La Jordanie exige un contrôle total et une présence juive réduite sur le Mont du Temple

Publié par

 

 

Notons que tous ces émeutiers ont, non seulement, réussi à se faire prendre et menotter comme du saucisson, dans le saint des saints de leur Mosquée Al Aqsa, mais que de surcroît, tous ces excellents Musulmans zélés portent tous des baskets et des vêtements de sports, sans doute pour courir plus vite après Al Buraq, le cheval du Prophète! N’étaient-ils pas censés se déchausser pour y pénétrer? Que font les Imams d’Al Aqsa, nommé par le Waqf, c’est-à-dire le mouvement des Frères Musulmans, sinon de la pure propagande insurrectionnelle? Ne vaudrait-il pas mieux fermer les mosquées radicales, comme en France?

Pendant ce temps, le prince héritier d’Abu Dhabi Sheikh Muhammad bin Zayed demande « la liberté de culte pour les membres de toutes les religions, comme stipulé dans l’accord de normalisation entre les Émirats arabes unis et Israël », a déclaré l’expert politique Moshe Albo. « Le roi Abdallah affirme que cela viole le statu quo existant et l’accord de paix entre la Jordanie et Israël. »

PAR ISRAËL KASNETT

 

(29 avril 2022 / JNS) La Jordanie craint de perdre son statut reconnu de gardien officiel des sites sacrés musulmans de Jérusalem, y compris le mont du Temple, le site le plus sacré du judaïsme, alors que les Palestiniens qu’incitent le Hamas, d’autres groupes terroristes et l’Autorité palestinienne, organisent en permanence des émeutes pendant le mois musulman du Ramadan. Lors d’au moins un incident, des émeutiers ont failli mettre le feu à la mosquée Al-Aqsa. La Jordanie a accusé Israël de déclencher la violence et d’avoir violé le statu quo sur ces lieux saints. Et maintenant, il réclame un contrôle total sur le Mont du Temple, avec des conséquences inquiétantes. Mais les experts disent que l’histoire va plus loin.

Moshe Albo, chercheur principal à l’Institut de politique et de stratégie de l’Université Reichman à Herzliya (anciennement le Centre interdisciplinaire Herzliya), a déclaré à JNS que pour comprendre ce qui se passe à Jérusalem, il est important de comprendre le tableau dans sa globalité.

Il a expliqué que la Jordanie connaît actuellement une crise économique et politique intérieure « énorme ». Avec la flambée des prix de l’énergie et des denrées alimentaires de base, en plus des fractures visibles au sein de la famille royale, le roi Abdallah II de Jordanie perd son image de stabilité.

Le pays craint également que le Hamas ne le remplace en tant que protecteur et « gardien » du Mont du Temple.

Répondant aux critiques selon lesquelles la police israélienne aurait utilisé des tactiques brutales pour réprimer la violence palestinienne sur le mont du Temple, en début de cette semaine, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a accusé le Hamas d’avoir orchestré les émeutes. À ce stade, les émeutiers palestiniens semblent écouter les instructions du Hamas, et non du Waqf jordanien.

En plus de cela, la Jordanie craint que les États du Golfe ne la remplacent en tant que gardiens des lieux saints musulmans de Jérusalem.

La Jordanie n’a pas participé au récent « Sommet du Néguev », et selon Albo, elle considère les Émirats arabes unis, les Saoudiens et les Marocains comme des prétendants à la garde d’Al-Aqsa – un message qui a récemment été exprimé à plusieurs reprises.

Vendredi, le journaliste israélien Yoni Ben-Menachem a tweeté qu’il y avait un « désaccord entre les Émirats arabes unis et la Jordanie sur le mont du Temple ».

Il a écrit que le prince héritier d’Abu Dhabi, Sheikh Muhammad bin Zayed, « exige que le statu quo sur le mont du Temple autorise la liberté de culte pour les membres de toutes les religions, comme le stipule l’accord de normalisation entre les Émirats arabes unis et Israël. Le roi Abdallah s’y oppose et affirme que cela viole le statu quo existant et l’accord de paix entre la Jordanie et Israël.

C’est une déclaration révolutionnaire, de la part d’un dirigeant arabe, surtout compte tenu du moment, et suggère qu’une partie aurait donné à Abu Dhabi un coup de coude régional pour que les Emirats prennent le contrôle du Mont du Temple.

Selon Albo, la réaction jordanienne à ce qui se passe sur le mont du Temple est le résultat de sa volonté d’assurer sa responsabilité sur ces hauteurs et de s’assurer qu’aucun autre acteur régional ne le remplace en tant que gardien. « Les Jordaniens n’aiment pas que les États du Golfe parlent du Mont du Temple », a déclaré Albo, « mais [la Jordanie] n’est guère en mesure de garantir sa position ».

Signifiant sa crainte de perdre le contrôle, la Jordanie aurait soumis une lettre à l’administration Biden, exigeant que le Waqf (gardes religieux musulmans) reçoive le contrôle total sur le mont du Temple. Il veut instituer un code vestimentaire pour les non-musulmans, ainsi que la limitation du nombre desvisiteurs à des groupes ne dépassant pas cinq personnes. La Jordanie demande également que la police israélienne ne soit plus autorisée sur le mont du Temple, même si des émeutiers attaquent des fidèles juifs au mur occidental ou des visiteurs du site lui-même.

