Israël veut démontrer au Département d’Etat le bien-fondé du Logiciel-espion NSO

Publié par

Israël fait le forcing pour réhabiliter l’usage circonstancié de NSO

JERUSALEM Certains pouvoirs ont utilisé un logiciel de piratage vendu par NSO Group, une société de surveillance israélienne, pour espionner des journalistes, des groupes d’opposition et des militants des droits de ‘homme. Il y a eu tellement d’allégations d’abus que l’administration Biden a imposé des sanctions à l’entreprise la semaine dernière.

 

Mais le plus grand soutien de l’entreprise, le gouvernement israélien, considère le logiciel comme un élément essentiel de sa politique étrangère et fait du lobbying à Washington pour que l’Etat retire l’entreprise de sa liste noire, ont déclaré lundi deux hauts responsables israéliens.

 

La NSO insiste sur le fait qu’un logiciel qui permet aux gouvernements d’infiltrer à distance et secrètement un téléphone, de surveiller son emplacement et d’en extraire le contenu, vise à aider les pays à lutter contre le crime organisé et le terrorisme.

Mais il y a eu un rythme éffrené de révélations périodiques d’abus, à cause de l’utilisation du logiciel Pegasus pour pirater les téléphones des opposants politiques dans des dizaines de pays.

 

La dernière accusation est survenue lundi, lorsque des experts internationaux en matière de confidentialité informatique ont déclaré que l’entreprise avait mis en place Pegasus contre des “militants des droits palestiniens” (NDLR : qui s’avèrentêtre des membres d’ONG finançant le terrorisme du FPLP et même d’anciens terroristes), soulevant des questions consistant à savoir si, finalement, ce ne sont pas les services secrets du gouvernement israélien lui-même qui était à l’origine du piratage.

 

Lundi 8 novembre, Frontline Defenders a conclu, après contre-vérification avec le Citizen Lab de l’université de Toronto et la cellule digitale d’Amnesty International, que six portables avaient été infectés par le logiciel. Parmi ces six, ceux de Salah Hamouri, ancien terroriste devenu avocat franco-palestinien travaillant pour l’ONG Addameer dont Israël a retiré mi-octobre le statut de résident permanent à Jérusalem, ouvrant la voie à son expulsion, et de l’Américano-Palestinien Ubai el-Aboudi, directeur de Bisan (mis en cause comme associé au FPLP).

De gauche à droite : Ahmed Saadat secrétaire général du FPLP link, puis le barbare Samir Kuntar (FPLP) link link link link, Marwan Barghouti (Tanzim) link link link et Salah Hamouri (FPLP) link.

Source : danilette.com/
Même les pires ont droit à un avocat, y compris quand « l’avocat  » lui-même fait partie des pires sanguinaires terroristes

Si ces nouvelles allégations sont prises au sérieux, l’affaire serait utilisée comme un nouvel exemple d’utilisation de logiciels contre des supposés “défenseurs des droits de l’homme” et le premier exemple connu de son utilisation en Israël et dans les territoires disputés.

Le bureau du Premier ministre israélien et le ministère de la Défense ont démenti que Pegasus ait été utilisé pour pirater des téléphones palestiniens. Une porte-parole de NSO a déclaré que la société n’avait pas précisé qui utilisait le logiciel et n’avait pas accès aux informations sur les personnes contre qui le logiciel était utilisé.

Mais le fait que de tels rapports puissent conduire à une rupture des relations avec les États-Unis a alarmé le gouvernement israélien, ont déclaré de hauts responsables, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour discuter de questions de sécurité nationale et de relations diplomatiques.

 

En imposant des sanctions, le département américain du Commerce a déclaré que le NSO avait agi contrairement aux intérêts de la sécurité nationale ou aux intérêts de la politique étrangère américaine. Si les États-Unis accusent le NSO d’agir contre ses intérêts, ont déclaré des responsables, alors ils accusent implicitement Israël, qui accorde la licence du logiciel, de faire de même.

Israël insiste sur le maintien d’un contrôle strict sur les licences, avec un processus d’examen par le ministère de la Défense mis en place en partie pour s’assurer qu’aucun accord commercial ne mettrait en péril les relations d’Israël avec les États-Unis.

La campagne pour lever les sanctions contre NSO et une deuxième société, Candiru, cherchera à convaincre l’administration Biden que leurs activités restent d’une importance primordiale pour la sécurité nationale des deux pays, ont déclaré des responsables.

Ils ont également déclaré qu’Israël serait prêt à s’engager à une surveillance beaucoup plus stricte des licences de logiciels.

En plus du processus d’examen du ministère israélien de la Défense, le marché mondial des logiciels espions est en grande partie non réglementé. Les personnes ciblées par le logiciel espion Pegasus dans le passé comprennent des personnes proches de Jamal Khashoggi, dissident et chroniqueur saoudien tué par des agents saoudiens en 2018 ; des journalistes d’investigation en Hongrie ; et des avocats au Mexique.

L’enquête qui a révélé que le logiciel a été utilisé contre des militants palestiniens proches ou membres du FPLP terroriste, d’abord rapportée par l’Associated Press  n’a pas identifié de manière concluante quel gouvernement a utilisé Pegasus dans cette affaire.

Mais cela soulève de nombreuses questions sur le rôle non seulement de NSO mais aussi d’Israël, a déclaré Adam Shapiro, porte-parole de Front Line Defenders, un groupe de défense des droits basé à Dublin, qui a mené l’enquête avec Amnesty International et Citizen Lab , un cyber-observateur affilié à l’Université de Toronto.

Il y a tellement d’options auxquelles on peut faire confiance ici, a déclaré M. Shapiro, et les actions précédentes du gouvernement israélien soulèvent de réelles questions sur ce qui se passe ici et de sérieux doutes sur tout démenti du gouvernement.

