La Force Quds d’Iran voulait tuer un Israélien à Istanbul, un Général Américain et un journaliste français

Publié par

La Force Al-Qods du CGRI a planifié l’assassinat d’un Israélien en Turquie

La Force Al-Qods iranienne aurait également prévu d’assassiner un général de l’armée américain en Allemagne et un journaliste en France.

 

Des Iraniens brûlent des drapeaux israéliens et américains lors d'un rassemblement marquant la Journée annuelle de Qods, ou Journée de Jérusalem, le dernier vendredi du mois sacré du Ramadan à Téhéran, Iran, le 29 avril 2022 (crédit photo : AGENCE DE PRESSE WANA/REUTERS)
Des Iraniens brûlent des drapeaux israéliens et américains lors d’un rassemblement marquant la Journée annuelle de Qods, ou Journée de Jérusalem, le dernier vendredi du mois sacré du Ramadan à Téhéran, Iran, le 29 avril 2022
(crédit photo : AGENCE DE PRESSE WANA/REUTERS)
 

Un citoyen israélien travaillant au consulat d’Israël à Istanbul, en Turquie, était la cible d’un complot d’assassinat par la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) d’Iran, a rapporté samedi Iran International, basé à Londres.

 

La Force Quds aurait aussi prévu d’assassiner un général militaire américain en Allemagne et un journaliste en France, selon le reportage.

Les assassinats devaient être perpétrés par des cartels de la drogue, la République islamique étant apparemment prête à payer plus d’un million de dollars pour les cibles.

 
 

Les coups prévus ont été organisés par un membre de l’unité 840 de la Force Quds stationnée en Europe, qui a été payé 150 000 dollars pour « préparer les assassinats » en utilisant ses relations avec divers barons de la drogue européens, indique le reportage.

La cellule syrienne, connue sous le nom d’Unité 840, est une unité opérationnelle relativement secrète qui planifie des infrastructures terroristes à l’extérieur de l’Iran contre des cibles occidentales et des groupes d’opposition, selon Tsahal.

 

Des membres des forces armées iraniennes défilent lors d'une cérémonie du défilé de la Journée nationale de l'armée à Téhéran, Iran, le 18 avril 2022 (crédit : AGENCE DE PRESSE WANA/REUTERS)Des membres des forces armées iraniennes défilent lors d’une cérémonie du défilé de la Journée nationale de l’armée à Téhéran, Iran, le 18 avril 2022 (crédit : AGENCE DE PRESSE WANA/REUTERS)Des rapports turcs, britanniques et américains, au cours des dernières années, ont accusé l’Iran d’utiliser les principales organisations criminelles internationales pour aider à atteindre ses objectifs à l’étranger, qui comprend la réalisation de complots terroristes. Selon des informations, les services de renseignement iraniens ont employé le cartel de Zindashti, dirigé par le chef de file de l’héroïne, Naji Sharifi Zindashti, pour assassiner ou enlever des dissidents iraniens vivant en Turquie depuis 2015.

Naji Sharifi Zindashti, caïd de l’héroïne et botte secrète de la force Al Qods contre des Occidentaux et des dissidents en Turquie. 

En 2020, la police turque a déclaré que 13 membres liés à Zindashti avaient été arrêtés pour collaboration avec les opérations de renseignement de la République islamique d’Iran.

L’Iran visait depuis longtemps des citoyens israéliens, ainsi que de hauts responsables américains et israéliens, a rapporté Ali Afshari, d’Iran International, affirmant que les assassinats avaient « toujours été la stratégie de la République islamique ».

En février, les médias turcs ont rapporté que les forces de renseignement turques et israéliennes avaient déjoué une tentative iranienne d’assassinat sur la vie de l’homme d’affaires israélien Yair Geller. En octobre de l’année dernière, on a signalé que davantage d’hommes d’affaires israéliens, dont Teddy Sagi, étaient les cibles de la « terreur iranienne » à Chypre.

jpost.com

2 commentaires

Laisser un commentaire