Le Hamas redoutable sur deux fronts : à l’intérieur comme à l’extérieur

Publié par

« L’infrastructure terroriste du Hamas devient de plus en plus dangereuse »

 

L’ancien coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, le général de division (rés.) Eitan Dangot a déclaré que le groupe terroriste au pouvoir dans la bande de Gaza « n’a pas bougé dans son engagement idéologique envers la destruction d’Israël ».

 

Par  Yaakov Lappin , JNS et personnel ILH  Publié le  28-11-2021 12:13 Dernière modification : 28-11-2021 12:15

Members of the Ezz-Al Din Al-Qassam Brigades, the armed wing of the Hamas movement, stand on an Israeli flag during a military parade in a street in Khan Yunis, in the southern Gaza Strip on May 27, 2021. – (Photo by SAID KHATIB / AFP)

Des membres des Brigades Izzadin al-Qassam, branche militaire du Hamas, piétinent un drapeau israélien à Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza le 27 mai 2021 | Photo d’archive : AFP/Said Khatib

 

Arrestation de 50 conspirateurs terroristes du Hamas

Le complot terroriste à grande échelle du Hamas découvert par l’agence de renseignement Shin Bet et démantelé ces dernières semaines (50 arrestations) est “l’infrastructure tactique et opérationnelle la plus dangereuse dont je me souvienne ces dernières années”, a déclaré à JNS un ancien haut responsable de la défense .

Général de division (res.) Eitan Dangot, ancien coordinateur israélien des activités gouvernementales dans les territoires et chercheur associé principal à l’Institut Miryam

Le général de division (res.) Eitan Dangot, ancien coordinateur israélien des activités gouvernementales dans les territoires et chercheur associé principal à l’Institut Miryam, a souligné le nombre des dizaines de (50) membres du Hamas arrêtés, en plus du nombre de ceintures explosives pour bombe humaine et d’armes récupérés lors de raids antiterroristes.

Téléguidés depuis Beyrouth par al-Arouri

L’Agence de sécurité israélienne, connue sous le nom de Shin Bet, a annoncé lundi qu’elle avait, avec l’armée israélienne, démantelé la cellule, qui était orchestrée par de hauts responsables du Hamas à l’étranger, dont le chef adjoint du Hamas Saleh al-Arouri, “réfugié” au Liban, dans le quartier-sud de Dahieh (Beyrouth) appartenant au Hezbollah, qui dirige les opérations terroristes des groupes en Cisjordanie.

Dangot a lié ce développement aux fissures qui sont apparues dans les capacités du gouvernement de l’Autorité palestinienne basée à Ramallah et de son chef de 86 ans, Mahmoud Abbas.

Hébron, bastion du Hamas (et de la 1ère bougie de Hanoukah)

Il a souligné qu’Hébron et son environnement étaient un bastion idéologique connu du Hamas et un point chaud d’activité du Hamas, mais a ajouté que Jénine et son environnement ont également connu un pic d’activité armée. La région est traditionnellement un point chaud du Jihad islamique palestinien, mais également connue pour son opposition au régime d’Abbas de la part des milices affiliées au Fatah comme les Tanzim, a déclaré Dangot.

« Le Hamas n’a pas bougé d’un iota dans son engagement idéologique envers la destruction d’Israël, et il le met en œuvre progressivement », a déclaré Dangot. « Son aile militaire monte en puissance et s’engage dans des séries de combats, comme le conflit de Mai dernier. En raison de problèmes d’organisation et de considérations secondaires créées par son besoin de préserver la souveraineté du Hamas sur une population (à Gaza), l’organisation opte également pour des périodes de calme, conformément à son analyse de ses intérêts selon les périodes.

Investir la Judée-Samarie désenclaverait Gaza

Le territoire souverain du Hamas à Gaza étant confronté à des limitations en tant que base de guerre avec Israël, le Hamas a réservé un rôle stratégique à la Cisjordanie, a déclaré Dangot. Au-delà du fait de l’utiliser comme base pour des attaques terroristes visant les civils israéliens et les forces de sécurité, le Hamas s’est engagé à étendre son influence dans les zones actuellement sous domination de l’Autorité palestinienne, « pas à pas », avec « l’objectif de prendre progressivement le contrôle de la Cisjordanie et d’infiltrer l’OLP », a-t-il déclaré.

Dangot a fait valoir que des allusions au lendemain de l’ère d’Abbas sont déjà apparues depuis qu’Abbas a convoqué les élections en janvier de cette année et que ces allusions se sont “considérablement amplifiées lorsqu’Abbas a annulé les élections” fin avril.

Alimenter des poches “explosives” à Jérusalem

En tant que “sous-objectif”, le Hamas a désigné Jérusalem-Est comme une branche de ses activités terroristes, et l’organisation allume en permanence “des flammes et incite à des situations chaotiques via les résidents de Jérusalem, entretenant la lave et s’assurant que les flammes ne s’éteignent jamais“, a-t-il déclaré. évalué.

Cela s’exprime par des affrontements sur le mont du Temple, l’exploitation des tensions autour du quartier de Sheikh Jarrah et le renforcement de la présence du mouvement à Jérusalem-Est. Ces activités sont toutes conçues pour signaler aux Palestiniens que le Hamas veille sur leurs intérêts et à Jérusalem – une cause qui constitue un aspect central de l’appel aux armes du Hamas, selon Dangot.

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh et le chef militaire du groupe ‎Yahya Sinwar ‎(EPA/File)

Pendant ce temps, la Cisjordanie (Judée- Samarie de peuplement arabe et sous contrôle autonome de l’AP) connaît un affaiblissement de ses capacités à maintenir l’ordre public, ce qui “renforce les capacités du Hamas”, a-t-il déclaré. « Le Hamas identifie cette tendance et étend son influence, à travers l’incitation, à travers les activités d’Al-Arouri, à travers l’allocation de ressources. une trêve stable avec Israël et trouver des solutions pour l’économie désintégrée de Gaza.

Le cessez-le-feu n’existe que pour ménager le Qatar et l’Egypte

“C’est une illusion. J’appelle cela au mieux un cessez-le-feu temporaire. Le Hamas comprend qu’il doit baisser la tête vis-à-vis de l’Egypte et du Qatar en attendant la prochaine opportunité”, a-t-il averti.

En outre, il a déclaré que les émeutes qui se sont produites en Israël pendant le conflit de mai représentent « le problème le plus urgent dont Israël doit s’occuper – la souveraineté et les troubles à l’intérieur de ses frontières.

Dangot a déclaré qu’une “petite mais problématique partie du secteur arabo-israélien” a exploité les tensions et a vu une combinaison de motifs criminels et nationalistes se réunir pour propager des niveaux de violence sans précédent à l’intérieur d’Israël.

Le front arabo-israélien devenu le plus urgent

Il s’agit d’une situation plus alarmante que les problèmes de sécurité en Cisjordanie, a-t-il déclaré, car dans ce dernier domaine, Israël maintient une forte couverture de renseignement et est capable d’activer efficacement ses forces tout en partageant l’intérêt commun de la stabilité avec l’Autorité palestinienne.

En interne, en revanche, des éléments hostiles tentent d’envoyer des armes dans le secteur arabo-israélien, y compris de sources chiites radicales de Syrie et d’Irak, via la Jordanie et la Cisjordanie en Israël.

“Israël a atteint la croisée des chemins”, a déclaré Dangot. « En interne, il doit rétablir sa souveraineté et faire face aux poches de résistance. Cela signifie arrêter les incitateurs, saisir les armes et créer une dissuasion [contre les défis de sécurité intérieure] ; c’est la priorité n° 1. »

Pour une garde nationale mobilisable à tout moment

“Cela nécessite un nouveau concept stratégique et la constitution d’une force appropriée ; en l’occurrence, une garde nationale avec des ressources adéquates”, a-t-il poursuivi. « Des changements structurels devraient également être apportés à la police israélienne, le district sud étant divisé en deux nouveaux districts. Un district périphérique recevrait de petites forces de réponse rapide, tandis que des forces plus importantes pourraient être concentrées autour de la ville de Beersheva. Cela nécessite une attention immédiate. Même les unités du Commandement du Front Intérieur peuvent être transférées à une garde nationale.”

Israël ne doit pas accepter les divisions et répartitions de nouveaux fronts entre le Hamas à Gaza et d’autres arènes, comme la Cisjordanie et à l’étranger (Turquie, Qatar, Liban), a-t-il soutenu.

Ne pas hésiter à supprimer les éléments actifs à l’étranger

« Par conséquent, Israël doit réagir. Il doit démontrer comment le Hamas à Gaza, au Liban, en Turquie et au Qatar orchestre le terrorisme, et prendre des mesures contre ceux qui le font. Cela inclut des frappes ciblées (éliminations) et des frappes contre des centres de stockage d’armes », a déclaré Dangot.

Il a ajouté que « nous ne devons pas craindre que cela ne perturbe le calme à Gaza. Qu’avons-nous obtenu grâce à ce calme ? Cela n’a pas arrêté le renforcement des forces du Hamas. Nous sommes dans une situation dans laquelle le Hamas a beaucoup à perdre avec l’Egypte ; par conséquent, il comptera jusqu’à trois avant d’agir.

 

 JNS.org.

 

« L’infrastructure terroriste du Hamas devient de plus en plus dangereuse »

Un commentaire

Laisser un commentaire