L’Iran entraîne des groupes terroristes à utiliser des drones avancés

Publié par

 

Des terroristes d’Irak, de Syrie et du Yémen sont entraînés à la base de Kashan, au nord d’Ispahan.

Une image aérienne de la base de Kashan où l'Iran entraîne des milices à piloter des véhicules aériens sans pilote. (Crédit photo : MINISTÈRE DE LA DÉFENSE)
Une image aérienne de la base de Kashan où l’Iran entraîne des milices à piloter des véhicules aériens sans pilote. (Crédit photo : MINISTÈRE DE LA DÉFENSE)
L’Iran entraîne des milices de divers pays à utiliser des véhicules aériens sans pilote avancés à la base de Kashan, a déclaré dimanche le ministre de la Défense Benny Gantz.
 
 
Gantz, qui s’exprimait à l’Institut pour la politique antiterroriste de l’Université Reichman à Herzilya, a déclaré que la République islamique forme des milices d’Irak, du Yémen, du Liban et de Syrie sur la base aérienne au nord de la ville d’Ispahan et essaie de leur enseigner comment fabriquer des drones iraniens.
 
 » L’ Iran a créé un ‘terrorisme par délégation’ sous les auspices d’armées terroristes organisées qui l’aident à atteindre ses objectifs économiques, politiques et militaires. L’Iran essaie de transférer ses connaissances qui permettront à des groupes auxiliaires d’Irak, de Syrie et du Liban, mais également dans la bande de Gaza , de produire des drones avancés », a-t-il déclaré.
 
 
Selon Gantz, des terroristes de ces pays sont formés au pilotage d’UAV iraniens sur la base « qui est la pierre angulaire du terrorisme aérien iranien dans la région ».
 
Selon Gantz, les Houthis au Yémen et les milices chiites en Irak possèdent des dizaines de drones avancés qu’ils ont utilisés contre l’Arabie saoudite ou les forces américaines dans la région. Dans les années à venir, des centaines de ces drones seront disposés en Syrie et il y a des tentatives constantes de faire passer en contrebande des drones avancés au Hezbollah au Liban. L’Iran tente également de transférer le savoir-faire nécessaire à la production de drones à des groupes terroristes comme le Hamas et le Jihad islamique palestinien dans la bande de Gaza.
 
Les drones iraniens peuvent atteindre une portée de 1 700 kilomètres et leurs attaques ont ciblé des actifs appartenant aux États-Unis, à l’Arabie saoudite, à Israël ainsi qu’à des organisations sunnites en Syrie et en Irak.
 
Les attaques, dont certaines meurtrières comme sur le pétrolier Mercer Street, ont entraîné un besoin urgent de réponse aux drones iraniens. Selon un reportage du Haaretz, ces questions ont été un aspect central de la récente réunion de sécurité entre Israël et les États-Unis lors des visites de Gantz et du chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kohavi.

 Benny Gantz parle de l'Iran au Sommet mondial contre le terrorisme (crédit : ANNA AHRONHEIM)Benny Gantz parle de l’Iran au Sommet mondial contre le terrorisme (crédit : ANNA AHRONHEIM)

 
« L’Iran investit des centaines de millions de rials dans la production et l’exportation de drones et d’armes. Il a doublé son budget de la défense au détriment de ses citoyens. La production de drones avancés comme le Shahad 136 coûte des dizaines de milliers de dollars, imaginez combien de milliers de vaccins auraient pu être fournis aux citoyens au prix d’un seul drone », a déclaré Gantz.
 
S’agissant du programme nucléaire iranien, il a déclaré que Téhéran « n’honore pas les accords qu’il a signés et il n’y a aucune raison de croire qu’il honorera d’éventuels accords futurs ».
 
Selon Gantz, un Iran nucléaire conduirait à une course aux armements régionale qui serait une menace existentielle pour Israël et le monde entier.
 
Le ministre de la Défense a déclaré que le récent rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique qui a révélé que l’Iran a continué d’augmenter la production d’uranium hautement enrichi tout en ne renouant pas avec la pleine coopération envers les inspecteurs nucléaires était la « première fois en une décennie » qu’il mettait en doute le caractère « civil » du programme nucléaire iranien.
 
« L’Iran n’honore pas les accords qu’il a signés et il n’y a aucune raison de croire qu’il honorera les accords futurs. Le temps est venu d’agir. J’appelle les pays qui sont encore membres de l’accord nucléaire à imposer les sanctions prévues dans l’accord. Il est temps de faire un « retour en arrière » », a souligné Gantz.

 De gauche à droite : Prof. Boaz Ganor, Benny Gantz, Prof. Uriel Riechman (crédit : ANNA AHRONHEIM)De gauche à droite : Prof. Boaz Ganor, Benny Gantz, Prof. Uriel Riechman (crédit : ANNA AHRONHEIM)

 
« Les efforts contre l’Iran, ainsi que contre l’Afghanistan et d’autres pays, ne sont pas seulement de l’ordre des intérêts du Moyen-Orient ou pour de l’Occident. Les milices par procuration peuvent être mis en place n’importe où dans le monde. C’est le moment pour toutes les puissances du monde, y compris la Russie et la Chine, de se joindre à la campagne pour maintenir la stabilité mondiale.
 
« L’Iran continuera à jouer aux échecs jusqu’à ce que nous l’ayons mis en échec et mat », a-t-il déclaré.
 
 

jpost.com

Laisser un commentaire