Le FPLP et les 7 ONG, par Albert Naccache

Publié par

Le FPLP et les 7 ONG

Chronique d’un papy flingueur Albert NACCACHE

 
Rina Shnerb

Le FPLP (Front populaire de libération de la Palestine), fondé par George Habache en 1967, a été classé comme organisation terroriste par l’UE, les États-Unis, Israël et d’autres pays. Il est l’auteur de nombreux attentats en Israël et dans le monde, depuis les détournements d’avions des années 1970. Pour la période récente, on peut citer l’assassinat du ministre israélien du Tourisme, Rehavam Zeevi, le 18 octobre 2011, le massacre de la synagogue de Har Nof en 2014 et le meurtre de Rina Shnerb âgée de 17 ans, le 23 août 2O19.

 
Sigle FPLP

 

Résistance ou terrorisme ? Telle est la question !

Un terroriste palestinien qui reconnait l’assassinat d’un civil pour des motifs «nationalistes» et condamné à ce titre et emprisonné. Par une mystérieuse alchimie, il est aussitôt transformé en «prisonnier politique» par les ONG humanitaires du monde entier.

 

Benny Gantz : six «ONG» du FPLP sont des organisations terroristes

        

Le 21 octobre 2021, le ministre israélien de la défense a identifié six ONG palestiniennes, qui opèrent sous le couvert d’activités civiles, comme des organisations terroristes. Précédant cette annonce, le ministère des Affaires étrangères avait informé les principaux pays européens qui contribuent financièrement à ces organisations. Ainsi, entre 2014 et 2021, une dizaine de gouvernements leur ont transféré plus de 200 millions d’euros.

 

En classant ces six associations comme organisations terroristes, Israël se donne le droit de fermer leurs bureaux ou encore d’arrêter et d’emprisonner leurs employés.

Cette décision permet surtout «de mettre la pression sur les bailleurs de fonds étrangers», dont la France fait partie et de «mettre fin» à ces financements. Les six organisations désignées sont :  l’Institut juridique Addameer, l’organisation Al-haq, le Comité d’Activités Agricoles (UAWC), l’Union of Palestinian Women’s Committees (UPWC), l’Institut de recherche Bisan, le Mouvement mondial pour la protection de l’enfance – Branche Palestine (DCI-P)

1/ Addameer Prisoner Support and Human Rights Association

Parrainé par l’Irlande, la Norvège, l’Espagne, la Suisse et l’Allemagne, Addameer fournit un soutien juridique et social de première importance aux «prisonniers politiques» palestiniens – qui ont souvent du sang sur les mains- et à leurs familles. Plusieurs dirigeants de l’organisation sont membres du FPLP, comme Khalida Jarrar, qui a été vice-présidente d’Addameer. Aujourd’hui, le président  et deux autres avocats d’Addameer représentent les tueurs de Rina Shnerb.

2/ Al-Haq Law in the Service of Man (Al-Haq),

Financée par l’Union européenne, la Norvège, l’Irlande, la France, l’Italie et l’Espagne, Al-Haq, qui se présente comme une ONG de «défense des droits de l’homme», «l’avant-garde de la protection des droits de l’homme pour les palestiniens» est en réalité un des principaux acteurs du lawfare – la guerre juridique contre Israël. Avec pour principales actions : Coordination de nombreuses campagnes BDS et des actions devant la CPI. Al-Haq s’est fixée comme objectif de fournir «des preuves à la Cour Pénale Internationale» sur de présumés crimes de guerre commis durant les guerres à Gaza. Malgré ses liens établis avec le FPLP, Al-Haq a remporté de nombreux prix internationaux.

3/ l’Union of Agricultural Work Committees (UAWC),

L’union des comités de travail agricole financée par la France, les Pays-Bas, l’Espagne, la Norvège, l’Allemagne et l’ONU et responsable de la mise en œuvre du contrôle agricole de la zone C, légalement sous la juridiction d’Israël. Deux membres de haut rang de l’organisation ont été arrêtés car soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat de Rina Shnerb.

4/ l’Union of Palestinian Women’s Committees (UPWC).

5/ Bisan Center for Research and Development,

6/ Defense for Children International-Palestine (DCI-P).

La section palestinienne de l’organisation Defense for Children International-Palestine (DCI-P), basée à Genève est financée par l’Union européenne, l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique et les Nations Unies. Elle mène la campagne pour accuser Israël d’abuser des détenus palestiniens, tout en ignorant leur implication dans le terrorisme.

