L’Ukraine affirme avoir repris 20% du terrain à la Russie à Sievierodonetsk

Publié par

 

L’Ukraine déclare reprendre le territoire de Sievierodonetsk • Poutine accuse l’Occident de la hausse des prix des céréales et des risques de famine• L’ONU et la Russie discutent des exportations de céréales de l’Ukraine

 

Des membres d'une unité de volontaires étrangers qui combattent dans l'armée ukrainienne prennent position, alors que l'attaque de la Russie contre l'Ukraine se poursuit, à Sievierodonetsk, région de Luhansk, Ukraine, le 2 juin 2022. (Crédit photo : REUTERS/SERHII NUZHNENKO/FILE PHOTO)
Des membres d’une unité de volontaires étrangers qui combattent dans l’armée ukrainienne prennent position, alors que l’attaque de la Russie contre l’Ukraine se poursuit, à Sievierodonetsk, région de Louhansk, Ukraine, le 2 juin 2022. (crédit photo : REUTERS/SERHII NUZHNENKO/FICHIER PHOTO)

L’Ukraine a déclaré qu’elle a récupéré une partie du centre industriel de Sievierodonetsk, lors de combats qui semblaient contrecarrer samedi une tentative russe de capturer la ville en ruine, alors que c’est devenu un objectif central de l’offensive de Moscou pour prendre la région orientale du Donbass.

 

Sergiy Gaidai, gouverneur de la province de Louhansk, a déclaré à la télévision nationale que les troupes ukrainiennes avaient repris 20% du territoire qu’elles avaient perdu à Sievierodonetsk.

Il n’est plus « réaliste » d’envisager que la ville tombe dans les deux prochaines semaines, même si des renforts russes étaient déployés, a-t-il déclaré vendredi.

« Dès que nous aurons suffisamment d’armes occidentales à longue portée, nous repousserons leur artillerie loin de nos positions. Et puis, croyez-moi, (les soldats de) l’infanterie russe, ils vont juste courir », a déclaré Gaidai. Reuters n’a pas pu vérifier dans l’immédiat ses allégations d’avances ukrainiennes.

La guerre que les gouvernements occidentaux pensaient que la Russie prévoyait de gagner quelques heures après son invasion de février est entrée vendredi dans son 100e jour. Des milliers de personnes sont mortes, des millions ont été déracinées de leurs foyers et l’économie mondiale a été perturbée, depuis que Kyiv a repoussé les forces de Moscou dans les premiers mois du conflit.

 
Un obusier automoteur 2S1 Gvozdika des troupes pro-russes tire un obus en direction de Sievierodonetsk pour disperser des documents d'information depuis leurs positions de combat dans la région de Louhansk, Ukraine, le 24 mai 2022. (Crédit : REUTERS/ALEXANDER ERMOCHENKO)Un obusier automoteur 2S1 Gvozdika des troupes pro-russes tire un obus en direction de Sievierodonetsk pour disperser des documents d’information depuis leurs positions de combat dans la région de Louhansk, Ukraine, le 24 mai 2022. (Crédit : REUTERS/ALEXANDER ERMOCHENKO)

« Nous assistons maintenant à des tentatives visant à faire porter à la Russie la responsabilité de ce qui se passe sur le marché mondial de l’alimentation, des problèmes émergents sur ce marché. »

Le président russe Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a nié vendredi que Moscou empêchait les ports ukrainiens d’exporter des céréales, accusant l’Occident de la hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires.

« Nous assistons maintenant à des tentatives visant à faire porter à la Russie la responsabilité de ce qui se passe sur le marché alimentaire mondial, des problèmes émergents sur ce marché », a-t-il déclaré à la télévision nationale.

Il a fait du chantage à la famine en déclarant que la meilleure solution serait que les sanctions occidentales contre l’allié de la Russie, la Biélorussie, soient levées et que l’Ukraine exporte des céréales à travers ce pays.

Les responsables ukrainiens comptent sur la survenue de systèmes de missiles avancés Himars (High Mobility Artillery Rocket System) que les États-Unis et la Grande-Bretagne ont récemment promis, pour faire basculer la guerre en leur faveur et les troupes ukrainiennes ont déjà commencé à s’entraîner sur ces systèmes (pour une période prévue de ceux semaines).

