Nasrallah dresse ses 100.000 combattants contre le parti chrétien de Geagea

Publié par

Nasrallah : Le parti chrétien veut une guerre civile? Nous avons 100 000 combattants

Sept chiites ont été tués dans une bataille dans les rues de Beyrouth, qui, selon le Hezbollah, a commencé lorsque des tireurs d’élite chrétiens ont tiré sur des manifestants soutenant l’organisation. Nasrallah a déclaré hier soir que le parti chrétien, les « Forces libanaises », voulait une guerre civile : « Le parti est le plus grand danger pour le Liban. Ce qui s’est passé jeudi était un massacre. A l’ombre des tensions : Le juge que le Hezbollah demande à évincer pourrait rendre son avis sur la catastrophe du port demain.

Par Liyad Osmo

 
Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a évoqué hier soir (lundi) une bataille qui a eu lieu la semaine dernière dans les rues de Beyrouth – au cours de laquelle des chiites soutenus par le Hezbollah ont été abattus par des tireurs d’élite.
 
 
14 Voir la galerie

Les combattants chiites Hassan Nasrallah

A droite : les chiites pendant la bataille de Beyrouth. A gauche : Nasrallah dans son discours
( Photo: AFP, Reuters )
 
Des violences ont éclaté à Beyrouth jeudi après-midi alors que des membres du Hezbollah et des chiites marchaient sur le palais de justice situé dans un quartier chrétien de la ville pour protester contre le juge Tarek al-Bitar – qui dirige l’enquête sur l’attentat à la bombe de Beyrouth de l’année dernière, qui a fait 219 morts. Le Hezbollah et ses alliés demandent la destitution du juge au motif qu’il serait politiquement partial et a l’intention d’imposer à l’organisation de Nasrallah la responsabilité d’avoir fait exploser les quantités de nitrate d’amonium présents au fil des années dans le port. Demain, le juge al-Bitar pourrait donner son avis sur l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth – un avis qui pourrait être particulièrement explosif.
 

Des combattants chiites du Hezbollah et du mouvement Amal lors d'un échange de tirs à Beyrouth et au Liban

Des partisans chiites d’Amal et du Hezbollah lors d’un échange de coups de feu à Beyrouth
( Photo: AFP )

Des combattants chiites du Hezbollah et du mouvement Amal lors d'un échange de tirs à Beyrouth et au Liban

 
( Photo: AFP )

Des combattants chiites du Hezbollah et du mouvement Amal lors d'un échange de tirs à Beyrouth et au Liban

 
( Photo: AFP )
Lors de la marche vers la salle d’audience de Beyrouth, lorsque les manifestants ont franchi la frontière entre un quartier chiite et un quartier chrétien, des snipers auraient ouvert le feu depuis les toits et les balcons des immeubles voisins. Les partisans du Hezbollah et d’Amal ont riposté aux tireurs d’élite, et une bataille de quatre heures s’est ensuivie entre les parties – ne se terminant qu’après une intervention militaire. Sept personnes, toutes chiites, ont été tuées dans la bataille à Beyrouth et des dizaines d’autres ont été blessées.
 
 
La bataille a rappelé aux habitants de Beyrouth la guerre civile libanaise qui a commencé en 1975 et s’est terminée en 1990. Les dirigeants libanais ont alors appelé à calmer le jeu et à tirer les leçons de la guerre civile.

Des soldats de l'armée libanaise lors d'un échange de tirs entre chiites et chrétiens à Beyrouth

Des soldats de l’armée libanaise ont été appelés dans la région
( Photo: Reuters )

Des soldats de l'armée libanaise lors d'un échange de tirs entre chiites et chrétiens à Beyrouth

 
( Photo: AFP )

Des soldats de l'armée libanaise lors d'un échange de tirs entre chiites et chrétiens à Beyrouth

 
( Photo: AFP )

Des soldats de l'armée libanaise lors d'un échange de tirs entre chiites et chrétiens à Beyrouth

 
( Photo: EPA )
Le chef des forces libanaises Samir Geagea a nié au cours du week-end que ses hommes avaient planifié et initié les combats de rue. Un jour après que la première page d’un journal affilié au Hezbollah ait décrit Geagea comme Adolf Hitler, l’accusant d’être responsable de la fusillade contre le Hezbollah et Amal, Geagea a affirmé que le fait que les membres de son organisation se trouvaient dans la région ne signifiait pas qu’il s’agissait d’un attaque pré-planifiée.
 