Les dernières allégations marquent la convergence de ce qui était autrefois deux problèmes diplomatiques distincts pour Israël : l’interdiction le mois dernier de six groupes de défense des droits palestiniens qu’il accusait d’être dirigés par des chefs de file d’un groupe terroriste interdit (FPLP) , et son long soutien à NSO, qui fonctionne avec des licences délivrées par l’État.

L’analyse indique que quatre des six Palestiniens dont les téléphones ont été piratés étaient des employés de groupes illégaux.

En vertu de la politique du gouvernement israélien, Pegasus ne peut pas être utilisé par un gouvernement étranger contre des numéros de téléphone israéliens, tels que ceux appartenant à des Palestiniens appartenant à des groupes illégaux. Une agence gouvernementale israélienne, cependant, aurait le pouvoir d’utiliser le logiciel contre un numéro israélien.

Le mois dernier, le gouvernement israélien a affirmé que six groupes palestiniens avaient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qui est considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays.

Les groupes, qui font l’objet d’une enquête israélienne depuis le début de cette année, ont conjointement nié les allégations israéliennes.

Citant des preuves secrètes qu’il n’a pas rendues publiques, le ministère israélien de la Défense a déclaré que les groupes avaient reçu des dons de pays et d’institutions européens destinés à des activités humanitaires et liées aux droits de l’homme, et qu’ils avaient plutôt envoyé de l’argent au Front populaire. Les responsables ont déclaré que la définition des six organisations était basée sur des renseignements généraux supplémentaires, y compris des informations classifiées fournies à plusieurs services de renseignement et organismes chargés du la sécurité en Europe et aux États-Unis.

Le Shin Bet, le service de sécurité intérieure d’Israël, a refusé de répondre aux questions sur le contenu de ces informations supplémentaires et classifiées, ou s’il s’agissait de logiciels espions de NSO.

Des informations solides et claires ont été présentées, liant les activités des organisations respectives au Front populaire de libération de la Palestine, a déclaré un porte-parole du Shin Bet.

Un document du Shin Bet en mai, résumant une partie de cette enquête, obtenu et vérifié par le New York Times, n’a fourni aucune preuve concluante d’une conspiration entre les groupes et le Front populaire. Cependant, un responsable israélien a déclaré que ce résumé ne détaillait pas les principales preuves contre les six groupes.

Le Front populaire s’est fait connaître dans les années 1960 lorsque ses membres ont détourné plusieurs avions de passagers et ont assumé la responsabilité d’attaques, lors d’un soulèvement palestinien dans les années 2000, y compris l’assassinat de Rehavam Zeevi, un ministre israélien.

Israël a déclaré que les membres du Front populaire contrôlaient les finances de six groupes illégaux.

Les six groupes Addameer ; Al Hak ; Bisan ; Protection des enfants internationaux-Palestine ; l’Union des comités de femmes palestiniennes ; et l’Union des commissions du travail agricole affirme qu’elle est ciblée pour réduire son travail au silence alors qu’elle dénoncerait des “violations des droits de l’homme”.

Les six groupes se disent impliqués de diverses manières dans l’information des abus commis par Israël ; par l’Autorité palestinienne, qui gouverne la Cisjordanie ; et le Hamas, qui dirige Gaza. Ils représentent également les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes et prétendent promouvoir les droits des enfants, des femmes et des agriculteurs.

Certains des groupes ont témoigné devant les procureurs de la Cour pénale internationale, qui enquêtent sur des politiciens et des responsables militaires israéliens, y compris l’actuel ministre de la Défense Benny Gantz, pour d’éventuels “crimes de guerre”. Ils ont souvent partagé des documents avec les principaux groupes internationaux de défense des droits, tels qu’Amnesty International et Human Rights Watch financés par Soros, et ont été fréquemment cités dans les médias internationaux.

 

Le document résumant certaines parties de l’enquête du Shin Bet a été initialement fourni par l’agence de renseignement à des groupes de donateurs européens et à des responsables américains dans le but de convaincre ces derniers de la légitimité de leurs enquêtes. Une version de celui-ci a été révélée pour la première fois la semaine dernière dans deux médias israéliens et un partenaire américain, .

Mais au lieu de détailler les preuves spécifiques contre les six groupes, le document se concentre sur les allégations contre une septième organisation, le Comité de travail sur la santé. Il contient principalement des allégations, recueillies lors de l’interrogatoire israélien, de deux anciens comptables du Health Work Committee, qui ont été licenciés de leurs postes en 2019.

Les deux comptables ont affirmé que d’autres organisations illégales étaient contrôlées par des membres du Front populaire, mais ont parfois admis que certaines de ces allégations étaient fondées sur des conjectures.

Les gouvernements irlandais et néerlandais ont déclaré qu’Israël n’avait pas encore fourni de preuves crédibles des liens entre les six groupes et le terrorisme.

Mais un responsable israélien a déclaré que le but du dossier divulgué était de convaincre les Européens et les Américains de la culpabilité du Health Work Committee, et non des six autres groupes, et que des preuves plus définitives et secrètes sur les six organisations avaient été fournies aux responsables américains, ces dernières semaines.

Nous rejetons l’affirmation selon laquelle le matériel présenté dans diverses entités américaines est circonstanciel et insatisfaisant, a déclaré une porte-parole du Shin Bet.

Patrick Kingsley a fait le reportage de Jérusalem et Ronen Bergman de Tel Aviv. Gabby Sobelman a contribué aux reportages de Rehovot, Israël ; et Myra Noveck de Jérusalem.

 

Pour le NYT

Un commentaire

Laisser un commentaire