Israël ne veut pas du modèle Afghan avec un Etat Palestinien failli à sa porte

Publié par

Les leçons de l’Afghanistan pour Israël

Le retrait des États-Unis indique aux dictateurs et aux terroristes du monde que l’Amérique n’est plus intéressée par son rôle d’après-guerre en tant que garant militaire de la liberté.

Des châteaux de carte tout autour du globe

Les États-Unis ont définitivement perdu l’Afghanistan. La puissance militaire américaine a chassé les talibans et empêché leur retour pendant 20 ans. Alors que les forces se retiraient, le produit de deux décennies d’édification de la nation s’est effondré comme s’il n’avait jamais existé, à l’exception des tas de matériel militaire laissés sur place. L’effondrement de la stratégie américaine en Afghanistan met en évidence les risques qu’Israël encourrait en créant un État palestinien, car ces projets présentent des similitudes fondamentales.

Premièrement, les États-Unis et Israël étaient ou sont impliqués dans l’édification de la nation. Les États-Unis ont cherché à construire une démocratie afghane capable de gouverner l’Afghanistan et de maintenir la paix et la stabilité. Depuis les accords d’Oslo, Israël travaille avec l’Amérique pour construire une démocratie palestinienne capable de gouverner un futur État palestinien et de faire la paix avec Israël.

 

Semblant de forces de sécurité et de système politique

Ces deux efforts impliquaient la construction et la formation d’armées (ou de forces de sécurité) capables de réprimer les terroristes. Les deux impliquaient l’introduction de la démocratie à l’occidentale dans des régions sans expérience préalable avec elle. Et tous deux ont cherché à vaincre et à marginaliser les groupes fondamentalistes islamiques bien organisés avec un sens aigu du but et des réseaux de soutien solides. Les deux tentatives d’édification de la nation ont finalement échoué.

En Afghanistan, le gouvernement corrompu soutenu par les États-Unis n’a jamais eu beaucoup de légitimité et son armée s’est rapidement dissoute lorsque les forces américaines se sont retirées. L’Autorité palestinienne corrompue n’a jamais non plus joui de légitimité. Ses forces entraînées par les États-Unis ont été rapidement mises en déroute par le Hamas lorsque les Forces de défense israéliennes se sont retirées de la bande de Gaza en 2005, et il a perdu une élection contre le Hamas en 2006.

 

Au nord, les forces qu’Israël a soutenues dans le sud du Liban ont été rapidement défaites par le Hezbollah, lorsque Tsahal s’est retiré au printemps 2000. L’histoire montre que les groupes islamistes organisés, soutenus et motivés internationalement gagnent généralement dans les vides laissés par une puissance militaire.

 

Chaque retrait marqué par une avancée islamiste

Les États-Unis et Israël avaient tous deux la capacité militaire de vaincre leurs ennemis fondamentalistes islamiques, mais n’avaient que la volonté politique suffisante pour les tenir à distance et maintenir un statu quo gérable. Pour Israël, la pression internationale et la faible tolérance nationale pour les victimes l’ont conduit à risquer sa sécurité en retirant ses forces de Gaza et du Liban. Le retrait bâclé des États-Unis d’Afghanistan était une erreur non imposée de l’extérieur. Il n’y avait pas de demande nationale ou internationale majeure pour que l’Amérique retire immédiatement ses 2 500 soldats restants. En fait, les alliés internationaux ont été pris de court par le retrait rapide du président américain Joe Biden. Aucun soldat américain n’y avait été tué au combat en plus de 18 mois, et le coût du maintien d’une base d’opérations antiterroriste efficace était soutenable.

La décision des États-Unis de se retirer sous une pression minimale est de mauvais augure pour les pays auxquels on promet une protection. Cette protection sera-t-elle annulée lorsqu’il y aura vraiment de la pression? Après que les États-Unis ont semblé fuir devant leur propre ombre, abandonnant des milliards de dollars d’équipements sophistiqués à un ennemi sans armée de l’air, sans satellites et sans missiles nucléaires, Taïwan et la Corée du Sud sont-ils toujours vraiment confiants dans la protection si des dictateurs dotés de l’arme nucléaire viennent pour cogner?