ILe Hezbollah, le pieux allié de l’Iran chiite, a accusé Geagea et ses hommes d’avoir délibérément utilisé des forces pour entraîner le Liban dans une guerre civile. Les forces de Geagea sont proches de l’Arabie saoudite, le plus grand rival de l’Iran.
 

En couverture du journal libanais Al-Akhbar, Samir Jaja est présenté comme Hitler

 
 
Dans son discours d’hier soir, Nasrallah a déclaré : « Les événements qui ont eu lieu jeudi dernier sont des incidents très graves, et différents des incidents similaires qui ont eu lieu récemment. Ils veulent s’emparer des quartiers, et créer un ennemi imaginaire perpétuel pour les habitants. Ils sont intéressés par une guerre civile, car son résultat sera un changement démographique et l’établissement d’un canton chrétien dont ils seront l’agent de contrôle. »
 
« Le chef de ce parti a rencontré des chrétiens au Liban et a essayé de les faire vivre dans la peur des musulmans, de créer chez eux une peur existentielle. Ce parti, ce sont les « forces libanaises », qui essaient de se présenter comme le porte-drapeau de l’existence du christianisme au Liban. Nous n’avons pas répondu à ce parti.
 
« Jeudi, c’était un massacre. C’est une nouvelle étape pour nous lorsqu’il s’agit de traiter des affaires intérieures », a déclaré le secrétaire général de l’organisation terroriste chiite, ajoutant que « les Forces Armées Libanaises et le président du parti sont le plus grand danger pour le Liban. » Lors de son discours, Nasrallah a refusé de citer le nom de Geagea, le président des « Forces libanaises ».

Liban Beyrouth partisans du Hezbollah et Amal Funeral for the dead in the city's street battles with the Christians

Aux funérailles des victimes du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth
( Photo: AFP )

Liban Beyrouth partisans du Hezbollah et Amal Funeral for the dead in the city's street battles with the Christians

 
( Photo: EPA )

Liban Beyrouth partisans du Hezbollah et Amal Funeral for the dead in the city's street battles with the Christians

 
( Photo: EPA )

Liban Beyrouth partisans du Hezbollah et Amal Funeral for the dead in the city's street battles with the Christians

 
( Photo: Reuters )
Nasrallah a continué à attaquer le parti chrétien et a déclaré à propos de ses hommes : « Ils ont lancé une campagne, ont commis un massacre. Tout ce qui a été publié au nom du parti ‘Forces libanaises’ et de son président en assume l’entière responsabilité. Qu’ont-ils fait? Ils se sont rendus dans les mêmes quartiers (où les manifestants du Hezbollah et d’Amal ont défilé) et leur ont dit qu’il allait y avoir une invasion de leur quartier.
 
La représentation du Hezbollah comme un ennemi est une illusion, un mensonge. Les « forces libanaises » sont celles qui ont assuré la protection de Jabhat al-Nosra et des organisations takfiries au Liban et en Syrie. Vous pouvez demander dans les régions chrétiennes de Syrie comment le Hezbollah a agi pour les protéger. »

 

« Nous avons 100 000 combattants, Israël vous aidera-t-il ? »

 
Dans son discours, Nasrallah a tenté de montrer que le Hezbollah ne constitue pas une menace pour les chrétiens du Liban – et a affirmé que la menace contre eux venait du parti de Geagea. A propos du président des forces libanaises, Nasrallah a déclaré :
 
« L’Etat et tous ses citoyens doivent faire face à ce tueur, le criminel, le boucher, et le priver de son projet de guerre civile ».
 
Dans un message ferme au parti chrétien, le secrétaire général du Hezbollah a déclaré : « Considérez que le cadre militaire du Hezbollah compte à lui seul 100 000 combattants. La structure militaire du Hezbollah comprend des hommes entraînés et organisés, avec de l’expérience et de l’esprit guerrier. 100 000 combattants avec des armes différentes et variées.
 
