Une femme blessée à coup de couteau à Sheikh Jarrah/Shimon Hatzadik

Publié par

 

 

Une femme a été poignardée près de l’entrée du quartier de Sheikh Jarrah/ Shimon Hadatzadik et emmenée au centre médical universitaire Hadassah.

Par LE PERSONNEL DU POST DE JERUSALEM Publié: 8 DÉCEMBRE 2021 07:48
Mise à jour : 8 DÉCEMBRE 2021 09:02

La police des frontières israélienne est vue debout à l'entrée de Sheikh Jarrah lors d'une manifestation conjointe juive et arabe, le 21 mai 2021 (Crédit photo : NIV BEILI)

La police des frontières israélienne aperçue debout à l’entrée de Sheikh Jarrah lors d’une manifestation conjointe juive et arabe, le 21 mai 2021(crédit photo : NIV BEILI)

Une femme a été blessée à l’arme blanche à l’entrée de Sheikh Jarrah (Shimon Hatzadik) mercredi matin, ont rapporté les autorités israéliennes.

L’attaque est considérée comme un acte de terrorisme possible par la police israélienne. Le Hamas a commenté l’incident en disant que « les actions héroïques en “Cisjordanie” et à Jérusalem, dont la plus récente a été le poignardage d’une résidente à Sheikh Jarrah, prouvent la grandeur de notre peuple dont la résistance ne peut être brisée », a rapporté Ynet.

Le suspect a été arrêté plus tard mercredi matin dans un établissement d’enseignement (????) à Sheikh Jarrah, ont rapporté les médias israéliens.

La femme a été soignée sur place avant d’être emmenée au centre médical universitaire Hadassah . La femme était consciente et en bon état général, a déclaré mercredi un porte-parole du centre médical.

Des centaines de Juifs et d'Arabes se rassemblent dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est pour protester contre les expulsions imminentes, le 21 mai 2021 (crédit : NIV BEILI)Des centaines de Juifs et d’Arabes se rassemblent dans le quartier de Sheikh Jarrah (Shimon Hadtzadik) à Jérusalem-Est pour protester contre les expulsions imminentes, le 21 mai 2021 (crédit : NIV BEILI)

La femme qui a été poignardée aurait été sur le point de déposer ses enfants à l’école et poussait une poussette, a rapporté Maariv.

L’attaque au couteau intervient après cinq attaques terroristes au cours des deux dernières semaines et demie, toutes perpétrées par “des loups solitaires” (non affiliés à un groupe idrntifiable). La première attaque de cette vague apparente a eu lieu le 17 novembre, lorsque Amr Abu Assab, 16 ans, a poignardé deux agents de la police des frontières avant d’être abattu par un civil armé qui passait par là.

Plusieurs jours plus tard, le membre du Hamas Fadi Abu Shkhaydam a mené une attaque meurtrière dans la vieille ville de Jérusalem, tuant Eli Kay, 26 ans, et en blessant plusieurs autres. Cet agresseur a également été abattu par des agents de la police des frontières.

Le même jour, un homme de 67 ans a été légèrement blessé après avoir été poignardé à plusieurs reprises dans le dos par un Palestinien de 18 ans de la région de Jénine en Cisjordanie.

Une attaque à l’arme blanche a eu lieu le 4 décembre près de la porte de Damas à Jérusalem. Un civil israélien a été légèrement blessé et l’agresseur a été tué.

Le 6 décembre, une attaque à la voiture bélier a été perpétrée par un adolescent palestinien de 16 ans qui a accéléré dans le terminal de Te’enim près de la ville cisjordanienne de Tulkarem avec une voiture volée. Les gardes du passage à niveau ont ouvert le feu sur le conducteur, le blessant mortellement.

Anna Ahronheim a contribué à ce reportage.

jpost.com/breaking-news

3 commentaires

  1. Jusqu’à quand appelerez-vous le quartier de Shimôn Hatsadiq par un nom arabe ?
    Il ne vous reste plus qu’à appeler le mont du Temple également par un nom arabe comme à l’onu(minuscules voulues) !
    Vous vous appelez ‘terre-des-juifs’, faut-il le rappeler?!!!

    1. Un autre ton que celui du donneur de leçons intempestif serait aussi très bien passé. Remarques : 1° le terme de Shimon Hatzadik apparaissait déjà 3 fois dans notre précédent texte, mais tellement onubilé par ce que vois détenez et que les autres ne sont pas supposés savoir, vous ne vous en étiez même pas aperçu. Nous venons de l’ajouter dans le titre pour lever toute ambiguité.
      2èmemnt : les réalités juridiques et urbanistiques sur le terrain restent complexes : la cour suprême a proposé des « compensations sur 15 ans de loyer à tarifs préférentiels aux squatteurs palestiniens. Ceux-ci, sur injonctions du Hamas de Gaza et non même l’OL.P à Ramallah refusent tout arrangement et réclament une propriété de fait sur le bien d’autrui au titre de « l’occupation ».
      Toujours est-il qu’à moins d’une expulsion en bonne et due forme, on se trouve face à une impasse.
      Les deux réalités restant « disputées », « contestées », sur le plan journalistique, du fait de la cohabitation de deux populations aux référentiels distincts, les deux dénominations peuvent apparaître tour à tour jusqu’à ce que l’une périclite de fait.
      Il en va de même depuis les Accords d’Oslo autour du terme de Judée-Samarie ou Cisjordanie, il y a 3 zones une sous juridiction israélienne dite zone C : celle-ci peut se voir attribuer le nom antique de Judée-Samarie. Pour les villes et villages sous administration palestinienne-arabe, appeler Shekhem Naplouse est très joli à l’oreille, mais cela ne traduit aucune réalité politique sur le terrain…

Laisser un commentaire