Alors que la résistance de l’Ukraine a forcé Poutine à réduire son objectif immédiat à la conquête de toute la région du Donbass, les responsables ukrainiens ont déclaré qu’il restait déterminé à soumettre l’ensemble du pays.

« L’objectif principal de Poutine est la destruction de l’Ukraine. Il ne recule pas devant ses objectifs, malgré le fait que l’Ukraine ait remporté la première manche de cette guerre à grande échelle », a déclaré vendredi la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Hanna Malyar, à la télévision nationale.

La vice-ministre ukrainienne de la Défense, Hanna Malyar

Moscou a déployé des troupes et du matériel dans la bataille de Sievierodonetsk, que la Russie doit absolument envahir pour prendre tout Louhansk, l’une des deux provinces qui composent la région orientale du Donbass que le Kremlin a déclaré avoir l’intention de capturer.

Reuters a atteint Sievierodonetsk jeudi et a pu vérifier que les Ukrainiens détenaient toujours une partie de la ville.

Par ailleurs, deux journalistes de Reuters ont été blessés et un chauffeur tué vendredi après que leur véhicule a essuyé des tirs, alors qu’ils tentaient de rejoindre Sievierodonetsk depuis une zone contrôlée par des séparatistes soutenus par la Russie.

Les soldats russes ont tenté d’avancer vers Lysychansk, à travers la rivière Siverskyi Donetsk depuis Sievierodonetsk, mais ont été stoppés net, a déclaré l’état-major militaire ukrainien.

Dans la province voisine de Donetsk, les troupes russes se trouvaient à seulement 15 km (9 miles) de la ville de Sloviansk, a déclaré à Reuters le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko.

Donetsk ne tombera pas rapidement, mais a besoin de plus d’armes pour tenir les attaquants à distance, a déclaré Kyrylenko.

MOSCOU prétend ne pas se sentir dissuadé d’attaquer à cause des armes occidentales envoyées à l’Ukraine

Moscou affirme que les armes occidentales jetteront « de l’huile sur le feu », mais ne changeront pas le cours de ce qu’elle appelle une « opération militaire spéciale » pour désarmer l’Ukraine et la débarrasser des nationalistes dangereux.

La Russie contrôle toujours environ un cinquième du pays, environ la moitié capturée en 2014 et l’autre moitié capturée depuis le lancement de son invasion le 24 février.

Pour les deux camps, l’assaut russe massif à l’est ces dernières semaines a été l’une des phases les plus meurtrières de la guerre, l’Ukraine affirmant qu’elle perd 60 à 100 soldats chaque jour.

Moscou a fait des progrès lents, mais réguliers, enfermant les forces ukrainiennes dans une poche dans les provinces de Lougansk et de Donetsk, mais sans parvenir à les encercler comme elle le projetait.

Kyiv, quant à lui, espère que l’avancée russe drainera suffisamment les forces de Moscou, concentrées en un seul endroit, pour que l’Ukraine reprenne du territoire dans les mois à venir.

La guerre a eu un impact dévastateur sur l’économie mondiale, en particulier pour les pays pauvres importateurs de denrées alimentaires. L’Ukraine est l’une des principales sources mondiales de céréales et d’huile de cuisson, mais ces approvisionnements ont été interrompus par la fermeture de ses ports de la mer Noire, avec plus de 20 millions de tonnes de céréales coincées dans des silos.

Le chef de l’aide de l’ONU, Martin Griffiths, a mis fin vendredi à deux jours de « discussions franches et constructives » avec des responsables russes à Moscou sur la facilitation des exportations de céréales ukrainiennes depuis les ports de la mer Noire, a déclaré un porte-parole de l’ONU.

Les pourparlers ont eu lieu alors que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, tente de négocier ce qu’il appelle un « accord global » pour reprendre à la fois les exportations alimentaires ukrainiennes et les exportations russes d’aliments et d’engrais.

Kyiv et ses alliés accusent Moscou d’avoir bloqué les ports, que l’Ukraine a minés pour empêcher un assaut amphibie russe. Poutine a accusé les sanctions occidentales.

Avec Reuters.

Un commentaire

Laisser un commentaire