Georges Bensoussan: « Pour ces inquisiteurs, j’étais une proie idéale »

Publié par
 
 

Georges Bensoussan: « Pour ces inquisiteurs, j’étais une proie idéale » – 22/09

BFMTV

BFMTV
Suivre
Georges Bensoussan, historien, auteur d’”Un exil français” (L’Artilleur), était l’invité de Polonews, ce mercredi 22 septembre 2021. Une émission animée par Natacha Polony et Aurélie Casse du lundi au jeudi entre 20 et 21 heures sur BFMTV.

Georges Bensoussan, historien, auteur d’”Un exil français” (L’Artilleur), était l’invité de Polonews, ce mercredi 22 septembre 2021. Une émission animée par Natacha Polony et Aurélie Casse du lundi au jeudi entre 20 et 21 heures sur BFMTV.

—–

Bensoussan, un accusé expiatoire?

 

Bensoussan, un accusé expiatoire?
L’historien Georges Bensoussan, photographié en mai 2018. Il publie « Un exil français » le 21 septembre 2021 © Hannah Assouline.

 

Un exil français de Georges Bensoussan sort en librairie demain


Le moment de sortie du livre de Georges Bensoussan, Un exil français, ne pouvait être plus opportun: procès des tueurs islamistes de novembre 2015, 20e anniversaire du 11 septembre 2001, victoire des talibans en Afghanistan. Incontestablement l’islam et ses variants sont à la une de l’actualité.

Une accusation infamante

Le récit que Georges Bensoussan fait de son affaire judiciaire dresse le bilan des démissions, abandons, couardises, aveuglements et complicités ayant conduit à sa mise en accusation. Ce bilan, impitoyable, pour notre temps – et on l’imagine bien, ô combien douloureux pour celui qui en fut la victime – raconte les quatre années durant lesquelles il eut à répondre devant la justice de l’accusation infamante de racisme. Assis sur les mêmes bancs que Dieudonné ou Soral, le rédacteur en chef de la Revue d’histoire de la Shoah, le coordinateur du livre Territoires perdus de la République puis auteur de Une France soumise et de Juifs en pays arabes, la question interdite devait être démasqué pour ce qu’il était vraiment : un raciste antiarabe, acharné à détruire l’amitié chaleureuse et bienveillante existant depuis des siècles entre peuples arabes et Juifs. Quelle merveilleuse aubaine pour les salafistes antiracistes que de pouvoir prendre la main dans le sac de ses turpitudes, ce sioniste masqué !

Cette stratégie, inaugurée à Durban en 2001, permettant de clamer sa haine d’Israël et accessoirement des Juifs, au nom de l’antiracisme, fut donc jouée par trois fois au Palais de justice de Paris. Cette farce de mauvais goût, heureusement, n’eut pas le succès escompté. Par trois fois, en première instance, en appel et en cassation, les vertueux plaignants furent déboutés et Georges Bensoussan innocenté de ce dont il était accusé.

Quels comptes devait-il rendre devant la Justice ? Quelle était donc la faute de Georges Bensoussan ? Avoir cité en 2015 (de manière non exacte, et c’est sa seule erreur), au cours de l’émission Répliques d’Alain Finkielkraut, les propos d’un sociologue faisant état de l’antisémitisme trop souvent présent dans les mentalités maghrébines. Voilà que tous les dévots de l’antiracisme borgne y virent une agression intolérable. La place manque ici pour dire le détail des contre-sens produits par les argumentaires

 

Article réservé aux abonnés

Bensoussan, un accusé expiatoire?

2 commentaires

  1. Et quand bien même il aurait gagné devant les tribunaux, mais au prix de combien de souffrances, angoisses et d’argent que lui seul doit assumer. Même vainqueur, avec un tel système judiciaire, vous sortez vaincu.

Laisser un commentaire