 
Nous les avons formés pour protéger notre terre, notre pétrole et notre gaz qui sont volés aux yeux des Libanais, et pour protéger l’honneur et la souveraineté de notre pays de toute agression et terrorisme – et non pour la guerre interne. »

Secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah Liban

« Ne vous méprenez pas sur vos calculs. » Le discours de Nasrallah hier soir
( Photo: AFP )
« Nous ne sommes jamais faibles ou impuissants. Nous avons des principes, des objectifs, un message, une loi et une morale. Nous exposons d’abord le nombre de nos combattants pour empêcher une guerre civile et non pour menacer d’une. C’est pourquoi je dis au Parti des Forces libanaises et à son Président
 
« Ne faites pas d’erreurs dans vos calculs. Asseyez-vous, réfléchissez et apprenez de vos guerres et des nôtres. »
Nasrallah a affirmé que le Hezbollah « n’a jamais été plus fort », ajoutant : « Nous nous vengerons des tueurs. Les morts sont comme des espaces de résistance ».
 
Il a déclaré que l’objectif pour lequel des milliers de victimes étaient mortes était que le Liban soit « sûr et stable », notant que les États-Unis étaient intéressés par une guerre civile
 
 

3 commentaires

  1. Les deux organisations chiites, Amal [ara.: l’espoir] et la milice terroriste du Hezbollah [ara.: parti de Dieu] ont jeté quelques centaines de leurs partisans, probablement un peu plus d’un millier, dans la rue. Ils se dirigent vers le ministère de la Justice (et le Palais de Justice, situé dans le même complexe) tout proche.
      Les  » manifestants « , presque uniquement des hommes, sont renforcés par des miliciens armés jusqu’aux dents et leurs fameux 4×4 Toyota noirs aux vitres teintées qui sèment la terreur dans tout le pays.
      On veut donner une impression de force et exiger – rien de moins – la démission du juge d’instruction Tarek Bitar, chargé de l’enquête dans l’affaire de l’explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth.
      Une déflagration qui a ôté la vie à 214 Beyrouthins, en a blessé près de 7 000, et a endommagé la moitié des habitations de la capitale.
    Au Liban, dès l’âge de huit ans, tout le monde sait pertinemment que le Hezbollah est à l’origine de cette monstrueuse catastrophe, encore faut-il le démontrer devant les tribunaux.
     
    Or le juge Bitar avance rapidement depuis le mois de juillet ; il appartient à la catégorie des magistrats incorruptibles. Quelques jours après sa nomination en février, il avait déclaré à notre excellent confrère L’Orient-le-Jour : « J’irai là où me mèneront la loi et le droit, rien ne m’arrêtera, je ne sais pas où me conduira l’enquête mais je ne la laisserai pas dévier ».
     
    Il a désormais demandé la levée de l’immunité parlementaire de plusieurs députés au service du Hezb. afin de les interroger. Lançant des poursuites à l’encontre des députés Ghazi Zeaïter, Ali el-Khalil (ancien ministre des Finances), Nouhad Machnouk, ainsi que contre l’ancien Premier ministre Hassan Diab.
     Le 16 septembre dernier, le juge a lancé un mandat d’arrêt contre Youssef Fenianos, qui a refusé à plusieurs reprises d’être interrogé. Fenianos est l’ancien ministre des Travaux Publics aux ordres du Hezbollah ; il est poursuivi pour les infractions présumées d’ »intention d’homicide, négligence et manquements ».
     La terre brûle sous les pieds d’Hassan Nasrallah, le Sayyed, le « seigneur » de la milice terroriste chiite et dictateur de facto du Liban pour le compte de ses mentors de la Théocratie iranienne.
     En exerçant des pressions intenses style Mafia, il a intercédé, au travers des avocats de Fenianos afin que le juge Bitar soit dessaisi de l’enquête. La cour de cassation a refusé, signe qu’il reste encore quelques édiles debout dans ce pays et que tout n’est pas perdu.
    © Menapress

Laisser un commentaire