Le mouvement BDS montre son hypocrisie en boycottant Israël mais pas la Chine

Publié par

 

Sally Rooney en janvier 2020 à Pasadena, Californie (Erik Voake/Getty Images pour Hulu)

Il y a un décalage révélateur dans la façon dont Israël est perçu par les pays arabes et par les gauchistes occidentaux. Les États arabes ont de plus en plus accepté la légitimité d’Israël et font des affaires avec lui. Les gauchistes nient de plus en plus la légitimité d’Israël et refusent de faire des affaires avec lui.

 

La semaine dernière à Washington, le secrétaire d’État Antony Blinken a accueilli les ministres des Affaires étrangères d’Israël et des Émirats arabes unis (EAU) pour s’appuyer sur les fondements des accords d’Abraham conclus sous l’administration Trump. L’année dernière, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc se sont joints à la Jordanie et à l’Égypte pour établir des relations diplomatiques avec l’État juif. Les Israéliens et les Emiratis peuvent désormais se rendre dans les pays de l’autre sans visa, et plus de 250 000 Israéliens ont visité les Émirats arabes unis l’année dernière. Le commerce bilatéral entre les deux pays a déjà atteint 675 millions de dollars et devrait croître rapidement.

 

L’antisionisme noyaute le Congrès américain

Pourtant, alors que le monde arabe accueille de plus en plus Israël, de plus en plus de progressistes occidentaux le fuient. La semaine dernière, la romancière irlandaise Sally Rooney, qui a soutenu le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), a annoncé qu’elle n’autoriserait pas une maison d’édition israélienne à publier son dernier roman. Cela survient après que neuf membres de la Chambre – huit démocrates d’extrême gauche et un républicain d’extrême droite – ont voté contre le financement du système de défense antimissile Dôme de Fer d’Israël. (Deux autres progressistes, dont la représentante Alexandria Ocasio-Cortez (DN.Y.), ont voté « présent . ») Au cours du débat, la représentante Rashida Tlaib (D-Mich.) a décrit Israël comme un « régime d’apartheid ». Et cela, à son tour, vient après que Ben & Jerry’s a annoncé qu’il cesserait de vendre ses glaces en Cisjordanie, car cela serait « incompatible avec nos valeurs ».

 

Des Arabes israéliens plus libres que ne le seront jamais les autres Arabes

L’affaire contre Israël a été étayée par un rapport d’avril de Human Rights Watch l’accusant d’avoir commis des « crimes contre l’humanité », y compris « l’apartheid et la persécution ». Les Israéliens palestiniens sont confrontés à la discrimination (comme les musulmans en Europe), mais rien à voir avec le système formel d’oppression de l’apartheid en Afrique du Sud, dont les « lois sur les laissez-passer » dictaient où les Noirs pouvaient vivre et travailler. En effet, 1,9 million d’Arabes vivant en Israël sont en mesure d’exercer des droits politiques refusés aux citoyens de presque tous les États arabes. Les Arabes siègent à la Knesset et à la Cour suprême israélienne, et ils font partie de la coalition gouvernementale. Dans l’ensemble, Israël est l’État le plus libre de toute la région – le seul endroit au Moyen-Orient où des dizaines de milliers de personnes peuvent défiler pour leur fierté LGBTQ.

 

La situation est, certes, plus préoccupante en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. L’expansion des implantations israéliennes en Cisjordanie et les restrictions israélo-égyptiennes persistantes sur les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur de Gaza imposent un lourd tribut aux Palestiniens. Certes, on peut envisager que l’expansion des implantations israéliennes doive cesser et que les implantations illégales doivent être démantelées. Mais les critiques d’Israël perdent de vue la perspective, s’ils imaginent qu’il peut simplement retirer toutes ses forces de sécurité de Cisjordanie et lever tous ses contrôles aux frontières de Gaza sans mettre en danger ses propres citoyens.

 

Baisser la garde met aussitôt en danger de mort

Israël a évacué ses résidents et ses troupes de Gaza en 2005, et le résultat n’a pas été la paix mais la montée d’un régime génocidaire du Hamas qui cherche l’anéantissement d’Israël. L’Autorité palestinienne coopère étroitement avec les forces israéliennes en Cisjordanie pour éviter une autre prise de contrôle du Hamas là-bas. Human Rights Watch a reconnu que « les groupes armés palestiniens ont également commis des crimes de guerre, y compris des attaques à la roquette aveugles tirées vers des centres de population israéliens », mais a ignoré la conséquence évidente : un retrait total d’Israël permettrait à ces groupes armés d’avoir accès à des armes plus puissantes et de commettre même de pires atrocités.

Comment Israël survivra-t-il s’il ne peut pas se protéger contre les enclaves terroristes situées aussi près que Bethesda, dans le Maryland, à l’est de DC ?

 

Une haine exclusive

Cela, hélas, ne semble guère préoccuper ses critiques les plus ardents. Le mouvement BDS exige un « droit de retour » en Israël pour 7,25 millions de descendants de réfugiés palestiniens, ce qui signifierait qu’Israël (qui compte 6,8 millions de Juifs) cesserait d’être un État à majorité juive. Les militants anti-israéliens devraient se demander pourquoi ils sont d’accord avec au moins 45 États à majorité musulmane dans le monde – y compris des violateurs notoires des droits humains tels que l’Iran, l’Arabie saoudite et la Syrie – mais qu’ils refusent d’accepter le seul État juif ?

Ils devraient aussi se demander pourquoi ils sont davantage mobilisés par les violations des droits humains soi-disant commises par Israël, démocratie libérale, que par des dictatures qui commettent des délits bien plus odieux. Si un pays est coupable d’apartheid, c’est bien la Chine, qui commet des crimes contre l’humanité à la fois au Xinjiang et au Tibet. Ses actions contre les Ouïghours musulmans ont même été qualifiées de génocide. Dans les deux régions, Pékin tente d’effacer toute une culture et une religion. En revanche, Israël autorise la liberté de religion pour tous.

 

Saly Rooney publiée par le Laogaï postmaoïste, mais pas en hébreu!

Pourtant, il n’y a pas de mouvement BDS ciblant la Chine. Sally Rooney ne veut pas que son nouveau roman soit publié en Israël, mais son best-seller « Normal People » a été publié en Chine par une maison d’édition étroitement liée au régime communiste tyrannique. Cela témoigne d’un double standard inexcusable.

J’hésite à lancer des accusations d’« antisémitisme », et j’admets librement qu’il est juste de critiquer les actions israéliennesje le fais moi-même ). Mais il est indéniable que les partisans du BDS affichent une animosité étrange et sélective contre l’État juif. Ils devraient se demander pourquoi ils sont plus anti-israéliens que de nombreux États arabes.

Avis de Max Boot

Journaliste

washingtonpost.com

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :