Assad avait un besoin impératif de l’Iran et cherche à s’en débarrasser

Publié par

Assad a demandé de l’aide aux Iraniens – et ne sait pas comment s’en débarrasser

 

Téhéran envoie des armes, mais le président syrien cherche à rétablir sa souveraineté.

Lilakh Shoval 13/11/2021, 22:11, mis à jour14/11/2021, 06:40

Des forces iraniennes en Syrie pendant la guerre civile , Photo : IP

Les changements récents en Syrie consttuent un bouleversement. Après une décennie de guerre civile sanglante en Syrie, au cours de laquelle des centaines de milliers de personnes ont été tuées et blessées et des millions de personnes ont fui le pays, le président Bashar Assad est revenu au pouvoir. Maintenant, il essaie d’affirmer sa souveraineté sur le pays, mais également sur les facteurs qui l’ont aidé en cours de route, comme la présence de l’Iran, devenue un fardeau.

La décision d’Assad est très intéressante, étant donné qu’il doit beaucoup aux Iraniens et au Hezbollah. Comme vous vous en souvenez peut-être, au début de la guerre civile en Syrie, Assad a subi de nombreuses défaites, mais plus tard l’Iran, le Hezbollah et même la Russie sont venus à son aide et l’ont mené à la victoire. L’Iran et le Hezbollah ont commencé à intervenir en Syrie dès 2012 par le biais de conseils militaires, de transferts d’armes, d’assistance économique et de forces de combat arrivées sur les lieux. Peu de temps après, la Russie a également reconnu l’opportunité de pouvoir avoir un impact dans la région et a commencé à verser de l’équipement, des armes et des forces. Dans la pratique, l’intervention de forces extérieures, notamment russes, a sauvé le régime d’Assad et lui a permis de reprendre le contrôle du pays.

Depuis 2018, le régime syrien s’emploie à rétablir sa souveraineté sur le pays et à réhabiliter l’armée syrienne. A cette époque, tous les territoires qui étaient sous la souveraineté d’Assad avant la guerre civile ne lui sont pas revenus, mais il fait tout son possible pour reprendre le contrôle. Les Iraniens, pour leur part, ont pris l’habitude de faire leurs affaires en Syrie, et ces dernières années ont commencé à s’y implanter et à mettre en place une infrastructure censée leur servir le jour où ils recevront des ordres, également d’éventuelles opérations vis-à-vis d’Israël. Les Iraniens utilisent également le territoire syrien pour le transfert d’armes avancées au Liban.

 

Essayer de rétablir sa souveraineté. Assad, Photo : IPI

Comme mentionné, bien qu’Assad doive beaucoup à l’Iran en raison de l’aide qu’il a reçue dans ses moments difficiles, ces derniers temps, semble-t-il, il n’est plus satisfait de sa présence massive dans son pays. Cette évaluation, qui a également fait surface au sein des services de renseignement israéliens, a été publiquement exprimée la semaine dernière avec la décision d’Assad d’évincer le commandant des forces iraniennes en Syrie, Mustafa Javad Jafari, en raison “d’un activisme excessif et d’une atteinte à la souveraineté syrienne”.

 

Cette évolution montre que les intérêts des Syriens et des Russes se confondent dans une certaine mesure avec les intérêts d’Israël qui, comme on le sait, a récemment accéléré le rythme de ses attaques en Syrie pour chasser les Iraniens du pays et perturber le transfert de armes avancées aux milices chiites en Syrie et au Hezbollah au Liban.

 

Cependant, le fait qu’Assad soit insatisfait de la présence iranienne en Syrie ne l’empêche pas d’ordonner à son armée d’ouvrir le feu antiaérien sur les avions israéliens attaquant la Syrie, et pendant ces attaques, des dizaines de missiles sol-air sont tirés sur les Israéliens. L’Air Force rapporte que par rapport au passé, la réponse syrienne est plus rapide et le temps de réponse des Syriens est raccourci d’environ 20 pour cent.

Bonne coordination entre Israël et la Russie

Au vu des grandes difficultés auxquelles les Iraniens ont été confrontés récemment en Syrie, le taux de leur implantation dans le pays non seulement n’augmente pas, mais diminue également. Il est peu probable que l’Iran disparaisse de la Syrie et, dans la pratique, Téhéran essaie de trouver des solutions tactiques pour réduire sa vulnérabilité et rendre plus difficile pour l’armée de l’air d’agir contre lui. L’une des tactiques adoptées par l’Iran consiste à rapprocher ses atouts militaires des bases russes, où Tsahal fait plus attention à ne pas nuire, à Dieu ne plaise, aux objectifs militaires appartenant à la Russie.

Si, dans un passé pas si lointain, il semblait que les Russes exprimaient leur mécontentement à l’égard de l’activité israélienne en Syrie, il semble récemment qu’Israël ait reçu le feu vert de Moscou et que les attaques israéliennes en Syrie ne s’arrêtent pas – malgré les efforts iraniens pour se rapprocher plus près des bases russes. Cela indique également une bonne et étroite coordination entre Israël et les Russes à travers la “ligne directe” entre les deux pays, ainsi que la précision et la grande sophistication de l’armée de l’air dans la planification des attaques en Syrie.

Ceux qui sont toujours en Syrie, mais moins impliqués dans ce qui se passe, ce sont les États-Unis, qui sont principalement dans la zone d’al-Tanf. Selon divers reportages, Israël attaque occasionnellement depuis la zone où se trouvent les Américains. et apparemment, grâce aux premières informations transmises aux Américains, ceux-ci ont réussi à évacuer leurs hommes de l’endroit. Dans une attaque similaire, attribuée à l’Iran, le domicile du Premier ministre irakien, qui adopte une attitude indépendante envers l’Iran, a été bombardé. Bien qu’Israël soit intéressé par une plus grande implication des États-Unis dans la région, les Américains se sont contentés à ce stade d’une simple condamnation, vraisemblablement parce que l’Iran n’est pas actuellement leur priorité.

D’une manière ou d’une autre, les attaques israéliennes en Syrie risquent de se poursuivre, à la fois en raison de la nécessité opérationnelle, en raison de la fusion d’intérêts avec les Syriens et les Russes et aussi au profit d’une certaine dissuasion contre les Iraniens, qui poursuivent leur programme nucléaire.

 

israelhayom.co.il/

 

Assad a demandé de l’aide aux Iraniens – et ne sait pas comment s’en débarrasser

Laisser un commentaire