Un officier des Gardiens de la révolution éliminé devant son domicile à Téhéran

Publié par

 « Des hommes armés à moto ont ouvert le feu » 

Khodayari était impliqué dans la planification d’attaques contre des Juifs et des Israéliens dans le monde entier, le colonel Hassan Sayad Khodayari, a été éliminé à Téhéran dimanche après-midi, a annoncé le CGRI.

L’Iran a annoncé qu’un officier des gardiens de la révolution avait été tué dans la capitale Téhéran : « Des hommes armés à moto lui ont tiré dessus devant son domicile ». Au même moment, les médias de la République islamique tentaient d’annoncer qu’elle aurait démasqué un « réseau d’espionnage israélien » et que les gardiens de la révolution auraient arrêté ses membres.

Ynet et les agences17:33
 
L’Iran a divulgué cet après-midi (dimanche) qu’un officier des gardiens de la révolution a été tué à Téhéran. Selon les faits signalés, le colonel Hassan Tsiad Khodayari faisait partie des forces des gardiens de la révolution envoyées en Syrie.
 
Or, cette élimination survient à un moment où parle, de plus en plus, d’un retrait russe conséquent, laissant le champ aux éléments pro-Iraniens dans le paysage syrien. 
 
Selon la télévision iranienne, un gardien de la révolution a été tué en plein jour dans une ruelle, devant son domicile de la capitale Téhéran par deux hommes armés qui roulaient à moto. On a révélé que les deux hommes armés lui ont tiré dessus à cinq reprises alors qu’il était dans sa voiture et qu’il était sur le point d’entrer dans le parking de sa maison de la rue Mujahideen-a-Islam, qui se trouve à l’est de la ville.
2Voir la galerie

La scène de l'assassinat

Les images de la scène d’élimination
 
Selon les médias iraniens, l’officier qui a été abattu était surnommé le « Bouclier du Sanctuaire » – un terme utilisé par la République islamique pour décrire les Iraniens combattant l’EI en Syrie et en Irak, qui appartiennent à la Force Al-Qods – la force spéciale des gardiens de la révolution hors d’Iran. Le « Sanctuaire » désigne Sayyida Zaynab, dans la banlieue Sud de Damas, le lieu saint des chiites en Syrie et en Irak, qu’ils gpréservent contre les membres sunnites et notamment ceux de l’EI.
 
La République islamique a annoncé qu’elle menait des recherches pour retrouver les deux hommes armés qui ont tiré sur le colonel iranien. Les gardiens de la révolution ont défini l’élimination ciblée comme un « acte de terrorisme » responsable de « facteurs liés à l’arrogance mondiale » – l’un des termes que l’Iran utilise pour décrire les États-Unis et ses alliés en Occident, dont Israël.
 
Des images de la scène de l’élimination ciblée, dans lesquelles la victime est aperçue dans sa voiture, ont été publiées sur les chaînes iraniennes. Selon les médias de Téhéran, l’épouse du colonel éliminé a été la première à le retrouver sans vie dans sa voiture.
 
Simultanément au reportage sur la liquidation de Téhéran, l’agence de presse ISNA a publié que l’Iran avait démasqué un « réseau d’espionnage israélien ». Selon l’ISNA, des membres du « réseau d’espionnage israélien » ont été arrêtés par les gardiens de la révolution. Les gardiens de la révolution ont déclaré : « Sur ordre du service de renseignement du régime sioniste, le réseau a tenté de voler des biens personnels et publics et de les détruire, de procéder à des enlèvements et d’obtenir de faux aveux par le biais d’un réseau de voyous ».
 

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :