Israël ne gagne pas la bataille du récit sur la mort de Shireen Abu Akleh – mais il ne la perd pas non plus

Publié par

Sur le plan stratégique, le succès limité d’Israël peut être attribué à la coordination, à la rapidité et à l’engagement sur les médias traditionnels et sociaux.

Le corps de la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh, qui a été tué lors d'un échange de tirs réels entre Palestiniens et Tsahal à Jénine, est amené dans les bureaux de la chaîne d'information à Ramallah en Cisjordanie, le 11 mai 2022. (Crédit photo : ABBAS MOMANI/POOL VIA REUTERS)
Le corps de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, qui a été tuée lors d’un échange de tirs réels entre Palestiniens et Tsahal à Jénine, est amené dans les bureaux de la chaîne d’information à Ramallah en Cisjordanie, le 11 mai 2022. (crédit photo : ABBAS MOMANI/POOL VIA REUTERS)

Israël a connu des succès stratégiques et des bévues tactiques dans la dispute sur le récit entourant la mort de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, disent les experts en diplomatie publique, mais il peut s’agir d’un combat dans lequel le meilleur scénario débouche sur une impasse.

“Vous ne pouvez pas gagner ce genre de causes, mais il est certain que vous pouvez le perdre – et Israël, ici, ne perd pas”, a déclaré le colonel (res.) Miri Eisen, qui a servi dans la communauté du renseignement israélien pendant 20 ans et a été porte-parole du gouvernement lors de la campagne de la  Seconde Guerre du Liban, en 2006.

Champ de bataille narratif miné et difficile

L’ancien porte-parole de Tsahal, le lieutenant-colonel (res) Peter Lerner, a déclaré que les circonstances entourant la mort d’Abou Akleh ont “tous les ingrédients pour monter une histoire qui marche (buzze) pour les médias”. L’incident, a-t-il dit, porte des images et des drames qui attirent l’attention, et le public connaît bien Jénine, de sorte que l’histoire s’inscrit déjà dans les récits négatifs antérieurs sur Israël.

Abbas aux funérailles d'un journaliste d'Al Jazeera : "Nous irons à la CPI, nous ne leur faisons pas confiance"Deux suspects arrêtés par les forces de sécurité israéliennes pour avoir aidé les terroristes d'EladLes premières expertises médico-légales israéliennes et palestiniennes ne peuvent pas déterminer qui a tué un journaliste à Jénine

Eisen soutient que le cadre narratif de base est très difficile à surmonter, car quel que soit le tireur, cela s’est produit pendant les opérations de Tsahal – et les médias internationaux ne soutiennent pas le droit d’Israël à lutter contre le terrorisme.

Malgré tout cela, à plus grande échelle, les médias internationaux reflètent les deux côtés [israélien et palestinien] » de l’histoire, a déclaré Lerner.

Une sculpture de SABLE épelant le nom de Shireen Abu Akleh est vue sur une plage de Gaza mercredi.  (crédit : MOHAMMED SALEM/REUTERS)Une sculpture de SABLE épelant le nom de Shireen Abu Akleh photographiée sur une plage de Gaza mercredi. (crédit : MOHAMMED SALEM/REUTERS)« Le bureau du Premier ministre, le ministère de la Défense et Tsahal ont présenté une réponse claire et pertinente en ligne, en s’appuyant sur les leçons tirées du passé », a déclaré Eisen.

Sur le plan stratégique, le succès limité d’Israël peut être attribué à la coordination, à la rapidité et à l’engagement sur les médias traditionnels et sociaux.

Direction de la diplomatie publique

“Après des années passées à s’habituer à voir le monde adopter les narratifs des Palestiniens comme vérité absolue, nous avons enfin une Direction de la diplomatie publique qui ne laisse pas la scène médiatique aux inventions et aux mensonges de nos ennemis”, a écrit le Premier ministre Naftali Bennett sur Instagram, louant le travail de la direction pour expliquer pourquoi Israël a eu de meilleurs messages pendant cette crise dans les relations publiques.

La Direction de la diplomatie publique a été rétablie par le gouvernement Bennett en décembre, avec pour objectif principal de faciliter la synchronisation de la messagerie externe d’Israël. La position israélienne a été largement uniforme au sujet de la mort d’Abou Akleh, avec quelques légères variations que les responsables ont repussées ou supprimées.

Récits concurrents

Dès qu’Abu Akleh a été tuée dans une fusillade à Jénine entre des soldats de Tsahal et des hommes armés palestiniens, deux récits concurrents ont émergé.

Selon la position pro-palestinienne, les soldats de Tsahal ont délibérément ciblé et tué une journaliste clairement identifiée. La position pro-israélienne a été en grande partie de dire que s’il est possible que Tsahal ait accidentellement tiré sur Abu Akleh, il s’agissait probablement de tirs palestiniens, et qu’une enquête doit donc être ouverte.

“Offrir aux Palestiniens une enquête conjointe était la bonne décision, et le refus prévisible de l’AP devrait souligner qu’ils n’ont aucune intention d’aboutir à la vérité, mais qu’ils exploitent plutôt honteusement et cyniquement la mort d’Abu Akleh et cette terrible tragédie à des fins politiques”, a déclaré Arsen Ostrovsky, président-directeur général du Forum juridique international et expert en diplomatie numérique.

“Je pense qu’ils ont fait le bon choix en continuant à demander une enquête conjointe et même en faisant participer un tiers crédible”, a déclaré Aviva Klompas, cofondatrice du nouveau groupe de réflexion Boundless.

David Lange, PDG d’IsraellyCool, a fait valoir qu’il fallait encore plus de messages et de renforcement de “l’engagement d’Israël à enquêter sur ce qui s’est passé, et sa volonté de coopérer avec l’AP pour ce faire”.

Réponse rapide

Israël a déjà été critiqué pour sa lenteur à réagir à la crise des relations publiques, comme en décembre, lorsqu’une vidéo devenue virale d’un terroriste palestinien abattu par des agents de la police des frontières était présentée, selon les mots de l’activiste palestinien Mohammed El-Kurd, comme une “exécution sur le terrain”. Alors que la réponse israélienne a été prise de cours par les militants palestiniens, les experts de la diplomatie publique israélienne voient le temps de réaction actuel de manière positive.

“Dans des cas comme celui-ci, cela devient immédiatement une bataille de récits, où le timing est absolument critique“, a déclaré Ostrovsky. « On doit féliciter le gouvernement israélien et le réseau de la société civile pro-israélienne pour leur réponse immédiate.

Échecs tactiques

D’autres soutiennent, cependant, qu’Israël a peut-être agi trop rapidement, saisissant des points de discussion qui ont nui à sa stratégie.

“Je pense que le ministère israélien des Affaires étrangères a été trop rapide et négligent en tweetant cette vidéo de terroristes, tout en laissant entendre fortement que ce sont eux qui ont tiré et tué Shireen Abu Akleh”, a déclaré Lange. “C’était facile à réfuter, comme l’illustre B’tselem.”

L’analyste des médias Emanuel Miller a déclaré que « la vidéo que Tsahal a tweetée a causé une certaine gêne. Les journalistes ont très vite réalisé qu’il s’agissait d’une zone différente et l’ont qualifiée de faux-fuyant. La situer là-bas était un acte désemparé et nous donnait l’impression d’avoir quelque chose à cacher. Nous n’avons pas perdu le récit à cause de ces contretemps, mais ces faux pas ont rendu impossible de le reconquérir. Cela a complètement sapé la tactique de communication et a donné d’Israël l’impression qu’il est malhonnête et essaye de brouiller les pistes. Vraiment inutile et pas bien pensé du tout.

Lerner estime qu’un domaine qu’Israël doit améliorer est le recrutement de communicants. Israël n’a pas tardé à publier des communiqués de presse et des déclarations, mais ceux-ci ne sont pas aussi pertinents pour les émissions en direct et la télévision. Selon Lerner, Israël doit s’assurer que des représentants parlent à la télévision et dans d’autres médias visuels de la nécessité des opérations de Tsahal et du danger auquel les journalistes sont confrontés dans les zones de combat.

Alors que le gouvernement israélien a peut-être appris sa leçon, les médias israéliens n’ont peut-être pas été aussi bien préparés.

Eisen a critiqué les médias pour avoir essayé avec zèle de prouver qui avait raison et tort lorsqu’il n’y avait pas assez d’informations – et sont allés à l’encontre le récit officiel israélien qui met l’accent sur une enquête conjointe.

“Il ne s’agit pas de gagner la guerre des récits, il s’agit de ne pas la perdre – et ce n’est pas la même chose “, a averti Eisen.

jpost.com

3 commentaires

Laisser un commentaire