Deux séries de frappes russes contre les milices pro-turques à Afrin

Publié par

Une deuxième série de frappes aériennes russes a touché des rebelles soutenus par la Turquie à Afrin

Samedi également, au moins cinq frappes aériennes ont touché des positions appartenant à « al-Jabha al-Shamyyah » (le Front levantin) soutenu par la Turquie à Basofan et Basalehiyah dans le district de Sherawa, dans le sud-ouest d’Afrin. 

Les frappes aériennes russes ont ciblé des groupes soutenus par la Turquie aujourd'hui à Afrin (Photo: médias sociaux)
Les frappes aériennes russes ont ciblé des groupes soutenus par la Turquie aujourd’hui à Afrin (Photo: médias sociaux)

Poutine pousse Erdogan vers la sortie de Syrie

ERBIL (Kurdistan 24) – Pour la deuxième fois, des avions russes ont ciblé des groupes soutenus par la Turquie à Afrin, occupée par la Turquie, a rapporté dimanche l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Le SOHR a rapporté qu’un avion de chasse russe a ciblé les lignes de front des villages de Basofan et Berrad dans le nord d’Alep. Il les a frappées de plusieurs missiles.

 

Règlements de compte turco-russes, sur le dos des YPG kurdes

De plus, une source anonyme à Afrin a déclaré à Kurdistan 24 que des avions de combat russes ont tiré des missiles sur des cibles autour des villages de Barrad et Basalehiyah dans le district de Şerewa ce matin.

La source a affirmé que 3 islamistes pro-turcs avaient été tués et 10 blessés dans l’attaque.

L’agence de presse North Press, basée en Syrie, a rapporté que les frappes aériennes russes visaient la division Hamza.

La divison Hamza, mercenaires turcs et massacreurs patentés

Les Turcs n’auraient pas pu entrer en Syrie sans l’accord tacite de Poutine

Samedi également, au moins cinq frappes aériennes ont touché des positions appartenant à « al-Jabha al-Shamyyah » (Front levantin) soutenu par la Turquie à Basofan et Basalehiyah dans le district de Sherawa, dans le sud-ouest d’Afrin.

Ce n’est pas la première fois que la Russie bombarde des groupes soutenus par la Turquie dans le nord-ouest de la Syrie, mais la Russie s’est généralement abstenue de les cibler à Afrin (originellement un fief kurde très disputé) , occupée par la Turquie.

Faire pression, mais dans quel but?

Les troupes turques et les groupes rebelles syriens alliés ont pris le contrôle d’Afrin aux mains des Unités de protection du peuple kurde syrien (YPG) le 18 mars 2018, dans le cadre d’une opération portant le nom de code « Branche d’olivier ». À l’époque, la Russie a autorisé la Turquie à utiliser l’espace aérien pour bombarder Afrin et a retiré ses forces de la région.

Lire la suite : Sans la Russie, nous ne pourrions même pas survoler Afrin par drone, selon le conseiller en chef d’Erdogan

Depuis lors, il y a eu des bombardements et des affrontements entre les forces soutenues par les YPG dans le nord d’Alep (y compris dans certains villages près de Sherawa) et les groupes soutenus par la Turquie à Afrin.

Il est également possible que les frappes aériennes russes soient destinées à faire pression sur la Turquie.

On cogne d’abord et on négocie ensuite

Les frappes aériennes russes ont eu lieu quelques jours avant une rencontre prévue entre le président turc Recep Tayyip Erdoğan et le président russe Vladimir Poutine à Sotchi le 29 septembre.

Lors d’une réunion le 13 septembre entre Poutine et le président syrien Bachar al-Assad à Moscou, les deux hommes ont appelé les forces étrangères à quitter la Syrie, une déclaration considérée comme un message à la Turquie et aux États-Unis, qui ont tous deux des troupes dans le pays déchiré par la guerre.

auteur_image 

Wladimir van Wilgenburg 

kurdistan24.net

Laisser un commentaire