une attaque attribuée à Israël.
 
 
Selon le reportage, lors de l’attaque, la piste nord, les feux de navigation sur la piste, la tour de communication, les halls des passagers et trois hangars et entrepôts ont été bombardés. Les halls passagers endommagés, selon l’observatoire, sont utilisés par les personnalités secrètes qui viennent à Damas – des militaires de haut rang d’Iran et du Hezbollah. Les photos publiées par la surveillance montrent les énormes dégâts causés à ces salles.

Aéroport de Damas

« Des dégâts sérieux qui prendront beaucoup de temps à réparer. » Aéroport de Damas, Archives
 

Dégâts de l'attentat attribués à Israël à l'aéroport international de Damas

 
( Photo : ImageSat International – ISI )

Dégâts de l'attentat attribués à Israël à l'aéroport international de Damas

 
( Photo : ImageSat International – ISI )
Le reportage affirme que les halls sont également utilisés pour le stockage temporaire d’armes en provenance d’Iran. Soit dit en passant, ce sont d’anciens halls de l’aéroport, qui étaient auparavant utilisés par les passagers de la Syrie vers l’Arabie saoudite dans le cadre du Hajj – le pèlerinage à La Mecque, qui est un passage obligé pour tout croyant musulman. Ce matin, des observateurs se sont rendus dans un lieu appartenant une délégation des services de renseignement de l’armée de l’air du régime syrien, qui a été endommagé.
 
Le mois dernier, Ynet a rapporté que l’Iran et le Hezbollah utilisent des vols civils vers Damas et Beyrouth pour introduire en contrebande des composants militaires avancés du Hezbollah, liés, entre autres, à la production d’armes militaires. Ce sont des composants relativement petits qui semblent même innocents en apparence et sont donc plus faciles à dissimuler dans des bagages qui sont transportés au cours de vols civils. L’utilisation de vols civils vise à rendre plus difficile pour les agences de renseignement en Israël et en Occident de surveiller l’itinéraire de contrebande entre l’Iran et le Hezbollah.
 
Le ministère syrien des Transports a annoncé hier que la raison de l’arrêt des opérations sur l’aéroport de Damas était dû à des défaillances techniques, mais des images satellite de l’aéroport ont montré de petits cratères causés à la suite d’une attaque aérienne, que le régime syrien a attribuée à Israël. Selon le centre de surveillance, depuis le bombardement, les équipes ont travaillé pour réparer les dégâts jusque tard dans la nuit.

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une réunion avec de jeunes entrepreneurs à Saint-Pétersbourg

Vive condamnation russe. Poutine
( Photo: Mikhail Metzel, Spoutnik, Kremlin Pool Photo via AP )
Hier soir, la Russie a vivement condamné Israël pour l’attaque inhabituelle contre l’aéroport, qui a complètement perturbé ses activités. Une déclaration de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré qu’Israël devrait mettre fin à ce qui a été décrit comme une « pratique cruelle » consistant à nuire aux infrastructures civiles. « Au petit matin, l’armée de l’air israélienne a de nouveau attaqué le territoire de la République arabe syrienne », a déclaré Zakharova dans un communiqué. « La cible de l’attaque était l’aéroport international de Damas. Selon les informations reçues, l’aéroport a été gravement endommagé. La réhabilitation, selon les Syriens, pourrait prendre beaucoup de temps. »
Elle a ajouté que les attaques répétées d’Israël contre la Syrie étaient une violation du droit international qu’elle considère comme « inacceptables ». « Nous condamnons fermement l’attaque provocatrice d’Israël contre une infrastructure civile critique en Syrie. De telles actions irresponsables présentent de graves risques pour le trafic aérien international et mettent la vie d’innocents en danger réel. Nous exigeons que la partie israélienne mette fin à cette pratique vicieuse. »
 

« Nous avons dû reporter les vols d’au moins 48 heures »

Dans le même temps, de nouvelles images satellites dévoilées hier soir par la société israélienne Imagesat International (ISI) documentent les dégâts de l’attaque. Les nouvelles images satellites montrent trois nids-de-poule dans chacune des deux pistes de cet aéroport, et selon un rapport de renseignement publié par la société de photographie par satellite, une piste dessert la partie civile de l’aéroport, tandis que l’autre piste dessert sa partie militaire. « La fermeture des deux pistes est complètement visible – ce qui a conduit à la fermeture de tout l’aéroport jusqu’à réparation », indique le reportage.

Visite de Bachar al-Assad à Téhéran L'Iran rencontre Ibrahim Raisi et Ali Khamenei

Le président iranien Raisi avec Assad
( Photo: EPA )
Le régime d’Assad a rapporté l’attaque sans déclarer qu’elle était dirigée contre l’aéroport, affirmant seulement qu’Israël avait lancé des missiles depuis les hauteurs du Golan vers plusieurs destinations au sud de Damas. « Nos systèmes de défense aérienne ont été activés pour faire face aux missiles et ont intercepté la plupart d’entre eux. L’attaque a blessé un civil et endommagé des biens », a déclaré une source militaire syrienne. Il convient de noter que le régime syrien, après presque toutes les attaques attribuées à Israël, affirme avoir réussi à intercepter la « majorité » des missiles lancés lors de celle-ci. Ce qui est, de toute évidence, totalement inexact. 
 
Hier, quelques heures après l’attaque, le ministère syrien des Transports a soudainement annoncé un gel des vols au départ et à l’atterrissage à l’aéroport de Damas. Selon l’annonce syrienne, la raison de l’arrêt des vols à Damas est liée à « l’arrêt des opérations de certains systèmes techniques ». Le ministère a déclaré que dès que le problème sera résolu, les vols reprendront. Une déclaration publiée par les autorités syriennes aux pilotes a indiqué que la piste principale de l’aéroport avait été fermée en raison de travaux.
Plus tard dans la journée, un responsable de l’une des compagnies aériennes opérant en Syrie a déclaré lors d’une conversation avec l’agence de presse AFP que depuis les attaques israéliennes, il n’y a eu ni atterrissage ni décollage à l’aéroport. Un ouvrier local a admis à l’AFP que l’attaque israélienne « affectait » les activités de l’aéroport. « Nous avons dû reporter des vols d’au moins 48 heures et certains des vols ont été dirigés vers l’aéroport de la ville d’Alep », a ajouté l’employé, qui est resté anonyme. Comme l’a noté un employé anonyme, la compagnie aérienne privée Sham Wings a déclaré avoir détourné tous ses vols réguliers vers Damas en direction de l’aéroport d’Alep, dans le nord du pays. Selon elle, les passagers voyageront gratuitement dans les bus entre les deux villes.
 

Un commentaire

Laisser un commentaire