Ses demandes incluent également de donner au Waqf le pouvoir de restreindre sévèrement les visites des non-musulmans au Mont du Temple ; exiger des non-musulmans qu’ils demandent à visiter par écrit à l’avance ; et établir des itinéraires de visite restrictifs ne dépassant pas 150 mètres (500 pieds) dans chaque direction pour les visiteurs non musulmans.

Official welcoming ceremony in Yerevan, Armenia, for King Abdullah II of Jordan, Feb. 11, 2020. Credit: Gevorg Ghazaryan/Shutterstock.

Netanyahu « n’était qu’une partie du problème »

Les médias israéliens ont rapporté vendredi qu’Israël avait jusqu’à présent rejeté les demandes de la Jordanie.

Selon Jonathan Schanzer, vice-président senior de la Fondation pour la défense des démocraties, la demande jordanienne « est presque certainement un coup d’épée dans l’eau ».

Il a déclaré qu’Israël ne changerait probablement pas le statu quo dans la vieille ville, et que « les pressions agressives de la Jordanie pour plus de contrôle pourraient même attiser les tensions avec Israël ».

Schanzer a noté que les relations d’Amman avec Israël étaient censées s’améliorer après le départ du Premier ministre israélien de longue date Benjamin Netanyahu, qui « était considéré comme le principal obstacle à des relations plus chaleureuses ».

Le président israélien Isaac Herzog, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et le ministre de la Défense Benny Gantz ont tous effectué des visites d’État en Jordanie, ces derniers mois, signe que les liens d’Israël avec la Jordanie sont solides et que la coopération est à son plus haut niveau depuis des années.

Cependant, avec cette récente flambée des relations israélo-jordaniennes, Schanzer a suggéré qu’« il est clair maintenant que [Netanyahu] n’était qu’une partie du problème. L’autre problème semble être la politique de la Jordanie qui se range du côté des Palestiniens dans presque tous les cas. Cette approche n’est pas durable si l’objectif est de renforcer les liens avec Israël ou d’aider à guider les Palestiniens vers la réforme et un éventuel État.

Albo a également déclaré qu’il ne croyait pas qu’Israël permettrait à la Jordanie d’étendre le cadre de ses responsabilités au sein du Waqf car cela changerait le statu quo existant. C’est ce statu quo qui rend tout le monde si agité et nerveux.

La Jordanie et les Palestiniens insistent pour rétablir le statu quo tel qu’il était convenu avant l’an 2000, lorsque les non-musulmans demandaient à l’avance l’autorisation au Waqf pour visiter le Mont du Temple. Ils soutiennent que le statu quo a été violé depuis lors.

Israël insiste pour maintenir le statu quo après 2000, lorsque les non-musulmans ont eu un accès plus libre pour visiter – mais pas prier sur – le mont du Temple sans avoir besoin de l’autorisation du Waqf.

Selon Hillel Frisch, professeur d’études politiques et d’études sur le Moyen-Orient à l’Université Bar-Ilan de Ramat Gan et expert du monde arabe à l’Institut de stratégie et de sécurité de Jérusalem, les membres du Waqf de la plupart des États arabes « sont des adhérents des Frères musulmans. Ils sont cooptés par l’Etat et étroitement surveillés. Ici, la situation est beaucoup plus compliquée et donc la tutelle jordanienne beaucoup plus problématique.

Mais il n’y a pas que le Waqf qui pose problème. Selon Ehud Yaari du Washington Institute for Near East Policy, l’Autorité Palestinienne d’Abu Mazen a également « joué un rôle majeur dans l’incitation à manifester sur le Mont du Temple, répandant des théories de la conspiration selon lesquelles Israël cherche à changer le statu quo là-bas ».

Les responsables israéliens et jordaniens devraient se rencontrer après le Ramadan pour discuter de la violence palestinienne et d’un changement perçu du statu quo là-bas, mais maintenant, les responsables israéliens disent qu’ils refusent de rencontrer leurs homologues, en raison des propos incendiaires du Premier ministre jordanien Bisher al-Khasawneh.

Lors d’une réunion parlementaire la semaine dernière, Khasawneh a déclaré : « Je salue chaque Palestinien et tous les employés du Waqf islamique jordanien, qui se dressent fièrement comme des minarets, lançant leurs pierres dans une salve d’argile sur les sympathisants sionistes qui profanent la mosquée Al-Aqsa. sous la protection du gouvernement d’occupation israélien « .

Israël a déclaré qu’il attendrait de rencontrer les représentants jordaniens après un certain temps et quelques dates cruciales, où l’on verrait passer (se clamer) l’incitation et les émeutes palestiniennes. Ces dates incluent le jour de l’indépendance d’Israël (Yom Ha’aztmaut) le 5 mai, le jour de la Nakba le 15 mai et le jour de Jérusalem le 29 mai.