 

En 2014, le secrétaire d’État américain John Kerry a offert à Israël la technologie et des promesses de protection internationale s’il retirait son armée de la vallée du Jourdain stratégiquement importante pour permettre à un État palestinien d’inclure ce territoire. Le retrait américain d’Afghanistan suggère qu’Israël avait raison de ne compter que sur lui-même.

Alternative entre Etat-croupion et Etat terroriste

Les administrations américaines démocrates et républicaines ont promu la « solution à deux États », qui visait essentiellement à construire une nation au Moyen-Orient. L’administration Trump a été la première à rompre avec cette pensée qui persistait depuis Clinton. L’administration Biden est de retour à l’ancien manuel. Il soutient officiellement la création d’un État palestinien. Des accords d’Oslo de Clinton à la « feuille de route » et au « désengagement » de George W. Bush, les États-Unis ont rassuré Israël en lui affirmant qu’un futur État palestinien ne constituerait pas une menace pour la sécurité.

Cependant, le piètre bilan de l’Amérique en matière d’édification de la nation au Moyen-Orient se reflète dans son piètre bilan en matière de prédiction des résultats dans cette région. Les accords d’Oslo se sont soldés par une intifada sanglante ; le désengagement de Gaza s’est terminé par la capture de l’enclave côtière par le Hamas et sa transformation en une plate-forme terroriste. La débaasification en Irak s’est terminée par une insurrection sanglante, et le retrait d’Afghanistan a donné une victoire rapide des talibans qui a apparemment pris l’administration Biden par surprise.

Aux prochaines élections, le Hamas l’emporte

Le monde compte désormais un autre État islamique fondamentaliste : l’Émirat islamique d’Afghanistan dirigé par les talibans. Il ne fait aucun doute qu’un futur État palestinien aboutirait au même résultat. Selon de récents sondages, le Hamas gagnerait toujours les élections palestiniennes, mais au Moyen-Orient, les balles sont plus importantes que les bulletins de vote, comme le montrent clairement la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans en 2021 et la prise de contrôle de Gaza par le Hamas en 2007.

L’armée américaine a tenu les talibans à distance en Afghanistan et Tsahal empêche le Hamas de s’emparer de la Judée et de la Samarie. Alors qu’une victoire islamique fondamentaliste est certainement une tragédie pour la liberté, la tolérance et les droits de l’homme, c’est d’abord et avant tout une menace pour la sécurité. Un Afghanistan dirigé par les talibans abritait Al-Qaida, ce qui a entraîné les attentats du 11 septembre 2001. Beaucoup craignent qu’il ne redevienne un refuge pour les terroristes et que la prochaine grande attaque ne soit qu’une question de temps.

L’Amérique a cessé de se battre pour la liberté des autres

Pour Israël, un État dirigé par le Hamas bordant les principaux centres de population, les centres économiques et un aéroport international d’Israël constituerait une menace existentielle. Tout Israël serait à portée d’une variété de roquettes à courte et longue portée, de mortiers et de tireurs d’élite, et des terroristes s’infiltreraient facilement par des tunnels. Au 21e siècle, les océans ne sont pas une garantie de sécurité nationale, mais au moins pour l’instant, les talibans ou Al-Qaida ne peuvent pas tirer des volées de roquettes sur Washington, DC, depuis l’Afghanistan.

Le retrait américain d’Afghanistan indique aux dictateurs et aux terroristes du monde que l’Amérique n’est plus intéressée par son rôle d’après-guerre en tant que garant militaire de la liberté. Tout pays serait avisé de comprendre qu’il ne peut finalement compter que sur sa propre puissance. « Les forts font ce qu’ils peuvent, et les faibles souffrent comme ils le doivent. » Si Israël affaiblit gravement sa capacité à se défendre en retirant ses forces pour créer un État palestinien, alors il doit comprendre qu’il devra assurément subir ce qu’il doit subir lorsque cet État tombera aux mains des fondamentalistes islamiques, comme l’histoire et les faits sur le terrain l’ont fortement prédit.

 JNS.org .

Laisser un commentaire