7/ Samidoun

La 7ème organisation Samidoun avait déjà été désignée comme terroriste par Benny Gantz le 21 février 2021. L’objectif officiel de Samidoun est d’assister les prisonniers palestiniens dans leur lutte pour être libérés de prison. Cependant, dans la pratique, il sert de façade pour le FPLP à l’étranger. L’organisation joue également un rôle important dans les efforts de propagande anti-israélienne du FPLP, la collecte de fonds et le recrutement d’activistes [au profit du FPLP]. Ces activités complètent la lutte armée.

Samidoun Palestine Vaincra

 
 

Palestine Vaincra : une façade pour le FPLP

Samidoun est représenté en France par Palestine Vaincra qui est le successeur du collectif anti-impérialiste Coup Pour Coup 31. Durant dix ans Coup pour coup agit en toute liberté ! «Durant 10 ans, nous avons construit pied à pied et souvent à contre-courant le soutien au communiste arabe Georges Abdallah qui en 2009 était largement méconnu à Toulouse. …. Durant 10 ans, nous avons soutenu la Résistance palestinienne et ses combattant•e•s emprisonné•e•s. En particulier, nous avons défendu et promu la gauche palestinienne, en premier lieu le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), … Fort•e•s de notre participation au réseau international de soutien aux prisonnier•e•s palestinien•ne•s Samidoun ;Fort•e•s d’une nouvelle dynamique positive à la fois de recrutement et d’intervention sur Toulouse structurée autour du soutien à la Palestine et sa résistance». [1]

Lors du briefing de présentation, le haut fonctionnaire a déclaré aux journalistes que les renseignements reliant les organisations au FPLP étaient «irréfutables et comprenaient des preuves sans équivoque, notamment des séquences vidéo, des photos et des reçus de paiement, qui lient lesdits groupes au soutien d’activités terroristes».

Terroristes en costume

En 2019, le gouvernement israélien a publié un document intitulé «Terroristes en costume» qui présente les «liens entre les ONG qui font la promotion du BDS et les organisations terroristes».

 
Terroristes en costume

On assiste à nouveau au ballet rituel  

Michelle Bachelet : «l’ONU dénonce une décision arbitraire». Le 28 octobre 2021 est décrété Journée mondiale d’action pour la protection de la société civile palestinienne. Une pétition est lancée pour «Soutenir la Société Civile Palestinienne – Pour Défendre les Droits Humains». CAPJPO organise un rassemblement à Paris le 31 octobre 2021.

L’Association France Palestine Solidarité, La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, Chrétiens de la Méditerranée, et l’AURDIP d’Ivar Ekeland dénoncent l’initiative israélienne. Les communiqués fusent: communiqué conjoint d’Amnesty International et de Human Rights Watch, communiqué de la Campagne BDS France Montpellier, syndicats et ONG belges : Pierre Barbancey de l’Humanité considère que cette «offensive contre des associations est digne des régimes totalitaires». B’Tselem s’affirme solidaire de nos collègues palestiniens dénonce une mesure draconienne contre les droits humains…

Hagai El-Ad et Shawan Jabarin

 
 

      Hagai El-Ad et Shawan Jabarin, Directeurs de B’Tselem et Al Haq, en 2018 lors de la remise du Prix des droits de l’homme de la République française.

FPLP Poursuivre le terrorisme

Une fille au bandeau FPLP

À l’occasion de l’anniversaire de l’assassinat du ministre israélien, le FPLP s’engage à poursuivre le terrorisme, célèbre l’assassinat du ministre israélien du Tourisme Rehavam Ze’evi et promet de «continuer la résistance» jusqu’à détruire entièrement Israël. «Nos fusils sont propres et purs contre l’ennemi … Le meilleur exemple de l’influence et de la présence du FPLP a été le meurtre de Rina Shnerb».

Le FPLP a célébré son «coup» en Israël : «la résistance est un choix stratégique du point de vue du FPLP et le FPLP continuera ainsi quels que soient les sacrifices, car c’est la seule voie vers la libération et le retour». L’assassinat de Rina Shnerb est mentionné comme un exemple de cette «résistance» – un euphémisme bien connu du FPLP pour désigner le terrorisme.

[1] Voir mon article «Vers la dissolution de “Palestine vaincra” paru dans Temps et Contretemps du 17 avril 2021

Abert Naccache

benillouche.blogspot.com

Un commentaire

Laisser un commentaire