Des dizaines de milliers de fidèles musulmans prient autour du Haram El Sharif, dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa la nuit de Qadr (Laylat al-Qadr) pendant le mois du Ramadan dans la vieille ville de Jérusalem, le 27 avril 2022. Photo Jamal Awad/Flash90.

« Des groupes terroristes palestiniens enflamment les lieux saints« 

Pendant ce temps, le roi Abdallah est à Washington pour discuter de ces questions avec l’administration Biden. Son voyage intervient après la visite du chef de l’AP Mahmoud Abbas en Jordanie mercredi, où Abdullah a réaffirmé le plein soutien de la Jordanie aux Palestiniens.

L’administration Biden, notamment le secrétaire d’État américain Antony Blinken, a constamment appelé au « calme des deux côtés« . Mais Israël a repoussé ces représentations injustes et inexactes de la réalité sur le terrain.

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Gilad Erdan, a déclaré lundi au Conseil de sécurité de l’ONU, que cette demande est « complètement détachée de la réalité« . L’idée même que des foules d’émeutiers violents motivés par des groupes terroristes islamiques radicaux pourraient être placés sur la même échelle morale qu’une démocratie respectueuse des lois faisant tout son possible pour maintenir la paix est ridicule.

Il a ajouté que « les seuls à briser le statu quo sur le mont du Temple sont les groupes terroristes palestiniens qui enflamment les lieux saints « .

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, était d’accord avec la version des événements d’Israël lorsqu’il s’est adressé au Conseil de sécurité des Nations Unies, déclarant que « les Palestiniens ont lancé des pierres, des feux d’artifice et d’autres objets lourds vers les forces de sécurité israéliennes. … Suite à une confrontation avec les personnes à l’intérieur, la police israélienne est entrée dans la mosquée et a arrêté les personnes barricadées à l’intérieur ».

Il semble que Wennesland soit d’accord pour dire que l’idée que « les deux camps » créent la violence est une  totale absurdité.

Israël est constamment appelé par la communauté internationale à protéger la liberté de culte dans tous les lieux saints. Pourtant, la Jordanie, ainsi que la communauté internationale, insiste depuis longtemps pour que les autorités israéliennes restreignent la liberté de culte des Juifs sur le site le plus sacré du judaïsme au nom du maintien du statu quo.

Selon Frisch, « tout comme aucun autre pays au monde ne compromet sa souveraineté sur sa capitale, Israël aurait dû maintenir sa souveraineté sur le mont du Temple, le site le plus important de sa capitale [quand il l’a libéré en 1967]. Céder à la Jordanie le contrôle du Mont du Temple, alors que les véritables pouvoirs en coulisses sont l’AP et le Hamas, a compromis cette souveraineté à jamais au détriment de la sécurité des citoyens de Jérusalem, juifs et arabes.

Il note que « la plupart des Arabes veulent prier en paix sur le Mont du Temple, tout comme les Juifs, mais le Waqf, vraisemblablement sous contrôle jordanien mais en réalité tenu par des adhérents du Hamas, transforme le Mont du Temple en une arène de violence croissante ».

Pour sa part, Israël a travaillé dur pour contrôler les événements sur le terrain ainsi que dans les cercles diplomatiques.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a mené d’importants efforts pour influencer le récit au cours des dernières semaines, en pleine vague d’attentats terroristes visant les Israéliens et des efforts déployés par le Hamas, le Jihad islamique palestinien et d’autres extrémistes pour détourner la mosquée Al-Aqsa afin de créer une flambée de violence à Jérusalem et à partir de là, un violent conflit à travers le pays.

Lapid a tenu un briefing pour la presse étrangère et le ministère, afin de faire face aux fausses nouvelles (fake news) destinées à attiser les tensions en temps réel sur les réseaux sociaux et dans les médias. Le ministère a également utilisé ses plateformes numériques pour exprimer la volonté d’Israël de calmer la situation dans plus de 50 langues à quelque 10 millions de followers. Rien qu’en arabe, les efforts du ministère sur les réseaux sociaux ont atteint 8 millions de téléspectateurs au cours des deux dernières semaines, selon le ministère des Affaires étrangères.

Albo était optimiste. Il a déclaré que le grand test aura lieu après l’Aïd al-Fitr, une célébration qui marque la fin du mois de Ramadan, prévue pour le 2 mai.

Jeudi, quelque 200 000 fidèles ont assisté à la prière sur le mont du Temple pour la nuit de Qadr ( Laylat al-Qadr en arabe), une date importante du calendrier islamique au cours du mois de Ramadan. Le vendredi a également attiré un grand nombre de personnes sur le Mont du Temple pour les dernières prières du vendredi du Ramadan.

« Si celles-ci se passent pacifiquement », a-t-il dit, « alors dans l’ensemble, l’incitation n’a pas réussi. Si vous regardez l’image stratégique, le monde était concentré sur l’Ukraine et non sur Jérusalem. Les Palestiniens n’ont pas réussi à transférer les événements de Jérusalem à l’ensemble de la question palestinienne.

« Jusqu’à présent », a-t-il dit, « Israël a réussi à maintenir la stabilité ».

jns.org

Sur une suggestion de Josiane Sberro.

2 commentaires

Laisser un commentaire