Soyez vigilant, n’ayez pas peur. Un expert juif en sécurité communautaire

Publié par

Conseils avant les grandes fêtes de fin d’année

avatarpar Ben Cohen

ENTRETIEN

Le directeur exécutif du CSS, Evan Bernstein, s’adresse à la presse à la suite de l’attaque d’une épicerie casher à Jersey City, New Jersey, en décembre 2019. Photo : Avec l’aimable autorisation/JNS

Deux facteurs redoutables qui ne passent pas

Les inquiétudes concernant la montée de l’antisémitisme ainsi que la pandémie persistante de COVID-19 ne devraient pas empêcher les Juifs américains de participer massivement aux prochaines fêtes de fin d’année, a déclaré à The Algemeiner le principal responsable de la sécurité de la communauté juive américaine.

 

« Malgré ces deux facteurs inquiétants, l’antisémitisme et la pandémie, en tant que Juifs, nous ne pouvons pas permettre qu’ils nous empêchent en tant que communauté, de célébrer notre Nouvel An et de se connecter avec notre judaïsme », a observé Evan Bernstein, directeur général du Community Security Service ( CSS), une agence de sécurité bénévole, lors d’une longue conversation sur la planification de la sécurité pour les festivités de Roch Hachana, qui tombe le mardi et le mercredi de la semaine prochaine, et de Yom Kippour, qui tombe le jeudi de la semaine suivante.

 

Magen Am USA

Bernstein a néanmoins souligné l’importance pour les membres individuels de la communauté juive d’être attentifs aux menaces potentielles. « Nous sommes encore à une époque où les expressions d’antisémitisme sont très laides », a-t-il fait remarquer. « Même si nous avons assisté à une légère baisse pendant la pandémie, nous avons également assisté au cours du printemps, avec la guerre à Gaza, à une augmentation significative de l’antisémitisme et à de nombreux incidents choquants et documentés à travers le pays. Nous devons en être conscients à l’approche des festivités, car c’est à ce moment-là que la plupart des Juifs vont se rassembler. »

 

Hausse des crimes de haine antijuifs

Les statistiques du FBI sur les crimes de haine, publiées mercredi renforcent le point de vue de Bernstein. Les Juifs sont le groupe religieux le plus vulnérable aux États-Unis, ayant subi près de 60 % de tous les crimes de haine raciale à motivation religieuse en 2020. En outre, une enquête menée par l’Anti-Defamation League (ADL) en juin, au lendemain de la dernière phase d’hostilités entre Israël et l’organisation terroriste Hamas à Gaza, ont révélé que les trois quarts des Juifs américains étaient plus préoccupés par l’antisémitisme aux États-Unis et à l’étranger, et que 60 pour cent avaient personnellement été témoins d’antisémitisme à cause du conflit de mai.

 

Bernstein a fait remarquer que de nombreux Juifs sont réticents à signaler les crimes de haine par crainte de représailles supplémentaires de la part des délinquants eux-mêmes. « Je comprends d’où cela vient », a-t-il déclaré. « J’ai moi-même été la cible d’une grave menace de mort, vous voulez qu’elle disparaisse, vous ne voulez pas y penser. »

 

Extrême-gauche et extrême-droite à l’affût de prétextes

En ce qui concerne la source politique d’hostilité envers les Juifs, Bernstein a souligné que si la menace des groupes d’extrême droite et de la suprématie blanche reste importante, elle n’est pas la seule.

 

« Il y a beaucoup de gens qui veulent que l’antisémitisme ne soit qu’un problème d’extrême droite », a-t-il commenté. « Mais si vous regardez les attentats de Monsey ou de Jersey City en 2019, ceux-ci n’ont pas été perpétrés par des suprémacistes blancs. Les attentats de Brooklyn au cours des cinq ou six dernières années, ce ne sont pas non plus l’œuvre des suprémacistes blancs. Cela n’enlève rien au fait que nous avons un problème majeur avec le suprémacisme blanc, mais il y a deux silos de haine – la droite et la gauche. C’est les deux, ce n’est ni l’un ni l’autre. Les Juifs en Amérique doivent comprendre et digérer ce phénomène.

 

Veiller aux tests et à la vaccination

La pandémie continue de COVID-19 est un autre « motif d’inquiétude », comme l’a dit Bernstein, dans le programme de planification de la sécurité de cette année. « L’année dernière, les services ont eu lieu à l’extérieur ou ont été annulés », a-t-il rappelé. « Cette année, il existe de nombreuses combinaisons de services internes et externes, et nous évaluons tous ces scénarios avec nos partenaires des forces de l’ordre et du Secure Community Network (SCN).

 

Pourtant, aucun de ces défis ne devrait éloigner les Juifs des synagogues cette année, a réitéré Bernstein.

« Soyez conscient, vigilant, mais pas au point d’avoir peur, au point de ne pas participer, en tant que communauté, aux rituels des grandes festivités de Tichri», a-t-il conseillé.

Be Aware, Not Afraid, Jewish Communal Security Expert Advises in Advance of High Holiday Celebrations

Laisser un commentaire