La Russie vend du matériel avancé à l’Iran, malgré l’accueil chaleureux à Bennett

Publié par

Matériel russe air/mer avancé pour l’Iran, malgré l’accueil chaleureux de Poutine pour Bennett à Sotchi

 

Poutine confirme son amitié envers Israël

À Sotchi, le président Vladimir Poutine a prolongé ses entretiens avec le Premier ministre en visite Naftali Bennett de deux à cinq heures le vendredi 22 octobre, alors qu’ils se promenaient dans son domaine de la mer Noire et sa résidence privée à Sotchi.

 

Bennett n’a pas réussi à obtenir de son hôte le soutien sur la question nucléaire iranienne. Leur interprète, le ministre israélien du Logement Zeev Elkin a rapporté plus tard que Poutine avait exhorté son invité à poursuivre la politique de son prédécesseur, Netanyahu, sur les relations avec Moscou. Il a indiqué que la campagne de frappes aériennes d’Israël pour réduire la présence iranienne et par procuration en Syrie pourrait se poursuivre, tant que le Premier ministre Bennett prendrait soin d’éviter de renverser le régime d’Assad, au renfort duquel Moscou s’est fortement investi.

L’industrie d’armement russe principal fournisseur de l’Iran

Mais le souverain russe a essentiellement opéré ce jour-là en suivant deux pistes. À Moscou, le ministre de la Défense Sergueï Choïgou et le chef d’état-major, le général Valery Gerasimov, se sont entretenus avec le chef des forces armées iraniennes, le général Mohammad Hossein Bagheri (image plus haut), pour conclure une importante série de transactions d’armes de plusieurs milliards de dollars. 

Selon les sources de DEBKAfile, l’une d’elles couvrait la vente à l’Iran de navires de guerre russes, dont des croiseurs, des destroyers lance-missiles et des sous-marins ; l’autre était composé d’avions de combat russes avancés pour l’armée de l’air iranienne et d’une variété de roquettes.

La Mer Rouge débouche à Eilat…

Les accords maritimes font suite à la décision de Téhéran de réorganiser et de moderniser sa marine pour éviter de prendre du retard dans le rapport de forces en cours dans le golfe d’Oman, la mer d’Oman et la mer Rouge, où les États-Unis ont le dessus. Une présence navale iranienne renforcée en mer Rouge affecterait directement la sécurité d’Israël depuis le sud et ses routes maritimes vers l’Extrême-Orient.

 

Entre le 17 etle 21 octobre où il a quitté la Russie , le général Baghari a visité le siège de commandement de la Marine à Saint – Pétersbourg et s’est fait escorter sur une tournée des bases de la marine russe par le chef adjoint le vice – amiral Vladimir Kasatonov. Il a également visité la base navale baltique de la marine russe à Kronshtadt, à 30 km à l’ouest de Saint-Pétersbourg, où il a eu l’occasion de monter à bord d’un certain nombre de navires de guerre et de sous-marins pour un examen plus approfondi.

À son retour chez lui, le chef de l’armée iranienne a déclaré le 22 octobre à un journaliste de la radio d’État : « La conclusion d’accords d’armement [avec Moscou] et leur mise en œuvre dans un avenir proche approfondiront considérablement nos relations ».

Advanced air/sea Russian hardware for Iran amid Putin’s warm welcome for Bennett at Sochi

Un commentaire

Laisser un commentaire