Combien faudra t-il de Juifs morts pour satisfaire l’escouade ?

Publié par

 

avatarpar Josh Feldman

AVIS

Portant un keffieh palestinien, la représentante Rashida Tlaib (D-MI) aborde un débat au Congrès pour justifier la violence palestinienne contre Israël. Photo : Capture d’écran

Démonstration de haine criminogène

Il y a une vieille blague juive qui décrit un antisémite comme quelqu’un qui déteste les Juifs bien au-delà de ce qui est strictement nécessaire et raisonnable. Ainsi l’ami, les membres démocrates de la « Squad » dite progressiste ont-ils réussi à révéler toute l’étendue de leur haine enthousiaste des Juifs cette semaine, en faisant pression sur leur parti pour qu’il abandonne 1 milliard de dollars de financement en faveur du système de défense antimissile israélien Dôme de Fer.

Alexandria Ocasio-Cortez (D-NY), Ilhan Omar (D-MN), Rashida Tlaib (D-MI), Cori Bush (D-MO) et Ayanna Pressley (D-MA), membres de la squad, se sont rangés du côté d’une poignée d’autres démocrates progressistes, en menaçant de voter contre un projet de loi de crédits qui comprenait le financement du Dôme de fer. Ils ont affirmé que cela avait permis à Israël de continuer à abuser et à persécuter les Palestiniens (en se contentant de sauver des vies juives).

Protéger des vies est un scandale pour ces « démocrates »

Le soutien américain à Dôme de Fer – qui n’a aucune capacité offensive et ne protège que les civils israéliens des roquettes terroristes et d’autres menaces – n’a rien de nouveau. Le système de défense antimissile bénéficie d’un financement américain depuis 2011, avec le Memorandum of Understanding de 2016 , négocié sous le président Barack Obama, garantissant une nouvelle décennie de financement militaire.

Ce n’est en aucun cas la première tentative de la Squad de réduire le financement américain pour Israël. Les membres de l’escouade soutiennent ouvertement le mouvement de boycott de l’État juif (BDS) et, en  mai et septembre de cette année, ont accentué les pressions pour suspendre le transfert d’armes d’une valeur de 735 millions de dollars à Israël.

Tout est imbriqué : sauver des Juifs, c’est aussi sauver des Palestiniens

Mais il y a quelque chose de particulièrement écoeurant dans cette dernière décision d’empêcher le financement du Dôme de fer. En tant qu’outil uniquement défensif, le célèbre système de défense antimissile d’Israël n’a jamais joué que le rôle de sauver des vies israéliennes – juives et arabes. En faisant pression sur leur parti pour qu’il annule ce financement, ce groupe de législateurs « progressistes » de plus en plus bruyants et accrocheurs, a envoyé un message clair à leurs électeurs : ils veulent la mort des Israéliens.

Malheureusement, il est peu probable que les conséquences d’une position si effrayante et indéfendable ne s’enregistrent dans l’esprit de nombreux progressistes, pour qui la vie juive est devenue de plus en plus insignifiante.

Apaiser le cycle actions meurtrières-représailles

Et par une cruelle ironie que l’Escouade est évidemment incapable de saisir, le système Dôme de Fer joue un rôle vital, bien qu’indirect, dans la protection des Palestiniens. A cause de chaque mort israélienne, la pression publique pour une action militaire plus dure augmente. En réduisant au minimum les pertes israéliennes (le dôme de fer a intercepté environ 90 % des roquettes tirées de Gaza lors du dernier conflit), le système soulage la pression sur l’armée israélienne exercée pour une obtenir réponse plus dure, ce qui entraînerait inévitablement un nombre considérablement plus élevé de morts parmi les civils palestiniens et des dommages aux infrastructures de Gaza.

Mais cela n’a rien à voir avec la Squad, dont le désir alarmant de nuire à l’État juif et au peuple juif l’emporte sur toute autre considération, sans parler de la vie des Palestiniens dont ils se soucient ostensiblement si profondément.

Israël doit avoir une industrie militaire plus autonome

Alors qu’un nouveau projet de loi autonome pour le financement de Dôme de Fer a été adopté jeudi (avec l’hystérique AOC votant « présent » et d’autres démocrates d’extrême gauche la soutenant), le mal est fait. Ce ne sera pas la dernière tentative progressiste d’intimider les partisans démocrates de l’État juif pour qu’ils se soumettent – ​​et à chaque tentative, ces tactiques deviendront normales et acceptées.

Sans aucun doute, il existe un débat légitime sur les avantages de la dépendance d’Israël à un soutien militaire aussi important des États-Unis. Israël est une puissance technologique et militaire avec une économie forte, et nombreux sont ceux qui soutiennent que la fin d’un soutien financier américain aussi important renforcerait la résilience économique d’Israël et conduirait à des dépenses militaires plus rationnelles.

Aboyer des slogans creux satisfait les esprits bornés

Mais cela n’a évidemment jamais été pris en compte dans le raisonnement de la Squad, dont les membres fustigent régulièrement la soi-disant « complicité » des États-Unis dans les « crimes israéliens » contre les Palestiniens. En votant contre le projet de loi, par exemple, la représentante Tlaib a déclaré : « Nous devons cesser de permettre les violations des droits humains et le gouvernement d’apartheid d’Israël » — démontrant clairement qu’elle ne comprend pas le sens de ce que l’apartheid veut dire, ou qu’elle ment volontairement afin de diaboliser Israël.

Comme le représentant Ritchie Torres (D-NY), lui-même démocrate progressiste, l’a clairement noté en réponse à la débâcle, « Un système de défense antimissile (c’est-à-dire Dôme de Fer) protège les civils contre les missiles. D’où son nom. Ce n’est que dans un univers moralement inversé que cela serait considéré comme sujet à une « controverse ».

Les partisans de la Squad feraient bien de se demander en quoi la défense des vies juives est, en fait, controversée. La réponse se trouve peut-être dans la question elle-même.

Josh Feldman est un écrivain australien qui se concentre principalement sur les questions israéliennes et juives. Twitter : @ joshrfeldman

How Many Dead Jews Will Satisfy the Squad?

Un commentaire

  1. A souligner que ce premier vote contre les crédits accordés au programme Dôme de fer a reçu le soutien de J Street, ce mouvement juif progressiste américain.

Laisser un commentaire