Nasrallah prétend que le Hezbollah empêchera Israël d’extraire du gaz sur le champ de Karish

Publié par

Energean's floating natural gas production storage and offloading vessel arrives in Israeli waters; Hezbollah chief Hassan Nasrallah

Energean’s floating natural gas production storage and offloading vessel arrives in Israeli waters; Hezbollah chief Hassan Nasrallah
(Photo: Energean)

Le chef du Hezbollah, tapis dans son bunker depuis 16 longues années, a souligné qu’Israël ne comprend que « la force et la supériorité ».

 

Le chef du Hezbollah libanais Sayyed Hassan Nasrallah s'exprime à travers un écran lors d'une cérémonie religieuse marquant l'Achoura (crédit photo : AL-MANAR/HANDOUT VIA REUTERS)
Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah parle à travers un écran lors d’une cérémonie religieuse marquant l’Achoura
(crédit photo : AL-MANAR/HANDOUT VIA REUTERS)
 

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a averti jeudi que le groupe soutenu par l’Iran empêcherait Israël d’extraire du gaz naturel du champ de Karish au large des côtes du nord d’Israël, ajoutant que le problème pourrait se propager en dehors du Liban.

 

Nasrallah a souligné l’arrivée récente de la plate-forme gazière flottante Energean Power au large de Haïfa, avertissant que le navire était arrivé pour extraire du gaz naturel. Mais il a admis que la plate-forme n’était pas située dans des eaux contestées, mais plutôt à proximité. Ce qui est une façon implicite d’admettre qu’il exhorte à l’action terroriste, sans le moindre litige sur la propriété. 

« Ce qui s’est passé ces derniers jours est une attaque contre le Liban et a mis le Liban dans une situation difficile, même si nous parlons d’une zone contestée du point de vue des responsables ».

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah

Le chef du Hezbollah a souligné que la question du champ de Karish devait devenir un « problème libanais majeur ».

« Nous avons devant nous une immense richesse estimée à des centaines de millions et qui appartient au peuple libanais, et cette richesse est le seul espoir d‘arrêter l’effondrement et de résoudre les problèmes (NDLR : provoqués par l’Iran et le Hezbollah) dont nous souffrons », a déclaré Nasrallah, affirmant que les États-Unis et Israël essayaient de dépouiller le Liban de vastes zones d’exploitation et d’empêcher les entreprises d’extraction de travailler avec le Liban.

Plate-forme flottante de production de gaz, Energean Power (crédit : ENERGEAN)Plate-forme flottante de production de gaz, Energean Power (crédit : ENERGEAN)

Nasrallah a averti que « le temps n’est pas en faveur du Liban », car un retard après le début de l’extraction signifierait la perte des bénéfices du champ du Liban.

Le chef du Hezbollah a souligné que même si le navire se trouve en dehors de la zone contestée, il tirera toujours du gaz de l’intérieur de la zone contestée. « Le Liban dans cette confrontation possède le droit, le motif et le plus grand besoin, et il possède la force sous le titre d’armée et de résistance.« 

Nasrallah a ajouté que le Hezbollah « possède les capacités militaires, financières, sécuritaires, informationnelles, logistiques et autres pour empêcher l’ennemi d’extraire du pétrole et du gaz du champ de Karish ».

« (Nous ne craignons pas) l’intimidation et les menaces de l’ennemi auxquelles nous sommes habitués, mais s’ils commettent la moindre erreur, ses répercussions ne seront pas stratégiques mais existentielles, et on ne sait pas si le problème se confinera uniquement au Liban. »

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah

Le chef du Hezbollah a ajouté que si le gouvernement libanais choisit la voie des négociations, le mouvement se tiendra aux côtés de la partie négociatrice et « renforcera sa position ».

Nasrallah a averti que si certains Libanais étaient intéressés à signer un décret pour fixer la ligne de démarcation, « Nous sommes face à un ennemi qui ne reconnaît pas les résolutions internationales, et la seule logique qu’il suit est la logique de la force et de la supériorité ».  Par expérience, il ne répond à aucune résolution internationale et ne répond que sous la pression et la résistance. »

« La résistance qui en a les capacités ne peut pas rester les bras croisés devant le pillage des richesses du Liban, et elle ne restera pas les bras croisés », a souligné Nasrallah, avertissant que « toutes les options sont ouvertes » et que le Hezbollah « ne craint pas » la guerre.

Le chef du Hezbollah a exigé qu’Israël arrête tout travail d’extraction de gaz du champ de Karish jusqu’à ce que les négociations avec le Liban soient terminées. Nasrallah a également menacé la société Energean, affirmant qu’elle était « partenaire dans l’attaque contre le Liban », et avertissant que cela avait des « conséquences ».

« L’Amérique et l’entité ennemie nous disent qu’ils vont extraire de la zone contestée, et vous ne pouvez rien dire, et même dans la région libanaise, nous ne le permettons pas, cependant, ils affament le peuple libanais, et cela entraînera une perte de toute sécurité sociale en plus de l’effondrement économique », a-t-il déclaré. 

« Nous pouvons empêcher l’effondrement et la perte de sécurité, mais il y a un risque », a déclaré Nasrallah. « Mais si l’ennemi comprend qu’il s’agit d’un problème national global, nous n’aurons peut-être pas à partir à l’aventure, et tout dépend de cela. »

« Nasrallah devrait continuer à se cacher dans son bunker »

Le ministre des Finances Avigdor Liberman a rejeté jeudi les menaces de Nasrallah, tweetant « Personne ne nous dictera si on doit extraire ou non du gaz des eaux économiques de l’État d’Israël. Israël est un État souverain et continuera de prendre des décisions uniquement en conformité avec son agenda et ses intérêts, sans tenir compte des menaces de tels terroristes ou d’autres ».

« Je suggère à Nasrallah de continuer à se cacher dans le bunker, ses vidéos de là-bas n’impressionnent personne. »

Avigdor Liberman, ministre des Finances

Le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et la ministre de l’Énergie Karin Elharrar ont averti mercredi qu’Israël était prêt à défendre le réservoir et la plate-forme de gaz de Karish, qui se trouvent entièrement en territoire israélien.

« Avec son ancrage, la plate-forme est située en territoire israélien, à plusieurs kilomètres au sud de la zone sur laquelle des négociations sont menées entre l’Etat d’Israël et la République du Liban, avec la médiation des États-Unis », ont-ils ajouté. « La plate-forme ne pompera pas de gaz du territoire contesté. »

Le président libanais Michel Aoun a affirmé que le navire est entré « dans la zone maritime contestée avec Israël… [et] toute action ou activité dans la zone contestée représente une provocation et une action agressive ».

Lahav Harkov a contribué à ce reportage

2 commentaires

Laisser un commentaire