Arrestation des deux auteurs présumés de l’attentat meurtrier commis près d’Ariel

Publié par

Les forces de sécurité israéliennes bloquent l'entrée de Salfit, en Cisjordanie, le 30 avril 2022, lors de la chasse à l'homme pour retrouver les terroristes ayant perpétré l'attaque terroriste à l'entrée d'Ariel le 29 avril
Nasser Ishtayeh/Flash90 Les forces de sécurité israéliennes bloquent l’entrée de Salfit, en Judée-Samarie, le 30 avril 2022, lors de la chasse à l’homme pour retrouver les terroristes ayant perpétré l’attaque terroriste à l’entrée d’Ariel le 29 avril

L’attaque, qui a causé la mort d’un Israélien, a été revendiquée par les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa

Après une chasse à l’homme de 20 heures, les forces antiterroristes ont arrêté deux Palestiniens qui seraient à l’origine de la fusillade meurtrière perpétrée près de l’implantation d’Ariel en Cisjordanie vendredi soir, ont indiqué des responsables sécuritaires.

Les deux hommes ont été appréhendés samedi soir dans la ville voisine de Qarawat Bani Hassan. Les armes qui auraient été utilisées lors de l’attaque ont également été saisies, ont indiqué les services de sécurité du Shin Bet.

L’opération a été menée par l’unité de police Yamam, l’armée ainsi que des officiers du Shin Bet.

L’agent de sécurité de 23 ans posté à l’entrée d’Ariel a été tué dans la fusillade en voulant protéger sa fiancée, aussi chargée de la sécurité de l’implantation.

La victime est Dolev Vyacheslav, un résident de Beit Shemesh, ancien étudiant à l’Université d’Ariel. Il laisse dans le deuil ses parents et sept frères et sœurs.

Les images des caméras de sécurité ayant filmé la scène montraient un véhicule Suzuki bleu se dirigeant vers le poste de garde, où un homme armé assis sur le siège passager a ouvert le feu. Le tireur et le chauffeur sont ensuite sortis tous les deux de la voiture, tirant à la mitraillette sur le poste de garde, avant de repartir.

Les forces de sécurité ont immédiatement bloqué les routes, tandis qu’un grand nombre de policiers et de soldats ont lancé une chasse à l’homme massive.

Plus tôt samedi, les médias palestiniens ont rapporté qu’un véhicule incendié avait été retrouvé dans une zone dégagée à l’ouest d’Ariel, et qu’il pourrait s’agir de la voiture utilisée par les terroristes. Celle-ci aurait ensuite été saisie par les troupes israéliennes.

L’attaque a été revendiquée par les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, une coalition de groupes terroristes affiliés au Fatah, le parti au pouvoir de l’Autorité palestinienne.

« Nous assumons la responsabilité de l’opération héroïque à Ariel qui a entraîné la mort d’un officier sioniste. Cet acte est une réponse à l’agression israélienne à Jérusalem », a déclaré un homme masqué dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Le groupe terroriste a également revendiqué l’attentat commis à Bnei Brak le mois dernier.

Le Hamas a salué la fusillade, affirmant qu’il s’agissait d’une « opération héroïque » et d’une « réponse naturelle aux crimes de l’occupation et de ses colons ».

Le Premier ministre Naftali Bennett a présenté samedi soir ses condoléances à la famille de la victime, affirmant que « la guerre contre le terrorisme était longue, mais qu’Israël l’emporterait ».

« Nous mettrons la main sur tous les terroristes », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a de son côté félicité les forces de sécurité israéliennes pour les arrestations.

« L’État d’Israël a toujours vaincu le terrorisme et le vaincra aujourd’hui encore », a-t-il déclaré.

Le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid a salué l’arrestation.

« Chaque terroriste doit savoir que les forces de sécurité le rattraperont, ainsi que ceux qui l’ont aidé et ceux qui l’ont envoyé. Nous ne permettrons pas à la terreur de lever la tête », a-t-il déclaré.

Cet attentat est intervenu alors que les tensions ont fortement augmenté entre Israël et les Palestiniens ces dernières semaines, avec plusieurs attaques terroristes dans des villes israéliennes qui ont fait 14 morts au total.

L’escalade est survenue en plein mois sacré musulman du Ramadan, souvent propice aux tensions en Israël et en Judée-Samarie, dont plusieurs bastions stratégiques sont entre les mains des noyaux durs du terrorisme pro-iranien.

i24news.tv

Un commentaire

Laisser un commentaire